Formule 1

Droits TV, sponsors, promoteurs : Carey va négocier durement pour sauver les revenus de la F1

Les partenaires de la F1 vont négocier des contrats à la baisse

Recherche

Par A. Combralier

8 mai 2020 - 18:16
Droits TV, sponsors, promoteurs : (...)

La F1 traverse actuellement une grande phase d’incertitude : la saison va-t-elle pouvoir commencer comme prévu, dès juillet, ou bien une deuxième vague remettra-t-elle en question ces plans ? Quelle sera l’évolution générale de l’épidémie d’ici trois mois ? Reviendra-t-elle en mars 2021 ?

Face à ces multiples zones d’interrogation, Chase Carey, comme il l’a reconnu devant des investisseurs de Liberty Media, est quelque peu perplexe. C’est pourquoi il refuse de dresser des plans définitifs en se projetant trop à long terme, par exemple en réfléchissant déjà à un calendrier 2021 réduit.

« En ce moment, il y a trop d’éléments en mouvement. Il y a tellement de "et si" que je ne pense pas qu’il soit constructif de parler de certaines choses. Je pense que nous devons aller assez loin dans la mise en place de ces plans pour savoir où nous en sommes. Nous attendons des équipes qu’elles prennent les bonnes initiatives pour y parvenir. »

Premier point à régler : la redistribution des revenus envers les équipes. Si Liberty Media a consenti à des avances de paiement, quelle sera l’évolution de ce prize money à l’avenir ? Pourra-t-il être réduit si la crise empire ?

« Le prize money dépend d’une formule contractuelle, donc il est ce qu’il est » a poursuivi Chase Carey devant des investisseurs. « De façon réaliste, nous ne pourrions pas le modifier unilatéralement si nous le voulions. Pour développer ce point, il s’agit d’un pourcentage des bénéfices, et si les bénéfices seront en baisse, le prize money serait en baisse. »

« Est-ce que nous ferions quelque chose pour soutenir certaines équipes ? Nous ne faisons pas dans le don, mais cela étant dit, nous nous engagerons avec tous nos partenaires et nous trouverons comment aller de l’avant d’une manière qui ait un sens pour tout le monde » a poursuivi Carey dans une formule évasive.

Le prize money dépendra des revenus de la F1, qui dépendent eux-mêmes des droits TV et de tickets d’entrée par les promoteurs. Or, avec moins de courses, et qui plus est à huis clos, les promoteurs comme les TV devraient logiquement demander, comme en football, des réductions à Liberty Media. Chase Carey est-il prêt à les consentir ? Les négociations s’annoncent rudes à l’entendre…

« Que ce soit les équipes, les promoteurs ou les sponsors, nous n’allons pas distribuer des petits cadeaux à tout le monde. »

« Nous allons nous attendre à être traités équitablement, mais nous allons traiter cela comme des adultes, et avec l’espoir que 2021 ressemblera au business que nous connaissions tous il y a quatre mois. »

Les circuits qui n’auront pas à subir de huis clos auront sans doute moins de difficultés financières. Mais même dans ce cas, Chase Carey ne s’attend pas à une partie facile.

« Avec des fans, cela se rapproche certainement beaucoup plus du business habituel. Mais il y a des cas différents. Pour une course qui devait avoir lieu au printemps et qui a été déplacée à l’automne par exemple. »

« À l’heure actuelle, la plupart de nos promoteurs, même ceux qui figurent sur le calendrier, ne vendent pas de billets en raison de l’incertitude, et probablement que personne n’en achète. »

« Dans la mesure où nous avons des courses avec des fans, je pense qu’on peut aussi se demander si c’est une course avec des fans comme nous en avons l’habitude, ou si c’est une course avec des fans avec certaines conditions sanitaires autour de ces fans. Je pense que nous devons nous engager sur toutes ces choses. »

Enfin, les sponsors, comme Heineken, vont aussi négocier à la baisse leurs contrats…

« Nous nous efforçons d’atteindre ce que nous pensons être les attentes de nos sponsors. En fin de compte, il s’agit de relations, et ce sont des relations à long terme. »

« Nous allons nous asseoir à une même table en tant que partenaires et trouver une voie équitable pour l’avenir. Nous voulons que les sponsors se sentent bien dans ce que nous faisons, mais nous avons également l’obligation de leur fournir une certaine valeur, et si nous la fournissons, d’en recevoir un juste prix. Nous approcherons ce problème en tant que partenaires. »

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less