Andretti se lâche : la F1, un ‘club de requins et de snobs européens’

Il charge en particulier Toto Wolff

Recherche

Par Alexandre C.

7 juillet 2022 - 09:09
Andretti se lâche : la F1, un ‘club (...)

Comme Zak Brown, le PDG de McLaren Racing, sous forme de litote, le confiait récemment : Michael Andretti rencontre de la « résistance » pour inscrire son équipe au championnat du monde de la F1.

Par crainte de diluer les revenus, la majorité des équipes ne voient pas d’un bon œil l’arrivée d’une 11e écurie.

Cela rend bien sûr immensément amer Andretti lui-même et il a voulu rappeler ses arguments. En particulier : l’arrivée d’une autre équipe américaine ferait croître les revenus pour toutes les équipes, en participant à la croissance du marché des USA.

« J’essaie de leur rappeler qu’il y a 350 millions de personnes dans ce pays, et que, oui, il y a eu un pic d’intérêt ici avec Drive to Survive, mais qu’ils ne devraient pas se contenter de ce qu’ils ont... »

« Nous ne faisons qu’effleurer la surface. Ils ont capté l’intérêt de tous ces nouveaux fans, mais les fans sont un peu capricieux. »

« Ils sont convaincus qu’ils ont le public américain maintenant. Mais vous avez besoin de quelque chose pour les garder pour l’avenir. Et nous pensons que nous pouvons être ce quelque chose d’accrocheur. »

Au passage, Andretti affirme disposer d’une véritable équipe américaine. En sous-texte, on peut comprendre que Haas (qui a une base au Royaume-Uni, qui sous-traite en Italie à Dallara et à Ferrari) n’en est pas vraiment une...

« Nous sommes une vraie équipe américaine, nous avons un vrai pilote américain. C’est là que je pense que notre valeur est vraiment forte, pour garder ces fans qu’ils viennent d’avoir. »

La F1, un club européen… ?

L’ancien pilote McLaren désespère de voir ainsi la F1 rester un club d’Européens, comme lors de son passage dans la discipline au début des années 1990.

« C’était définitivement un club européen. »

« Et j’ai l’impression que c’est toujours un club européen, vu la façon dont on nous traite. Parce que nous serions une menace. La première vraie équipe internationale. »

« C’est une approche très snob qu’ils adoptent. En fin de compte, nous allons apporter plus de valeur que nous allons en retirer. »

Andretti versus Toto Wolff

Andretti avance qu’une ou deux équipes, en plus de McLaren et Renault, auraient accepté de soutenir son projet. Mais pour le reste des équipes ? Que pourrait-il leur dire pour achever de les convaincre ?

« Je pense que nous en avons quatre ou cinq qui sont définitivement de notre côté. Mais les autres se demandent "Qu’est-ce qu’on va en tirer ?’ »

« C’est de cela qu’il s’agit - et ils sont tous myopes. »

« Je leur dis : D’accord, vous pouvez obtenir cela maintenant, mais qu’en est-il de ce que nous pensons pouvoir apporter à l’avenir ? »

« Mais ils ne se soucient pas de ça. Ils ne se soucient pas de la série F1. Ils ne se soucient que d’eux-mêmes. Mais c’est comme ça la F1, ça a toujours été comme ça. »

Andretti a en particulier Wolff dans le viseur : selon lui, Toto Wolff (un des plus fervents opposants à Andretti) ne craint pas la perte de revenus (dilués), mais la perte d’une partie de son influence politique.

« Il utilise cela [la dilution] comme une excuse. »

« Mais vous pouvez voir qu’il regarde ça et il pense, ’Je vais avoir une voix de moins. Ce sera un vote de plus contre moi", c’est ainsi qu’il envisage les choses. »

« Je savais à peu près dans quoi on s’embarquait ici. Vous nagez avec les requins. Donc, vous feriez mieux de vous assurer que vous ayez votre harpon sur vous. Je ne suis pas naïf à ce sujet. »

« J’étais peut-être naïf quand je m’y suis lancé quand j’étais pilote chez McLaren, mais probablement grâce à cette expérience, je ne suis plus naïf maintenant. Tout le monde a son couteau, et ils sont prêts à vous poignarder dans le dos. »

Andretti F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos