Formule 1

‘Il était sous le coup de la colère’ : Verstappen revient sur sa bataille avec Leclerc à Silverstone

La colère après avoir perdu, sur le fil, la victoire au Red Bull Ring

Recherche

Par A. Combralier

12 octobre 2019 - 11:46
‘Il était sous le coup de la colère' (...)

La rivalité et les belles batailles en piste entre Max Verstappen et Charles Leclerc, à Silverstone et au Red Bull Ring dans les tout derniers tours, ont offert parmi les plus belles images de cette saison 2019.

Max Verstappen est revenu sur la rivalité naissante qui l’a opposé au pilote Ferrari – une concurrence féroce qui devrait durer pendant au moins une décennie.

« Silverstone était un peu frustrant parce que j’étais bloqué derrière lui » commente aujourd’hui Max Verstappen au sujet de cette bataille avec la Ferrari à Silverstone.

« Nous étions bien plus rapides que les Ferrari. Après le Red Bull Ring, je pense que Charles était aussi un peu bouleversé. »

Si Charles Leclerc avait ainsi défendu durement face à Max Verstappen à Silverstone, était-ce parce qu’il perdu, dans les derniers virages, la victoire en Autriche face à la Red Bull ?

« Oui, bien sûr. Il pilotait très durement. Je suis OK avec ça. Mais dans sa manière de défendre, il était toujours un peu sous le coup de la colère, après avoir perdu la victoire au Red Bull Ring. Et ça me va, c’est une réaction normale. Mais c’est aussi frustrant de mon côté parce que je ne voulais pas prendre trop de risques. »

« Je pensais surtout à maximiser le nombre de points. Je me disais, les évolutions arrivent… à un moment, nous lutterons contre Mercedes. Donc j’étais dans une mentalité différente. »

« Tout le monde aurait agi comme lui. Surtout après avoir mené toute la course en Autriche, jusqu’à deux tours de la fin… »

Que l’on ne se trompe pas, Max Verstappen tient en haute estime le jeune pilote Ferrari.

« Charles est meilleur que la moyenne. Il a un vrai talent, il est très bon, donc naturellement, il aura ce genre de réactions. Donc c’est un gagnant, il faut s’y faire. »

Cette bataille en Autriche – Max Verstappen n’avait pas été pénalisé pour son dépassement sur Charles Leclerc – a été l’origine de la philosophie du « let them race », introduite par Michael Masi, le directeur de course de la FIA.

« La F1 en avait besoin à ce moment » estime Max Verstappen. « Parce qu’après la pénalité infligée à Sebastian Vettel au Canada… et l’attente très longue qui avait suivi la fin du Grand Prix d’Autriche… Oui, la F1 en avait besoin. »

Ferrari

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less