Lammers s’étonne de la violence des propos de Wolff à la radio

Le directeur de Mercedes F1 a étrillé la W13

Recherche

Par Emmanuel Touzot

15 juin 2022 - 13:44
Lammers s'étonne de la violence (...)

Le directeur du Grand Prix des Pays-Bas, Jan Lammers, est étonné du langage utilisé par Toto Wolff pour décrire la voiture Mercedes de 2022. Alors qu’il s’adressait par radio à Lewis Hamilton après le drapeau à damier à Bakou, le patron de Mercedes a présenté ses excuses au septuple champion du monde pour la "merde" fabriquée à Brackley.

"Je n’ai jamais entendu une telle déclaration de la part d’un patron d’équipe de toute ma carrière" a déclaré Lammers à NOS. "Je n’ai jamais entendu un patron d’équipe parler comme ça de sa propre équipe et je ne comprends pas pourquoi l’équipe des relations publiques n’intervient pas. Vous ne pouvez pas représenter la marque de cette façon."

Lammers a également noté que Wolff parle à Hamilton d’une manière notablement différente par rapport à George Russell, qui rencontre moins de difficultés cette année.

"Peut-être que cela n’a pas été diffusé, mais je n’ai pas entendu Wolff parler comme ça à Russell lorsqu’il est confronté au même malaise que Hamilton. Pourquoi n’entendons-nous pas Wolff remercier Russell ? Et pourquoi n’entendons-nous que les choses négatives sur Hamilton ?"

Lammers se demande également à quel point les déclarations et les comportements de Wolff et d’Hamilton ont un but politique, et parle lui aussi de relever la W13, même si Wolff a déjà dit que ça ne fonctionne pas : "Le schéma que je vois est que les choses que Hamilton et Wolff disent après la course sont démenties un jour plus tard."

"Je pense que Hamilton devrait en faire plus en tant que leader de l’équipe. Mercedes pourrait choisir de relever un peu la voiture parce qu’il y aurait alors beaucoup moins de marsouinage, mais ils ne veulent pas le faire parce qu’ils seront plus lents."

Ralf Schumacher compare aussi Russell et Hamilton sur le marsouinage, mais semble oublier l’inconfort décrit par Russell tout au long du Grand Prix d’Azerbaïdjan. Le jeune britannique a moins souffert du dos, notamment parce que ses réglages étaient moins extrêmes que ceux de Hamilton, mais il partage exactement les mêmes craintes que son équipier.

"Quant au problème de marsouinage, mais Russell était dans la même voiture et George m’a semblé plutôt frais après la course. Lewis devrait d’abord chercher à être plus rapide que son coéquipier. Je suis désolé pour Lewis qu’il ait mal au dos, mais les autres équipes maîtrisent également ce problème."

"Je ne sais pas si Lewis est assis plus droit dans la voiture et ressent donc plus les coups dans son dos. S’il est assis plus droit, la charge sur sa colonne lombaire serait beaucoup plus élevée et expliquerait ses douleurs."

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos