Formule 1

Mercedes a eu une course mouvementée

Un abandon, une amende et une pénalité

Recherche

Par

1er août 2010 - 19:01
Mercedes a eu une course mouvementée

Mercedes GP a eu un Grand Prix de Hongrie mouvementé, marqué par l’abandon de Nico Rosberg après la perte d’une roue, une forte amende pour l’équipe et une pénalité pour Michael Schumacher.

Le début de course a été plutôt tranquille, mais tout s’est agité avec l’intervention de la voiture de sécurité. Le team en a profité pour appeler ses pilotes aux stands et procéder au changement de pneumatiques prévu.

Nico Rosberg a été le premier à rentrer et traversait la voie des stands quand sa roue arrière droite s’est détachée et l’a contraint à l’abandon. Cet incident a valu à l’équipe une amende de 50.000 dollars.

« Ce week-end difficile se termine de façon décevante. Je n’ai pas pris un bon départ parce que j’étais du côté sale et j’avais du mal à suivre le rythme de Petrov. Il aurait été difficile de reprendre beaucoup de terrain. Nous avions besoin d’un bon arrêt aux stands pour rester devant Kubica, mais, malheureusement, nous avons eu ce problème avec la roue arrière », commentait Rosberg.

« Après la course, on m’a dit que ma roue avait heurté le grand Nige, l’un de mes anciens mécaniciens chez Williams et je dois dire que j’étais plus inquiet pour ma roue que pour lui. Plus sérieusement, c’est génial qu’il n’ait pas été blessé sérieusement et je suis désolé pour cet accident, » ajoute-t-il.

Ce problème de roue s’est répercuté sur l’arrêt de Michael Schumacher, arrivé peu après son équipier, et lui a fait perdre du temps. Onzième, l’Allemand a gagné une place quand Rubens Barrichello a observé son arrêt, mais s’est rapidement trouvé sous la menace du Brésilien reparti avec des pneus frais.

Schumacher a résisté durant plusieurs tours, mais a fini par céder, après une manœuvre contestable et jugée trop agressive par les commissaires sportifs. Ils lui ont infligé une pénalité de dix places sur la grille de départ du prochain GP de Belgique.

« La course d’aujourd’hui a probablement été l’une des plus difficiles de ma carrière. C’était plutôt délicat de piloter la voiture à la limite et j’ai dû me battre tout au long de la course », expliquait-il. « En ce qui concerne le duel avec Rubens, j’ai indiqué assez tôt que j’irais vers l’intérieur et ne lui laisserais pas la ligne. Il y avait juste assez de place pour qu’il puisse passer sans que nous nous touchions. Ce fut une bagarre âpre et c’est pour ça que nous sommes là, mais j’accepte la décision des commissaires. »

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less