Formule 1

Course Sprint, place au calendrier, droits humains : l’Arabie saoudite discute avec la F1

Beaucoup de sujets sur la table

Recherche

Par Olivier Ferret

27 juillet 2021 - 08:01
Course Sprint, place au calendrier, (...)

Le premier Grand Prix de l’histoire en Arabie saoudite aura lien en fin d’année, le 5 décembre. Cette place trouvée au summum du sport automobile est un vrai succès pour le Royaume, cependant, la date ne semble pas tout à fait satisfaire le promoteur de la course à moyen terme.

En effet, le Prince Khalid Bin Sultan Al Faisal, promoteur officiel du Grand Prix et président de la fédération saoudite, espère plutôt une place en début de calendrier, comme dans le royaume voisin et ami de Bahreïn, a-t-il confié aujourd’hui.

« Pour nous, en tant que promoteur, nous préférons ne pas être dans les dernières courses. »

« Les équipes peuvent vraiment faire de bons résultats dans les premières courses et ensuite les autres courses deviennent moins intéressantes, en tant que promoteur. »

« Nous voulions avoir une course au début, mais comme nous devions faire le travail pour la piste et la préparer, nous ne pouvions pas avoir une course en 2021 au début de l’année. »

« Notre décision était d’avoir une course à la fin de 2021, ou [d’attendre pour] avoir une course tôt dans le calendrier en 2022. Notre décision était que nous voulions la course en 2021. Nous discutons donc maintenant avec la F1 de ce qui est le mieux pour nous d’avoir notre course en 2022, et nous espérons pouvoir trouver un accord. »

Puisqu’il faut bien faire avec ce Grand Prix prévu en décembre, le promoteur du Grand Prix cherche à le rendre plus attractif. Et l’idée germe : Jeddah pourrait être le troisième Grand Prix de l’année accueillant des qualifications sprint. Interlagos est normalement prévu mais avec le coronavirus, la situation est plus qu’incertaine dans ce pays...

« J’étais là à Silverstone le week-end dernier et j’ai vraiment apprécié en tant que spectateur et en tant que promoteur. »

« Je pense que c’est une bonne chose. Vous avez plus de courses à voir, plus d’action le samedi. Nous aimerions être l’un des pays à avoir la course de sprint. »

« La décision appartient maintenant à la F1 et nous verrons. Est-ce que ce sera un autre pays, avec trois pays en Europe, ou est-ce que le Moyen-Orient sera l’un d’entre eux ? J’aimerais beaucoup la voir en Arabie Saoudite. »

Les droits de l’homme en question

Si le succès financier est assuré en F1, qu’en sera-t-il du succès d’image ? Car alors que la F1 s’engage pour la diversité et la tolérance, le royaume wahhabite et sa place au calendrier ont déjà posé question chez plusieurs pilotes, notamment chez Lewis Hamilton.

Le Prince Khalid s’est exprimé sur ce sujet inflammable et dit en avoir discuté directement avec les pilotes, mais pas avec Lewis Hamilton...

« J’ai rencontré à Silverstone quelques pilotes, je ne vais pas citer leurs noms, mais Lewis Hamilton n’en faisait pas partie. J’ai abordé leurs préoccupations et j’ai parlé avec eux ouvertement. »

« J’ai dit, écoutez, je ne vais rien vous dire, vous venez en Arabie saoudite et vous le voyez, et si vous voulez venir ici avant la course, vous pouvez venir, et vous jugez par vous-même. Quoi que je dise sur mon pays, il vaut mieux que vous veniez le voir vous-même, que vous rencontriez les gens du pays, et alors vous pourrez avoir votre opinion. »

« Je suis sûr que vous avez des amis des équipes qui sont venues pour la Formule E ou pour le Dakar. Vous pouvez leur demander, et ils pourront vous donner leur avis. Vous pouvez venir et avoir une chance de voir notre pays librement, et ensuite vous pouvez dire votre opinion sur notre pays, parce que nous avons confiance en nos progrès et en notre avenir. Nous n’avons donc aucun problème [à en discuter]. »

Quant à l’initiative de la F1 " WeRaceAsOne ", le prince Khalid se sent-il à l’aise avec les efforts faits par Stefano Domenicali et la FOM pour promouvoir plus de diversité et d’égalité ?

« A l’heure actuelle, les choses progressent très bien entre nous. Cela fait partie de notre stratégie, en Arabie Saoudite, d’ouvrir notre pays. »

« Nous voulons prouver la qualité de vie pour tout le monde, pour les Saoudiens ou toute personne qui visite l’Arabie saoudite. Cela nous aidera à atteindre nos objectifs. »

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less