Formule 1

Horner dénonce ‘l’obsession’ des budgets plafonds et ‘l’opportunisme’ de certaines équipes de F1

Et pousse à nouveau pour les voitures clientes

Recherche

Par A. Combralier

12 mai 2020 - 09:44
Horner dénonce ‘l’obsession’ des (...)

Avec Ferrari, Red Bull est sûrement l’opposante la plus fervente à l’abaissement des budgets plafonnés, vers les 130 ou même 100 millions de dollars ainsi que le souhaitent plusieurs équipes, à commencer par McLaren.

Seul contre tous, ou presque, Christian Horner a alors pris sa plume sur le site officiel de Red Bull pour pousser à nouveau ses idées : les budgets plafonnés ne doivent pas être une fin en soi ; surtout, les équipes qui développent davantage de pièces pour des équipes B, comme AlphaTauri, pour Red Bull, devraient avoir plus de budget. En clair, Christian Horner campe sur ses positions.

« Le problème est que l’on parle tellement du montant des budgets plafonnés que je pense que l’on passe à côté de l’essentiel. »

« Les écuries de F1 dépenseront toujours le budget dont elles disposent. Plus 10 % supplémentaires [avec les exceptions]. »

« Il est impossible de comparer les dépenses de Ferrari à Haas, de Mercedes à Racing Point ou même de Red Bull à AlphaTauri. Ce sont toutes des structures et des modèles économiques complètement différents. »

« Je pense que la solution devrait consister à examiner ce qui fait augmenter ces coûts en premier lieu, à savoir le coût de la R&D pour construire et développer des voitures dans l’espoir d’être compétitif. »

« Je soutiens pleinement la nécessité de réduire les coûts et de veiller à ce que les dix équipes restent dans le sport, mais il existe de nombreuses façons d’atteindre cet objectif et elles ne se limitent pas à abaisser le plafond. »

Christian Horner a une proposition clef en mains qu’il propose à nouveau à la FIA, au risque de faire perdre une partie de son identité au sport : les voitures-clientes, comme en MotoGP. Il prend l’exemple de Racing Point (qui s’est largement inspiré de la Mercedes de l’an dernier) pour montrer qu’il s’agit déjà d’une réalité existante dans le sport. Pourquoi alors ne pas l’avaliser ?

« Si l’objectif principal d’un plafonnement des dépenses est d’être compétitif et d’aider les petites équipes, en particulier dans le contexte de la crise actuelle, je serais tout à fait disposé à vendre nos voitures de la dernière course de la saison à Abu Dhabi. »

« Certaines personnes disent que les voitures clientes vont contre l’ADN de la F1, qui est de concevoir et construire sa propre voiture, mais les temps ont changé et nous devons trouver le meilleur moyen de rendre les petites équipes compétitives et de survivre à la crise actuelle. Cette approche fonctionne bien en MotoGP et elle pourrait même attirer davantage d’équipes sur la grille de départ, ce dont nous nous réjouirions tous. »

« Les équipes dépensent des fortunes pendant l’hiver en copiant les autres, pourquoi ne pas leur donner simplement l’opportunité d’acheter la voiture de l’année dernière ? »

« Il serait bien plus logique pour une équipe d’être compétitive, plutôt que de dépenser de l’argent pour développer quelque chose si les fonds ne sont pas là pour le faire. À mesure que le modèle économique des petites équipes évolue et qu’elles deviennent plus compétitives avec les voitures clientes, elles peuvent générer des revenus supplémentaires et envisager de construire à nouveau leurs propres voitures. »

« Je crois sincèrement que la solution de la voiture cliente pourrait être utile à court terme et qu’il faut l’envisager sérieusement. »

Cette dernière sortie est enfin l’occasion, pour Christian Horner, d’adresser un tacle à McLaren, Renault et même Mercedes au passage, qui ont soudainement milité, face à l’urgence de la crise, pour l’abaissement des budgets plafonnés.

« Certaines équipes ont certainement fait preuve d’opportunisme pendant la crise actuelle, mais je crois que nous devons examiner toutes les options plutôt que de réagir de manière impulsive, car cela pourrait entraîner la perte de nombreux emplois. »

« Nous devrions être moins obsédés par le plafond et nous concentrer davantage sur la compétitivité du sport. »

Ce discours certes constructif, mais faisant ainsi du chantage à l’emploi, sera-t-il entendu par les autres équipes et la FOM ?

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less