Formule 1

‘La sécurité en premier’ : Mercedes et Ferrari approuvent la réduction de l’appui des F1

Pour soulager les Pirelli

Recherche

Par Alexandre C.

15 août 2020 - 14:20
‘La sécurité en premier’ : Mercedes et (...)

Suite à l’explosion spectaculaire des Pirelli lors du premier Grand Prix à Silverstone, la FIA a décidé d’agir : en effet, les augmentations de performances des F1 sont telles, qu’elles exercent des charges trop élevées sur les pneus. Il faut donc les ralentir, car les pressions des Pirelli ne pourront être augmentées indéfiniment.

La FIA avait déjà prévu une série de mesures, autour du fond plat, pour ralentir les monoplaces. Elle a donc décidé d’aller plus loin, sans plus de précision.

D’autres limitations aérodynamiques, cela signifie aussi des dépenses supplémentaires pour les équipes, qui devront encore revoir leur philosophie aérodynamique… alors même que l’année 2021 est censée être une saison d’économies avant 2022.

Ancien directeur technique de Ferrari, que pense Mattia Binotto de cette initiative ? Il la comprend en bonne part…

« Au départ, nous aurions dû avoir de nouveaux pneus de 18 pouces en 2021, ce qui a été reporté à 2022, de sorte que les pneus que nous avions par le passé sont restés identiques pour 2021 également. Il ne fait aucun doute qu’en augmentant les performances aérodynamiques, la sévérité de l’utilisation des pneus sera plus élevée. Je pense que Silverstone, à cet égard, a été un bon exemple. Il n’y a rien de mal dans ce qui est arrivé aux pneus eux-mêmes, mais en fin de compte, c’était simplement la conséquence du fait que les voitures étaient de plus en plus rapides tout au long du tour, sur le circuit. Je comprends donc que Pirelli se préoccupe maintenant de cela, je comprends que la FIA se préoccupe des questions de sécurité et c’est le reflet d’une une simple conviction que, disons, les changements déjà approuvés pour 2021 ne seront pas suffisants. »

« Dans ce cas, nous procéderons à d’autres changements sur l’aérodynamique pour des raisons de sécurité, il n’y a rien dont nous puissions nous plaindre d’une manière ou d’une autre. Je pense que ce seront les changements dont nous n’avons pas connaissance pour l’instant. Il est certain que cela aura un impact sur toutes les voitures, sur notre R&D, mais je suis également assez conscient que c’est nécessaire pour la sécurité et que la sécurité passe toujours en premier. »

Toto Wolff est d’accord avec son homologue de Ferrari : il faut dire que ces deux grandes équipes disposent de larges ressources, même avec les budgets plafonnés, pour faire face à ce changement.

« Nous devons être tous ensemble dans ce domaine et les voitures, comme l’a dit Mattia, sont devenues plus rapides que ce que tout le monde attendait et à cet égard, nous ne pouvons pas - comment dire ? Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que Pirelli rattrape ce différentiel en matière de nouveaux pneus [sans nouvelles mesures] et donc, comme l’a dit Mattia, nous devons absolument travailler ensemble. »

Mario Isola, chez Pirelli, a-t-il exigé ce changement de la part de la FIA ? De manière étonnante, il estime ne pas avoir été impliqué dans le processus...

« J’ai appris la décision jeudi, donc je n’ai pas été impliqué dans cette affaire. Il est évident que c’est une décision qui est compréhensible. La seule réaction que nous pouvons mettre en place pour contrecarrer le niveau de charge et la vitesse de ces nouvelles voitures est d’augmenter la pression, et une pression accrue signifie que nous avons des effets secondaires - comme une surchauffe, des cloques, une dégradation - et il est évident que nous ne voulons pas cela, donc une réduction de la pression et une nouvelle réduction des règles d’aérodynamique aident à cet égard. »

« Nous n’avons pas la possibilité cette année de faire un plan de développement approprié car il a été convenu que pour cette année, nous avons juste la possibilité de faire des tests dans le cadre des EL2 pendant 30 minutes et donc de valider certains réglages, en détail, du produit, sans pouvoir en développer un nouveau. Je comprends donc combien il peut être difficile pour eux, pour les équipes, de modifier la voiture ou de concevoir une nouvelle voiture pour l’année prochaine. Nous allons continuer à réfléchir à affiner les réglages de nos pneus afin de les utiliser à une pression plus basse, ce qui signifie un comportement différent du pneu, sinon nous devrons augmenter la pression et réagir avec le seul outil dont nous disposons pour le moment. »

Pirelli

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less