Formule 1

La F1 pourrait changer à la dernière minute les pneus pour ce week-end

S’il n’est pas prudent d’y aller avec des pneus un cran plus tendre

Recherche

Par Alexandre C.

4 août 2020 - 11:32
La F1 pourrait changer à la dernière (...)

L’origine des crevaisons spéculaires ayant affecté, en fin d’épreuve à Silverstone, Lewis Hamilton, Valtteri Bottas et Carlos Sainz, est toujours en cours d’investigation chez Pirelli. Des pistes ont été évoquées : les débris laissés par l’aileron avant de Kimi Räikkönen, la longueur des relais effectués en durs (plus de 40 tours, contrairement aux indications de Pirelli) et les hautes pressions des virages à haute vitesse.

En attendant, Pirelli doit vite prendre une décision : faut-il emmener, comme prévu, les pneus un cran plus tendre (C2, C3, C4) pour le deuxième Grand Prix à Silverstone, ce week-end ? Originellement, il s’agissait de varier les stratégies et donc le spectacle. Mais est-ce aujourd’hui bien prudent ?

S’il ne pense pas que Pirelli soit à blâmer, Michael Masi, le directeur de course de la FIA, reste évasif sur le sujet.

La porte reste cependant ouverte à un changement de dernière minute : logistiquement, ce serait possible pour Pirelli. Mais le directeur de course de la FIA prévient : il s’agit d’abord de déterminer la cause profonde des problèmes…

« La FIA et Pirelli travaillent ensemble pour comprendre quelle était la cause et nous allons poursuivre à partir de là. En ce qui concerne l’événement de ce week-end prochain, si nous devons le faire, [changer les pneus], nous apporterons des modifications. »

Mario Isola, le responsable de Pirelli, tient un discours similaire. Et blâme en creux les équipes, qui ont effectué trop de tours avec les durs donnant ainsi, sur le moment, une bien mauvaise image au manufacturier !

« Selon la cause du problème, nous devons réagir de manière appropriée. Mais la réaction peut être différente. »

« Si nous parlons de l’usure, par exemple, peu importe si nous utilisons les mêmes composés que ceux que nous utilisons aujourd’hui ou des composés plus tendres. »

« Chaque pneu a un nombre maximum de tours qui dépend de chaque voiture. Chaque voiture est différente : cela dépend de la configuration, du niveau d’énergie, du style de pilotage, des conditions. C’est pourquoi nous ne pouvons pas dire que la limite est la même pour tout le monde. »

« Mais si le problème est l’usure, nous ne la réglons pas en adoptant le même choix de gomme que nous avions aujourd’hui ou en passant à une gomme plus tendre. »

« Si le problème est dû à des crevaisons [de débris], alors il est évident que nous ne pouvons pas faire grand-chose, il s’agit de ne pas avoir de débris sur la piste. S’il y a d’autres problèmes nous devons les comprendre, afin de réagir de la bonne manière. »

« Mais tant que nous n’avons pas découvert quel était le problème, il est difficile de donner un avis sur ce que nous pouvons faire. »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less