Leclerc ’a clairement indiqué’ qu’il était contre la stratégie de Ferrari

Et il n’est pas d’accord avec l’analyse de Binotto sur les conditions fraiches

Recherche

Par Franck Drui

31 juillet 2022 - 19:23
Leclerc 'a clairement indiqué'

Charles Leclerc a réagi de manière un peu plus calme et un peu plus à froid à la nouvelle déroute stratégique de Ferrari aujourd’hui en Hongrie.

Et si Mattia Binotto a davantage blâmé les performances de la Ferrari sous les températures plus fraiches qui régnaient aujourd’hui, le Monégasque reste convaincu que cela aurait été meilleur en suivant la stratégie qu’il voulait, c’est-à-dire rester en médiums et ne pas passer aux durs.

Leclerc dit qu’il "a clairement indiqué" qu’il ne voulait pas faire un arrêt au stand précoce pour passer au pneu dur.

"J’ai précisé que le plus longtemps possible je voulais rester en médiums mais nous nous sommes arrêtés très tôt pour le dur, et nous devons comprendre pourquoi. Selon moi, le deuxième relais aurait dû être plus long. Le premier relais était le bon moment pour s’arrêter, et nous avons fait le bon choix là-bas. Mais sur le deuxième relais, je ne sais pas exactement pourquoi nous l’avons fait plus court."

"Je suis à peu près sûr que c’était une réaction à Red Bull qui nous a mis sous pression mais nous n’aurions pas dû réagir à l’arrêt de Max Verstappen."

"Cela a eu un effet boule de neige pour nous et nous avons perdu beaucoup plus, même si Mattia dit que la performance dans le frais n’était pas top. Nous aurions pu faire mieux, selon moi."

"Évidemment, une course comme celle-ci est frustrante et nous devons nous améliorer dans l’ensemble. Vous savez, on a l’impression qu’il se passe toujours quelque chose, quoi que ce soit - fiabilité, erreurs, peu importe - mais nous devons être meilleurs pour organiser un week-end du vendredi au dimanche sans problème."

"Nous allons nous reposer mais nous devons évidemment aussi analyser et comprendre où nous devons être meilleurs et ce que nous pouvons faire pour nous améliorer, car c’est extrêmement important."

Pressé d’en dire plus sur ce qu’a dit son patron, Leclerc ne pense pas que Ferrari puisse blâmer les conditions plus fraîches observées dimanche, car ils savaient comment fonctionnaient les autres composés de pneus.

"Je ne pense pas que c’était le facteur parce que le rythme était très bon aujourd’hui, sur le médium. Sur un pneu qui était solide, c’était vraiment bien, mais sur le dur, évidemment nous avons perdu tout le rythme, donc nous avons fait un arrêt de plus que tout le monde, perdant 20 secondes plus les cinq ou six tours sur le dur où nous perdions une seconde par tour. C’est beaucoup de temps de course. Ce sont des données que les stratèges ont normalement..."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos