Formule 1

Ferrari inquiète beaucoup Toto Wolff pour le titre

Le chemin n’est plus une promenade de santé

Recherche

Par Elisabeth Nay

30 avril 2017 - 10:42
Ferrari inquiète beaucoup Toto Wolff (...)

Dans le paddock, la perplexité se fait sentir de plus en plus du côté de Mercedes. Les artisans derrière les Flèches d’Argent ne dorment plus sur leurs deux oreilles depuis le début de la saison, avec Ferrari qui est revenue encore plus en force qu’attendu.

La première ligne de départ, qui sera aujourd’hui occupée par les Rouges, ne fait qu’augmenter l’inquiétude du directeur de l’écurie Mercedes, Toto Wolff.

"Ferrari est un adversaire inquiétant, cela ne va pas être facile de changer la donne en course," commence-t-il en évoquant le très court terme.

"Déjà, vendredi n’a pas été un bon jour pour nous. Seuls les longs relais de Valtteri (Bottas) étaient bons, mais uniquement lors des phases dans lesquelles il a réussi à amener les pneus dans leur fenêtre d’exploitation optimale. Là, nous pouvions nous aligner sur le rythme de Ferrari. Sinon, non. Nous devons maintenant essayer de changer les choses en course, mais ce ne sera pas simple."

La séance de qualifications a été une déception cuisante pour l’équipe à l’Etoile.

"Pour une quelconque raison, nous n’avons pas réussi à extraire plus de la voiture et des pneus. Nous n’avons pour le moment aucune explication de ce qui s’est passé. Le fait est que, vendredi, nous étions loin derrière Ferrari. Nous avons fait des progrès. Si Bottas avait roulé de manière idéale, nous serions en pole. Mais avec des si et des mais, tu ne gagnes pas en Formule 1. C’est à nous de tout faire correctement."

En ce qui concerne la performance de Lewis Hamilton, bien moins efficace qu’à l’accoutumée, Wolff l’explique sans en tenir rigueur à son pilote.

"Lewis est un pilote exceptionnel, mais ce week-end, il ne parvient pas à piloter sa voiture de façon à en extraire le meilleur. Il ne roule pas à son niveau habituel. Nous sommes encore en train d’étudier la raison pour laquelle ce n’est pas le cas."

Les résultats de Ferrari sont éloquents, mais représentent-ils déjà, aux yeux de Mercedes, une passation de pouvoir ?

"Il était évident pour moi que cette question allait arriver tôt ou tard. Nous avons eu le privilège de remporter tellement de poles et de victoires. J’ai toujours su que cela n’allait pas être éternel. En fin de compte, ce sont des adversaires très forts, et au nom de la Formule 1, notre défi est de les vaincre."

"Ferrari a réalisé un super travail. Il ne tient qu’à nous de reconstituer le puzzle, afin d’extraire le meilleur de la voiture. Et nous devons réussir à être plus performants que Ferrari dans le développement afin que nous reprenions la position de leader. Simple ? Non, ça ne l’est pas. Ferrari est un adversaire inquiétant. Ils ont construit une bonne voiture, ils ont un moteur solide."

Sotchi ne semble pas convenir à Mercedes. Ce qui peut rappeler le week-end de Singapour en 2015, où les Flèches d’Argent n’étaient pas parvenues à se placer en première ligne pour le départ. L’Autrichien ne voit cependant aucune similitude entre ces deux évènements.

"Non, la cause des problèmes que nous rencontrons est toute autre. Nous ne parvenons tout simplement pas à réaliser à certains moments de bons tours de manière constante. Nous procédons aujourd’hui tout comme nous l’avions fait à l’époque à Singapour et après : nous nous asseyons, nous étudions l’ensemble des données et nous essayons d’en ressortir plus malins."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less