Motorsport

Wales Rally GB, samedi : Tänak prend ses distances en tête

Neuville a ravi la deuxième place à Ogier et Meeke

Recherche

Par www.wrc.com

5 octobre 2019 - 20:57
Wales Rally GB, samedi : Tänak prend (...)

ES11 : Entame parfaite pour Elfyn Evans

Le héros local Elfyn Evans a montré un rythme impressionnant pour gagner la spéciale d’ouverture du samedi matin au Wales Rally GB.

Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC), qui a grandi à quelques encablures de cette spéciale de Dyfi (25,86 km), a fait le bonheur de ses fans en s’adjugeant le meilleur temps pour bien débuter une journée au cours de laquelle le pilote M-Sport Ford espère rattraper le temps perdu hier.

« Nous devons juste prendre chaque spéciale après l’autre et faire de notre mieux dans chacune d’entre elles », a-t-il expliqué. « L’adhérence était un peu changeante ici, mais nous pouvions un peu plus lire la route qu’hier. Cela semble pareil partout ce matin, mais c’est en fait assez changeant. »

Vainqueur en 2017 sur cette épreuve, l’enfant du pays reste huitième tout en revenant à 1’’3 de son équipier Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), qui a lâché treize secondes en ce début de samedi.

Leader du rallye, Ott Tänak (Toyota Yaris) a signé le deuxième temps à 1’’9 d’Elfyn Evans pour porter son avance à 5’’8 sur Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC).

« L’adhérence était dans l’ensemble bonne », a lâché l’Estonien. « Nous n’avons pas pu aller à la limite, mais la voiture semble à l’aise. »

Sébastien Ogier a dit ne pas avoir été aussi « tranchant » qu’il aurait aimé l’être, peut-être en raison du départ du parc d’assistance de Llandudno à 5h40 ! Le Français a toutefois porté l’écart à 2’’8 sur l’ancien leader Kris Meeke (Toyota Yaris WRC), désormais aux prises avec Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC).

« Je n’ai probablement pas assez exploré l’adhérence », a cédé le Britannique, auteur du septième seulement. « Il y en avait plus que je ne m’y attendais. Nous devons tout tenter. Thierry pilote une Hyundai et nous voulons finir devant [dans l’optique du championnat des constructeurs pour Toyota]. Nous avons donc du pain sur la planche. »

Kris Meeke et Thierry Neuville, troisième de la spéciale, sont désormais ex æquo au classement général bien que le Belge n’ait pas été totalement satisfait de sa performance.

« J’ai eu du mal au début et j’ai été trop prudent dans la première partie de la spéciale avant de trouver les bonnes sensations », a réagi le pilote Hyundai Motorsport le mieux classé. « La journée d’hier a été longue et la nuit a été courte, mais j’aurais dû faire mieux. »

ES12-13 - Tänak creuse (un peu) l’écart

Ott Tänak a grappillé une poignée de secondes supplémentaires en tête du Wales Rally GB, portant son avance samedi matin à sept secondes sur l’un de ses rivaux pour le titre, Sébastien Ogier.

Si Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) a dû s’employer pour chaque centième de seconde gagné dans les spéciales forestières boueuses au cœur du Pays de Galles, Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) s’est montré impérial en remportant les trois spéciales de la boucle matinale.

L’Estonien a été le deuxième plus rapide dans Dyfi et Myherin avant de finir sur un cinquième temps dans Sweet Lamb Hafren pour augmenter son avance de 3’’4 par rapport à vendredi.

En parallèle, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) a contenu Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), lui aussi candidat au titre. Le Français a rejoint la zone de changement de pneus de Newton à mi-parcours avec un avantage de 2’’2 sur le Belge en dépit d’un passage compliqué dans Sweet Lamb Hafren.

« Nous nous sommes faits une frayeur en milieu de spéciale, où je n’ai pas compris une note de Julien [Ingrassia, son copilote] et nous avons heurté un talus », a raconté Sébastien Ogier. « J’avais perdu ma concentration juste avant parce que nous avions eu un gros impact et j’ai cru qu’un amortisseur était cassé. La voiture va bien, mais c’était étrange. »

En dépit d’une petite erreur devant la foule massée autour de la cuvette de Sweet Lamb, Thierry Neuville a pris l’ascendant sur Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) pour 4’’4, le Britannique ne parvenant à répliquer le rythme qui lui avait permis de mener le rallye presque tout le vendredi.

« Nous sommes un peu en retrait ce matin et nous perdons du terrain », a-t-il constaté. « La voiture semble un peu différente, un peu moins pêchue, mais nous ne pouvons malheureusement rien faire sans assistance aujourd’hui. »

Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) a conservé la cinquième place alors que Craig Breen (Hyundai i20 WRC) et Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) ont rencontré des problèmes.

