Formule 1

Gasly : Je ne pensais pas réaliser un podium avec Toro Rosso

Le Français entame ses vacances en ayant bien terminé une saison compliquée

Recherche

Par Olivier Ferret

12 décembre 2019 - 17:35
Gasly : Je ne pensais pas réaliser (...)

Pierre Gasly a vraiment vécu une saison faite de hauts et de bas. Le plus bas reste évidemment sa rétrogradation de Red Bull Racing à Toro Rosso.

Mais le plus haut n’est pas son début dans le top team, en début de saison. C’est bien le podium obtenu au Brésil, avec la Toro Rosso, qui marque selon le Français son année.

"Je ne pensais pas réaliser un podium avec Toro Rosso," admet Gasly dans les locaux du journal L’Equipe.

"On part chaque week-end sur le circuit avec l’ambition de faire le meilleur résultat possible, en ayant un objectif en tête, mais il faut aussi savoir être réaliste. Si je m’attendais à être sur le podium à chaque course, je serais très frustré."

"Ce podium, ça reste un pur bonheur," ajoute le Normand. "C’est un moment dont j’ai rêvé depuis que j’étais tout petit. Lorsque j’ai passé la ligne d’arrivée, j’ai crié, comme un fou. Toutes les émotions sont ressorties d’un coup."

"Dans le tour précédent, j’ai pu repérer où je devais défendre face à Lewis Hamilton. Et lorsqu’on arrive dans le dernier virage, j’ai deux options : soit je laisse ouvert, il passe au freinage, mais j’ai plus de vitesse dans la ligne droite pour le redoubler ; soit je ferme la porte, je reste devant mais perds de la vitesse, et je dois lui résister dans les derniers mètres. J’ai choisi l’option n°2."

"Mais quand je vois son aileron avant juste à côté du mien dans la remontée, je me dis que ça va être chaud jusqu’au bout. Sur le volant, on a un bouton pour vider la batterie. Comme c’était le dernier tour, j’ai pu l’utiliser, à fond. Je passe sur la ligne avec 0 %. J’ai même essayé de le serrer un peu, mais il n’a pas bougé. Ça ne se joue vraiment à rien entre lui et moi. Quel rush d’adrénaline !"

Le Français va pouvoir enfin bénéficier de vacances.

"Je passe 50 jours à la maison dans l’année (en Italie avec sa petite amie)," précise Gasly.

"Je pense à la F1 sept jours sur sept, c’est ma passion avant d’être mon métier. Et c’est une vie atypique, qui place beaucoup d’obstacles dans une relation, et impose des sacrifices."

"Sans mes parents, rien de tout cela n’aurait été possible," ajoute-t-il. "Quand je faisais du kart, c’est mon père qui s’occupait de la mécanique. Un de mes frères venait aider aussi. À 12-13 ans, j’ai mis mes parents dans une situation financière difficile pour qu’ils me permettent de vivre mon rêve. Ils ont fait des sacrifices, et mes quatre frères aussi, car ils ont accepté qu’on se concentre sur moi. Ça met forcément de la pression. Malgré mon jeune âge, j’en avais conscience. Et à l’époque, j’étais bien loin de la F1. J’ai toujours dû me battre pour obtenir ce que je voulais, et ça a contribué à forger mon caractère. Ils m’ont toujours dit : ’’on te donne ce qu’on peut, fais de ton mieux avec ça pour aller le plus vite possible.’ Donc aujourd’hui, je suis heureux de pouvoir les emmener dans un paddock de F1, c’est ma manière de les remercier."

AlphaTauri (Toro Rosso)

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less