Motorsport

Wehrlein s’offre la pole à l’E-Prix de Paris devant les Nissan

Un premier succès pour lui cette saison ?

Recherche

Par A. Combralier

27 avril 2019 - 12:57
Wehrlein s'offre la pole à l'E-Prix (...)

Il est presque midi quand la séance des qualifications commence à Paris. Le temps est à présent plus ensoleillé, mais la météo demeure assez fraîche, à onze ou douze degrés. Bien chauffer les pneus sera dès lors décisif. La piste parisienne étant courte et étroite, les qualifications ont ici encore plus d’importance que de coutume.

Le premier groupe, qui regroupe les cinq premiers du championnat, démarre – logiquement, les conditions de piste seront, pour ce premier groupe, les plus défavorables. Les écarts sont très serrés entre D’Ambrosio, Lotterer, et di Grassi, six centièmes en tout. Le pilote belge devance ses camarades de jeu. Da Costa, sur sa BMW, suit à un dixième et demi ; Mitch Evans, le vainqueur de la dernière course, a raté sa tentative et termine à plus de cinq dixièmes du meilleur temps de ce premier groupe.

« J’ai pas trop mal réussi mon tour, mais j’ai un peu touché le mur au virage 7, c’est un peu dommage. Mais la piste était assez glissante » déplore Lotterer après son passage.

Le deuxième groupe (Bird, Frijns, Vergne, Mortara, Abt) est prêt à s’élancer. Les conditions de piste vont-elles franchement les favoriser ? Optimiser la sortie du dernier virage demeure essentiel pour les cinq engagés dans ce groupe… JEV glisse tout près des murs, mais échoue à la 7e place provisoire, derrière Mortara. Il est déjà hors course pour la super pole !

« Je suis très déçu, c’est un tour propre mais je n’avais pas d’adhérence, ce n’est pas l’idéal pour la course » déplore le champion français après son tour décevant.

C’est Robin Frijns qui se distingue dans ce groupe avec le meilleur temps, un dixième devant D’Ambrosio. Un temps déjà d’une seconde plus rapide que la pole de l’an dernier. Dans l’ensemble, le deuxième groupe a réalisé des performances insuffisantes : Bird est ainsi le 8e provisoire et est lui aussi hors course pour la super pole. Abt sauve tout de même sa peau avec le 4e temps provisoire.

Voici venu le tour du troisième groupe. Sims, dans sa BMW, part précocement. Mauvaise pioche ? Il ne signe que le 10e temps provisoire, juste devant Evans. Il n’y aura donc aucune BMW en super pole.

Le troisième groupe profite de l’amélioration des conditions de piste. Rowland s’empare de la tête provisoire, un dixième devant Pascal Wehrlein. L’autre Nissan de Sébastien Buemi se place juste derrière. Felipe Massa, 5e, est (très provisoirement) qualifié en super pole, mais battra au moins son coéquipier Mortara.

C’est au tour du quatrième groupe, celui des moins bien classés au championnat, de s’élancer. Qui ira se glisser parmi les six premiers pour disputer la super pole ? La température a progressé d’un petit degré dans l’air, ce qui pourrait aider les cinq derniers à s’élancer pour grappiller une poignée de centièmes.

Lopez bat de trois dixièmes le meilleur temps absolu dans le premier secteur… mais se rate au bout de la ligne droite et part tout droit. Il s’élancera donc en dernière ligne. Il a sûrement trop attaqué dans sa Dragon.

Belle performance pour Tom Dillmann, qui, dans une NIO moins véloce que les autres monoplaces, réalise le 11e temps, deux places devant son coéquipier Turvey.

Les six qualifiés pour la super pole seront donc : Rowland, Wehrlein, Buemi, Frijns, D’Ambrosio et Massa. Le Brésilien, qui a sauvé sa place pour un centième face à Gunther, atteint la super pole pour la deuxième fois en Formule E.

Alors que la super pole s’apprête à commencer, Sébastien Buemi apparaît très agacé : sa Nissan est tombée en panne ! Va-t-il pouvoir défendre ses chances ?

« La piste est pleine de débris et de poussière » râle l’ancien pilote Ferrari à la radio, qui réalise en effet un temps plus lent que lors de sa première tentative. Le vent s’est levé, et beaucoup de feuilles parsèment le bitume.

D’Ambrosio, dans la Mahindra, est lui aussi gêné par les feuilles, et termine à 900 millièmes de Felipe Massa, qui conserve la pole provisoire. Frijns suit dans la Virgin… Il part un peu au large dans un virage et perd ainsi du temps. Mais se rattrape de très belle manière dans les deux autres secteurs, et termine ainsi presque cinq dixièmes devant Felipe Massa ! « Du très bon travail » sourit son ingénieur à la radio.

Buemi peut finalement défendre ses chances dans la Nissan. Bien lui en a pris : grâce à un troisième secteur deux dixièmes plus rapide que la Virgin, il bat de 215 millièmes Frijns.

Pascal Wehrlein part lui aussi à la recherche de sa deuxième pole de la saison. Il bat le record dans le premier secteur, signe que les conditions de piste s’améliorent. C’est surtout dans le deuxième secteur que l’ancien pilote Sauber fait la différence ; il signe la pole provisoire avec près de 3 dixièmes d’avance sur Buemi.

Il ne reste plus que Rowland à devoir prendre la piste. Va-t-il pouvoir battre le temps assez impressionnant de la Mahindra ? Non ! La Nissan échoue à 152 dixièmes de Pascal Wehrlein.

La pole est donc pour la Mahindra de Pascal Wehrlein, ce qui fait bien sûr exulter le très expressif patron de l’équipe indienne. Les Nissan partiront en tir groupé avec Rowland 2e, et Buemi 3e. Frijns partira de la 4e place, Felipe Massa de la 5e et D’Ambrosio de la 6e.

Loin, trop loin sur la grille, Jean-Eric Vergne, seulement 14e, aura forcément du mal à marquer de bons points et à rééditer son exploit de l’an dernier. Nouvelle désillusion pour Stoffel Vandoorne, qui partira en dernière ligne.

Formula E

expand_less