Formule 1

Changer de règlement, un objectif contradictoire avec la convergence des performances

Le règlement 2019 va-t-il atteindre son but ou être contre-productif ?

Recherche

Par Valentin Vilnius

17 février 2019 - 18:53
Changer de règlement, un objectif (...)

Afin de faire progresser la popularité de la F1, Liberty Media a une obsession : augmenter le spectacle sur la piste, accroître le suspense et l’incertitude en Grand Prix. Pour ce faire, il n’y a pas de solution miracle : il est indispensable que les écarts de performances, au sommet de la grille, soient au maximum resserrés.

C’est lorsqu’une équipe domine outrageusement la discipline (comme Ferrari dans les années 2000, ou Red Bull et Mercedes durant les années 2010) que les critiques portant sur le spectacle se font, en effet, les plus vives (sauf lorsqu’un duel au sommet dans l’écurie dominatrice, à l’image du duel Prost-Senna, permet de faire passer la pilule).

Comment, dès lors, resserrer les écarts de performance ? Liberty Media a dégainé une première arme, celle des budgets plafonnés : théoriquement, cette convergence financière devrait permettre de rapprocher les écuries de milieu de grille des écuries de pointe. Les différences de budget entre Mercedes et Red Bull, encore importantes, devraient également s’estomper.

Les Américains, en association avec la FIA, ont une deuxième flèche dans leur carquois : la modification du règlement technique. Certes, un des objectifs du règlement 2019 (comme pour 2021) sera de faciliter les dépassements en piste ; mais en modifiant assez nettement l’aérodynamique (au niveau des ailerons et des déflecteurs), Liberty Media essaie aussi de bouleverser la donne, pour fragiliser la situation de Mercedes.

Changer le règlement technique, aérodynamique ou moteur, est-ce donc une bonne solution pour assurer la convergence des performances ? Un détour par les trois derniers grands changements de règlement pourrait être éclairant à ce sujet.

En 2009, le règlement technique change profondément. La convergence des performances en souffre considérablement : alors que la saison 2008 fut très serrée, l’année 2009 – tout du moins dans sa première partie – est largement dominée par Brawn GP, qui a tiré les failles du nouveau règlement en installant un double diffuseur. Les performances se resserrent seulement en deuxième moitié de championnat.

En 2014, le règlement moteur, mais aussi le règlement aérodynamique, changent profondément. Là encore, une écurie, Mercedes, prend nettement le dessus, et écrasera toute concurrence pendant trois saisons d’affilée. Très clairement, le bouleversement des règles techniques a nui au spectacle en piste, à l’avant de la grille.

En 2017, seul le règlement aérodynamique évolue nettement. Cette fois-ci, le but est atteint. Au sommet de la grille, Ferrari réussit à tirer profit de la nouvelle donne pour bousculer Mercedes, en particulier en première moitié de saison. En milieu de grille, les écarts se resserrent aussi, si bien que le spectacle en piste en ressort renforcé.

De ces trois derniers tournants, que faut-il alors retenir ? Un changement de règlement crée de la divergence, la stabilité d’un règlement de la convergence. Il peut potentiellement rebattre la hiérarchie : il s’agit non d’une convergence, mais d’un bouleversement, non d’une concentration, mais d’une mutation. Mais l’effet de nouveauté que peuvent induire de nouvelles règles, avec la domination d’une nouvelle écurie, permet d’atténuer, pour un temps, la déception pour le spectateur.

En somme, pour atteindre cette convergence entre plusieurs écuries, Liberty Media aurait peut-être dû laisser le règlement tel quel. Le risque, en 2019, est qu’une écurie seulement profite à plein de la nouvelle donne, ce qui porterait forcément atteinte au spectacle et au suspense.

En novembre 2017, Paddy Lowe, directeur technique de Williams, pointait déjà les effets du nouveau règlement aérodynamique sur la convergence des performances, en rappelant le principe de la loi des rendements décroissants.

« A chaque fois que vous changez le règlement vous créez toujours une opportunité, et une divergence, pour les moteurs ou pour un autre sujet. Ce qui crée de la convergence, c’est la stabilité du règlement. Plus vous laissez les choses inchangées, plus c’est le cas. Vous voyez aujourd’hui que les moteurs sont beaucoup plus proches en performances qu’il y a trois ans. Le nouveau changement de règlement aujourd’hui doit être mené avec une grande précaution. Je trouve curieux l’importance que les gens donnent à cette nouvelle réglementation pour créer plus de convergence… quand cela crée de la divergence au contraire. »

Liberty Media et la FIA ont ainsi pris un gros risque, en modifiant le règlement dès 2019. L’objectif de ces règles est d’augmenter le spectacle en piste… mais si la divergence des performances s’accélère, cette réforme aura été totalement contre-productive.

Nous aurons nos premières réponses à partir de demain, lors des essais de Barcelone, avec de premières conclusions à la fin de ces même essais, d’ici un peu moins de deux semaines.

FOM (Liberty Media)

FIA

expand_less