Formule 1

Le V6 Mercedes évolué sera toujours derrière le V6 Ferrari selon Bottas

Un gain de performance tout de même attendu

Recherche

Par A. Combralier

6 juin 2019 - 19:56
Le V6 Mercedes évolué sera toujours (...)

Jusqu’à présent, Ferrari paraissait avoir le moteur le plus efficient et puissant. Cependant, ce week-end à Montréal, Mercedes introduit la spécification B de son unité de puissance : de quoi rebattre les cartes et dépasser Ferrari ? La réponse devrait être apportée sur le tracé canadien, habituellement discriminant quant à la performance des moteurs.

Chez Mercedes, comme de coutume, on affiche une certaine discrétion quant aux promesses de cette unité de puissance. Valtteri Bottas en a ainsi relativisé grandement les gains.

« Bien sûr, l’évolution moteur est très bienvenue. C’est grâce à tout le travail accompli à Brixworth. »

« Il faut bien sûr voir comment cette évolution se comporte, sur la piste, en vrai. Il faut aussi s’assurer de sa fiabilité.

« Nous attendons déjà, rien qu’en ayant un moteur neuf, un léger gain de puissance. Mais nous nous attendons aussi à un petit pas en avant. Nous ne pensons pas qu’il sera suffisant pour égaler la vitesse de pointe de Ferrari. Ils auront toujours le dessus. Mais nous avons nos propres forces dans d’autres domaines. J’ai hâte d’avoir cet avant-goût vendredi. »

Comme l’a précisé Valtteri Bottas, le simple fait de disposer d’une unité de puissance neuve apportera un gain en performance. Il était d’ailleurs grand temps de changer de moteur pour le pilote finlandais : son V6 datait de six courses, alors que Ferrari a introduit sa nouvelle unité de puissance à Barcelone.

« Cette évolution arrive au bon moment, parce que le premier moteur arrive au bout de sa durée de vie. Donc nous en avions besoin d’un nouveau, de toute façon. Mais c’est sympathique d’avoir cette évolution ici, définitivement, c’est mieux qu’à Monaco. Le moteur est plus important ici, donc c’est un bon timing. »

Même si Mercedes sera toujours un peu derrière Ferrari, selon Valtteri Bottas, sur le plan de l’unité de puissance, le Finlandais s’attend à pouvoir lutter pour la pole en qualifications.

« Ce sera serré. D’habitude sur cette piste, qui est assez courte, il n’y a pas tant d’endroits où vous pouvez faire une grande différence. De plus, cela a été très serré entre moi et Lewis en qualifications, donc je m’attends à ce que soit une question de centièmes et peut-être de millièmes. Je dois m’assurer que ces centièmes basculent de mon côté. Il s’agira de trouver comment, en essais libres, trouver les bons réglages. J’ai vraiment hâte. »

Valtteri Bottas fait ainsi de son coéquipier son plus grand rival, pour les qualifications comme pour le titre. Le risque n’existe-t-il pas de revivre une guerre civile interne chez Mercedes, comme au temps de Nico Rosberg ?

« Je suis désolé d’être ennuyeux, mais vous ne pourrez rien tirer d’intéressant à ce sujet. Tout est comme avant ! »

« Il y a toujours eu un bon respect entre nous, et c’est toujours la même chose aujourd’hui. Oui, les écarts n’ont jamais été aussi serrés, mais cela n’a rien changé. Nous continuons à travailler avec les ingénieurs, à partager les données, nous n’avons aucun problème avec ça. Quand vous mettez votre casque, rien n’a changé. C’est un fait : je dois battre Lewis, et chaque pilote sur la grille aussi pour gagner le titre. Il n’y a rien de nouveau. »

Mercedes

expand_less