Le premier a perdu près de cinq minutes après un tonneau spectaculaire dans Myherin avant de concéder de nouvelles secondes dans Sweet Lamb Hafren avec un pare-brise craquelé obstruant sa vision. L’Irlandais a admis avoir été trop optimiste au niveau de ses notes.

De son côté, Teemu Suninen a lâché une minute dans la dernière spéciale après avoir glissé en dehors de la route au départ. Sa sortie provoquait également une crevaison à l’arrière gauche de sa voiture.

Elfyn Evans s’est donc monté véloce et opportuniste pour prendre la sixième place à 4’’6 d’Andreas Mikkelsen grâce à ses trois scratches. Reparti à plus de quarante-huit secondes derrière Kris Meeke hier, le Gallois a refait exactement la moitié de son retard en réduisant l’écart à vingt-quatre secondes.

Pontus Tidemand (Ford Fiesta WRC) est huitième devant Craig Breen et Kalle Rovanperä (Skoda Fabia R5 Evo), de nouveau en tête du WRC 2 après l’arrêt de son équipier Jan Kopecký (Skoda Fabia R5 Evo) pour changer une roue crevée dans Myherin.

Après ES17 : Tänak prend ses distances en tête

Ott Tänak a signé une belle prestation samedi pour augmenter son avance en tête du Wales Rally GB face à Thierry Neuville et Sébastien Ogier, ses rivaux pour le titre de Champion du Monde FIA des Rallyes.

La lutte pour la victoire dans les forêts humides, boueuses et brumeuses au cœur du Pays de Galles ont fait écho à celle opposant le même trio pour le titre suprême. Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) a ainsi dû s’employer pour gagner de cruciales secondes et porter son avantage à onze secondes avant la courte étape dominicale.

Pour la première fois en trois jours, l’avance du leader atteint ce samedi soir les deux chiffres... Une marge loin d’être confortable sur des pistes en terre à l’adhérence changeant constamment et où davantage de pluie est prévue pour le dernier jour.

Samedi, le leader du championnat n’a remporté qu’une seule des sept spéciales totalisant 151,24 km, soit près de la moité de la distance totale chronométrée du rallye. Sa régularité lui a toutefois permis d’augmenter son avance de 3’’4 alors que Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) est devenu son dauphin.

Le seul souci de l’Estonien est survenu lorsqu’il a perdu le pare-chocs arrière de sa Toyota Yaris l’après-midi, rendant l’écoute des notes dictées par son copilote Martin Järveoja presque impossible.

Thierry Neuville est remonté depuis la quatrième place, le Belge signant deux meilleurs temps et ne concédant que 2’’6 à Tänak sur l’ensemble de la journée.

Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) était toujours deuxième à mi-journée malgré un flirt avec un talus après la mauvaise compréhension d’une note. Le Français n’a cependant pu contenir Thierry Neuville par la suite, la surface de la route devenant plus polie, et le tenant du titre compte désormais 6’’8 de déficit sur son rival.

Longtemps en tête vendredi, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) a entamé cette deuxième étape à 3’’6 du leader, mais il n’a pu retrouver le même rythme sur des routes plus larges et plus rapides. Le Britannique est désormais à 26’’5 de son équipier tout en occupant une position cruciale pour Toyota Gazoo Racing dans l’optique du titre constructeurs.
Thierry

Auteur d’un scratch, Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) a conservé la cinquième place malgré le retour d’Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC), qui s’est adjugé les trois spéciales de la matinée avant de revenir à 4’’5.

Son équipier Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) est plus de deux minutes derrière lui après avoir perdu du temps en sortant de la route et en crevant un pneu. La perte de son pare-chocs avant lui a ensuite fait perdre de l’appui aérodynamique et davantage de temps encore.

Pontus Tidemand (Ford Fiesta WRC), Craig Breen (Hyundai i20 WRC) et le leader en WRC 2 Pro Kalle Rovanperä (Skoda Fabia R5 Evo) complètent le top dix provisoire.

Craig Breen a perdu cinq minutes après un tonneau spectaculaire provoqué par une note trop optimiste d’après l’Irlandais. Il a souffert le reste de cette journée sans assistance avec un pare-brise craquelé gênant sa visibilité.

Dimanche, l’ultime étape retrouvera le nord du Pays de Galles avec deux boucles comprenant une spéciale sur asphalte autour du promontoire de Great Orme intercalée entre deux sur terre et en forêt non loin de Llandudno, ville hôte du rallye. Elle totalisera 38,42 km chronométrés avec la Wolf Power Stage offrant des points bonus aux cinq pilotes les plus rapides.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less