Budgets plafonds : Ferrari et Mercedes F1 toujours ‘borderline’, Alfa Romeo et Haas satisfaites

Les sanctions en cas de dépassements augmentées

Recherche

Par Alexandre C.

9 juillet 2022 - 13:08
Budgets plafonds : Ferrari et (...)

« Trop peu pour les grosses équipes, mais trop pour les petites équipes. » C’est ainsi que Toto Wolff a résumé le compromis trouvé hier sur les budgets plafonnés : une augmentation de 3,1 % du plafond soit un peu plus de 4 millions d’euros, et ce, en raison de l’inflation galopante.

Seule une équipe a voté contre (Alpine) cette proposition ; mais pourtant, celle-ci est loin de satisfaire les 9 autres comme le résume Toto Wolff.

Frédéric Vasseur pour Alfa Romeo reconnaît une divergence de vues dans le paddock ; mais estime aussi que c’est la nature d’un compromis de parfois décevoir tout le monde…

« Le plafonnement des coûts a été la meilleure décision de la F1 au cours des dernières années, et nous devons considérer que les positions sur cette question différent totalement entre les petites et les grandes équipes. »

« C’est un bon compromis à la fin, personne n’était heureux et c’est probablement la meilleure façon de gérer la situation. »

Haas, qui dispose d’un des budgets les plus faibles du plateau, est plus mitigée à entendre Günther Steiner. Là encore, telle est la nature des compromis.

« Les grandes équipes voulaient plus, les petites équipes ne voulaient rien, et le compromis a été trouvé au milieu. »

« Mais cela montre que nous travaillons ensemble. Nous nous battons - d’habitude, c’est Toto qui se bat contre tout le monde, mais cette fois-ci, il était accompagné de quelques collègues qui votent avec lui, alors que d’habitude ce sont des gens qu’il combat - mais c’était une bonne réunion et nous avançons. »

« C’est la chose la plus importante. Il y a des problèmes plus importants que nous devons résoudre pour aller de l’avant. »

Mercedes toujours à la limite, surtout après le double crash

Pour autant, cette augmentation résout-elle tous les problèmes des écuries de pointe ? Loin de là.

Chez Mercedes, Toto Wolff estime que son équipe est loin d’être tirée d’affaire sur le dépassement du plafond pour le moment

« Je pense que nous trois [Mercedes, Red Bull et Ferrari] sommes très au-dessus du plafond. Cela signifie que des économies seront nécessaires, au moins pour Mercedes. »

« Le résultat est donc utile, mais résout-il nos problèmes ? Non. »

D’autant plus que le double crash en qualifications coûtera 1 million de dollars environ à Mercedes : un vrai pactole dans ce contexte ! (voir notre article).

« Nous avons dépensé un tiers du gain supplémentaire que nous avions obtenu avec l’accord, hier juste après les qualifications [pour le double crash]. »

Ferrari au seuil du dépassement également

Chez les écuries de pointe, Mattia Binotto a aussi insisté pour augmenter le plafond, sans grande surprise. Pour lui, il était grand temps d’agir : au risque que la Scuderia menace de rater des Grands Prix comme Red Bull ?

Le patron italien se satisfait du compromis trouvé de son côté, tout en remerciant des petites équipes comme au hasard, Alfa Romeo et Haas.

« En termes de timing, nous étions vraiment à la limite, borderline. Certaines équipes ne respectaient déjà pas le plafond budgétaire cette année et il était important de trouver au moins un compromis. »

« Je voudrais dire merci aux plus petites équipes, car elles ont été constructives. »

« Il est certain qu’en tant que grande équipe, vous êtes toujours à la recherche de plus d’argent, mais le compromis est assez bon pour nous donner un souffle et un nouvel objectif face à une situation inattendue cette saison. Qui a fait que nous pouvions pas nous permettre de rester dans le plafond budgétaire. »

« Oui, ce sera serré, mais il est positif que nous ayons pris une décision hier. Ce sera très serré, ce sera très difficile -, l’inflation de l’énergie, le fret sont là, donc il faudra faire des économies, sans aucun doute. Nous n’avons que quelques mois d’ici la fin [de la saison]. »

« La plupart des dépenses de cette saison ont déjà été effectuées et il en reste très peu. Mais il est certain que nous devons contrôler et faire en sorte de faire face à la situation. »

Les dépassements du plafond en question

Les petites équipes ont eu gain de cause sur un autre sujet, en cas de dépassement du plafond, ce qui est donc probable pour les écuries de pointe. En cas de dépassement mineur, soit inférieur à 5 millions, il était prévu que les équipes, tout en reconnaissant ce dépassement, négocient un nouveau montant maximal contre une pénalité relativement modeste, mais pas vraiment spécifiée. Mais avec l’augmentation nouvelle du plafond, les écuries de pointe seraient davantage engagées à ne pas risquer ces dépassements mineurs.

En clair, être tenté de dépasser le plafond, même pour un petit montant, serait devenu beaucoup plus risqué... même si on attend des précisions sur les pénalités prévues !

Toto Wolff reconnaît avoir concédé quelque chose sur ce plan, pour Mercedes.

« La raison pour laquelle nous avons atteint le compromis hier est que nous avons dit aux petites équipes que nous n’allions pas revenir et dire que nous avons besoin d’une sorte de négociation avec le panel d’adjudication [les sanctions] du plafonnement des coûts. »

Même son de cloche chez Mattia Binotto : le patron de la Scuderia confirme que l’équipe italienne va devoir rester dans les clous, et que la limite restera la limite.

« Maintenant, nous avons un nouvel objectif et nous ne serons pas en infraction, nous ne pouvons pas nous permettre d’être en infraction, et ce sera à nous, en tant qu’équipe, de nous assurer que nous respections simplement le règlement. »

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos