Formule 1

Après son accident, Ericsson ressent encore quelques douleurs

Mais n’a rien de cassé

Recherche

Par A. Combralier

11 juillet 2016 - 17:02
Après son accident, Ericsson ressent (...)

Samedi matin, durant la troisième et dernière séance d’essais libres, Marcus Ericsson s’est fait particulièrement peur. Le pilote suédois est sorti violemment de la piste au niveau de Stowe. Après avoir subi des examens médicaux et manqué bien évidemment les qualifications, il a pu heureusement être autorisé à participer à la course du lendemain.

Ericsson n’est toutefois pas sorti totalement indemne de son accident : « J’ai un peu de bleus, un peu mal à la tête et quelques parties de mon corps me font mal. Le plus important est d’avoir fait tous les examens hier, ce qui explique pourquoi nous sommes allés à l’hôpital hier pour tout vérifier. Il n’y avait rien de cassé, ce qui est le principal. »

Le Suédois a ensuite pu conduire presque normalement le dimanche : « Je me suis bien senti dans la voiture. Il n’y avait aucun problème pour conduire. Pour être honnête, c’est toujours impressionnant de voir la sécurité dans ces voitures et sur les pistes, parce qu’avec un choc comme celui-ci, un impact comme celui-ci, c’est toujours assez incroyable de pouvoir marcher hors de la voiture. »

Marcus Ericsson a eu l’infortune de sortir de la piste à Stowe : « Le lieu de l’accident était assez mauvais parce qu’à Stowe, la trajectoire de sortie pointe vers les barrières, donc quand j’ai un peu touché l’astroturf, c’était un peu humide et cela a fait subitement dériver la voiture. J’ai eu un dixième de seconde pour y penser. J’ai réalisé que j’allais taper, et que ce serait un impact massif. Vous n’avez pas beaucoup de temps pour y penser, mais j’ai été chanceux de ne pas être plus blessé. Bien sûr, je me sens endolori, mais je n’ai rien de cassé, ce qui est un bon signe pour la Formule 1, un signe qui montre que nous avons de bons standards de sécurité. »

De samedi à dimanche, Sauber a dû surmonter ses difficultés logistiques et financières pour réparer totalement la monoplace du Suédois. « Il ne restait rien de la voiture hier. Ils ont dû reconstruire une voiture totalement nouvelle en 24 heures (…) et c’était un travail très impressionnant. »

Ce travail a pourtant été en grande partie vain, puisque Marcus Ericsson a dû abandonner en course sur un problème électrique. « Malheureusement, je n’ai pas pu finir la course, mais l’équipe a quoi qu’il en soit fait un travail impressionnant. »

expand_less