Formule 1

Horner pense que Liberty doit être plus strict avec les promoteurs

Et il rappelle que la F1 n’est pas un autre sport américain

Recherche

Par Emmanuel Touzot

7 février 2019 - 08:48
Horner pense que Liberty doit être (...)

Christian Horner estime que la fronde des promoteurs à laquelle Liberty Media fait face aujourd’hui n’est qu’une conséquence de l’envie du propriétaire de la Formule 1 de contenter tout le monde. Le directeur de Red Bull estime que si Liberty appliquait une gouvernance stricte comme Bernie Ecclestone, ils n’auraient pas ce genre de protestations en face.

"Vous n’auriez jamais entendu un promoteur parler de Bernie, car ils n’auraient pas eu de Grand Prix l’année suivante !" a déclaré Horner. "Il avait une façon différente de faire des affaires.

"Le problème, c’est que Liberty essaie de fonctionner d’une manière démocratique, et les promoteurs obtiennent beaucoup plus de Liberty qu’auparavant en termes de liberté et de possibilité de faire les choses, il devrait y avoir des restrictions plus sévères. Plus vous donnez, plus ils veulent, c’est instinctif. Bernie dirigeait le navire de manière très stricte, c’était une dictature en ce sens que si vous ne l’aimiez pas, vous n’aviez pas de course l’année suivante. C’est juste une façon différente d’opérer."

"Je pense qu’une chose que Liberty trouve frustrante, c’est qu’une grande partie de cette activité se fait par l’intermédiaire des médias. C’est une chose à laquelle ils ne sont pas habitués avec le sport américain. Il y a cette comparaison constante du sport et des franchises américaines par rapport à la Formule 1. Les sports américains fonctionnent en Amérique, ils ne fonctionnent pas au niveau mondial."

Pour Horner, Liberty doit comprendre que la F1 existait avant d’être développée aux Etats-Unis et qu’elle ne peut pas être traitée comme la NBA, la NFL ou la MLB.

"S’il y a une chose qu’ils apprennent avec la F1, c’est qu’elle a un attrait différent sur des marchés différents. C’est toujours l’un des plus grands sports du monde et vous ne pouvez pas nécessairement appliquer une approche sportive américaine à quelque chose qui a déjà 60 ou 70 ans en tant que championnat du monde".

Christian Horner considère que le bilan de Liberty Media à la tête de la F1 est jusqu’ici positif, notamment sur le plan médiatique et dans la capacité des nouveaux propriétaires à faire augmenter la valeur de la Formule 1. Désormais, Liberty doit parfaitement orchestrer le prochain virage technique de la discipline.

"Si vous regardez les deux dernières années, Liberty a très bien réussi certaines choses. Certaines choses sont très différentes de ce qu’elles étaient auparavant, dans la façon dont le sport est promu, les plateformes numériques, l’accès, la promotion du sport par le biais de festivals de fans, etc. Toutes ces initiatives sont louables, et cela facilite la prise de valeur pour les actionnaires, sponsors et partenaires."

"La question la plus préoccupante est de savoir quel est leur projet, à la fois financier et réglementaire, en accord avec la FIA, et ce qu’ils veulent que la Formule 1 soit à partir de 2021. Il semble déjà que le moteur restera le même et c’est évidemment une question fondamentale depuis quatre ou cinq ans, donc nous devons nous assurer que les moteurs ne deviennent pas un énorme différenciateur de performance comme nous l’avons vu dans les débuts de cette ère hybride".

FOM (Liberty Media)

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less