Formule 1

Kubica explique pourquoi il ne flanche pas encore moralement

Williams aurait compris quelque chose de très important à Melbourne

Recherche

Par A. Combralier

22 mars 2019 - 16:15
Kubica explique pourquoi il ne (...)

Robert Kubica a été gravement blessé dans un accident de rallye, ce qui l’a éloigné, pour quasiment une décennie, des paddocks de F1.

Néanmoins, le Polonais assure, avec le recul, que cette expérience en rallye lui est profitable aujourd’hui, afin de mieux cerner et comprendre les immenses difficultés que traverse Williams en ce début de saison.

« Je comprends mieux les choses, parce quand vous vieillissez, vous comprenez des choses différentes. Ma période en rallye, quand j’ai dû diriger ma propre équipe, m’aide aussi » a confié le pilote Williams, qui a fini à trois tours du vainqueur en Australie.

« Le rallye m’a aussi aidé à comprendre les difficultés que vous pouvez traverser en tant que directeur d’écurie, parce qu’en rallye, j’occupais trois, voire quatre fonctions en même temps : directeur d’écurie, propriétaire de l’équipe, pilote, et même parfois logisticien. »

« Donc cela vous donne une meilleure vue d’ensemble. Mais vous comprenez aussi mieux les choses avec l’âge. »

Robert Kubica cherche visiblement des aspects positifs à son retour au sein de la discipline reine. Mais ce début de saison chez Williams, qui apparaît en pleine déconfiture, n’est-il pas d’ores et déjà condamné à l’échec ? Robert Kubica ne se sent-il pas déçu, voire trahi par l’écurie de Grove ?

« Sur mon retour… mes sensations sont normales. Ce qui a changé pour moi, c’est que piloter en F1 est une grande réussite, car ce fut très long pour y arriver, ce fut extrêmement dur, et ce sera extrêmement dur. Mais c’est ainsi. »

« Je ne m’étais jamais attendu à quitter heureux Melbourne. Je ne suis pas pleinement heureux, parce que je ne peux pas l’être. Mais honnêtement, avec ce départ difficile, ces essais hivernaux difficiles, durant le week-end, je suis passé par tant de choses différentes, qui sont nouvelles pour moi, ou que j’ai dû réapprendre – car cela faisait longtemps que je ne les avais plus faites - … que cela me met dans une bonne situation sur le plan mental, ce qui était important. »

Un autre facteur rend Robert Kubica plus optimiste pour l’avenir : Williams aurait bien mieux compris la FW42 en Australie, et le pilote polonais aurait davantage compris lui-même ce qui lui convenait sur le plan du pilotage.

« Je vois comment les pneus s’améliorent du vendredi au dimanche, en raison des conditions de piste, des changements de températures, et de toutes ces choses dont vous retirez des leçons. »

« J’étais très confiant dans le fait que ce que certains auraient pensé le plus difficile pour moi [tenir le coup physiquement] serait, en réalité, la chose la plus facile pour moi. »

« En qualifications, même si c’était une expérience difficile, nous avons compris un facteur très important, qui a une influence immense sur ma confiance, sur mon ressenti, sur l’adhérence générale de la voiture. »

Williams F1

expand_less