Formule 1

Hartley : Si je quitte la F1, ce sera la tête haute

Webber l’aide à gérer la pression

Recherche

Par Valentin Vilnius

9 août 2018 - 15:47
Hartley : Si je quitte la F1, ce (...)

Brendon Hartley a inscrit 2 points cette saison pour le moment, alors que son coéquipier Pierre Gasly a déjà 26 unités au compteur. Forcément, la position du Néo-Zélandais est fragilisée chez Toro Rosso, si bien que sa prolongation de contrat est encore loin d’être acquise. Lando Norris pourrait le remplacer l’an prochain, entre autres pistes évoquées.

Brendon Hartley a pourtant le sentiment que le classement des pilotes ne reflète pas la réalité du travail qu’il abat à l’usine et sur la piste.

« Si la F1 se termine à la fin de l’année pour moi – ou peu importe quand – je partirai la tête haute. Je sais le travail que je fais en coulisses et je sais que je donne tout ce que je peux. »

Pour progresser en F1 et notamment mieux gérer cette situation d’incertitude, Brendon Hartley s’appuie sur les conseils de Mark Webber. Les deux hommes partagent deux points communs : ils sont attachés à la famille Red Bull et ils ont été coéquipiers en WEC. Ils partagent également une culture similaire, puisque l’un est Australien tandis que l’autre est Néo-Zélandais.

« Nous parlons beaucoup » explique Brendon Hartley. « Durant toute ma carrière j’ai appris qu’il était bon de demander des conseils à autant de personnes que possible. Et quand vous avez quelqu’un comme Mark, qui est heureux de décrocher son téléphone ou de discuter avec vous autour d’un repas, j’essaie d’en profiter au maximum. C’est un bon ami et il a toujours un conseil intéressant à donner. »

« Il a vu bien des choses en F1. J’ai été très chanceux de l’avoir comme coéquipier en WEC aussi. Il me dit beaucoup de choses, en particulier au sujet de tout ce qui ne se passe pas sur la piste : comment gérer les situations, comment se comporter avec l’équipe, comment gérer mentalement la pression inhérente à la F1… Il a beaucoup de conseils à donner et il m’aide beaucoup. »

En cette situation difficile pour lui, Brendon Hartley peut compter sur l’expérience de Mark Webber pour affronter ces moments d’incertitude.

« Même à ses débuts chez Porsche, il n’était pas décontenancé par les rumeurs. Il se concentrait juste sur les choses importantes. Il avait plus de recul sur les choses. Je me suis amélioré sur ce point. Surtout au début de l’année… Quand il fallait gérer la pression supplémentaire – elle venait de partout, des médias, de tout le monde… En fait, ça m’a rendu beaucoup plus solide, et m’a fait réaliser où je devais concentrer mon énergie. »

« En réalité, je me sens très à l’aise dans ma situation actuelle, peu importe ce que l’on écrit ou non sur moi. Toutes ces choses ont nettement clarifié la situation pour moi. Je sais où je dois me concentrer, comment il faut que je ressente la situation. »

expand_less