Formule 1

Latifi explique son accrochage avec Grosjean et assume son erreur

Les rétroviseurs sales ont été très perturbants

Recherche

Par Emmanuel Touzot

18 novembre 2020 - 13:30
Latifi explique son accrochage avec (...)

Le Grand Prix de Turquie de Nicholas Latifi et Romain Grosjean s’est arrêté après un accrochage entre les deux hommes. Le Français prenait un tour au Canadien, mais ce dernier n’a pas réussi à freiner pour laisser la Haas enrouler son virage et l’a harponnée, provoquant l’ire de son pilote.

Latifi explique qu’il n’a aucunement pu voir les deux monoplaces qui lui prenaient un tour, celle de Daniel Ricciardo et celle de Grosjean, alors que ses rétroviseurs étaient couverts de poussière. Un problème qu’a d’ailleurs noté Romain Grosjean sur les réseaux sociaux après la course.

"Tout d’abord, c’était une erreur de ma part, mais j’ai entendu dire après que les deux pilotes avaient les mêmes problèmes" note le pilote Williams. "Je n’arrivais pas à voir dans mes rétroviseurs dès le premier tour. Pas parce qu’il y avait de la pluie ou du brouillard, mais parce qu’ils étaient couverts de poussières et de terre, comme toute la voiture."

"Quand vous êtes dans le même tour et le même rythme que les autres, c’est gérable, mais je me suis effondré assez vite et j’étais hors du coup directement, dans cette spirale dont on ne sort pas. C’était très difficile à gérer" dit-il au sujet des voitures qui lui prenaient un tour.

"On ne peut se reposer que sur les messages radio, les écarts et ce genre de choses. Je sais quand ils sont à moins d’une seconde car il y a un bip qui vient des lumières bleues, mais le fait de les laisser passer se joue avec ce que l’on voit, et avec nos yeux."

De là, Latifi n’a rien pu faire pour éviter la Haas, avec un grip réduit à néant : "C’était malheureux, j’ai eu cet écart dans lequel était la Renault, et Grosjean suivait. Je me suis rangé, j’ai freiné sur la trajectoire intérieure pour les laisser prendre la bonne ligne, mais ils étaient bien plus loin que je le pensais, et je ne pouvais les voir."

"Quand la Renault est passée, j’étais à l’endroit où il fallait tourner, mais je n’avais aucun grip et j’ai sous-viré vers Romain. C’était une erreur de ma part, c’était malheureux. On pourrait dire que j’aurais dû freiner plus tôt mais ça aurait aussi bien pu se passer, car il était très difficile de juger où ils étaient en piste."

Williams F1

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less