Motorsport

Toyota verrouille la première ligne de peu au Mans

SMP Racing s’est approché, mais la 7 et la 8 dominent

Recherche

Par Emmanuel Touzot

14 juin 2019 - 00:30
Toyota verrouille la première ligne (...)

Ce qui semblait être une évidence n’est pas passé loin d’être un raté de la part de Toyota, alors que les prototypes de SMP Racing se sont montrés incisifs lors de la dernière séance qualificative des 24 Heures du Mans 2019.

Finalement, le manufacturier japonais n’a pas été inquiété et a bien placé ses deux TS050 aux deux premières places pour le départ samedi. C’est le prototype numéro 7, piloté par Mike Conway, Kamui Kobayashi et Jose Maria Lopez, qui s’élancera en tête du peloton lorsque le double tour d’horloge débutera.

C’est le Japonais qui a raflé la mise avec un temps de 3’15"497 lors de la première séance du jour, la Q2. L’équipage a devancé la voiture sœur de quatre dixièmes, tandis que le proto numéro 17 du SMP Racing, piloté par Egor Orudzhev, Stéphane Sarrazin et Sergey Sirotkin, a signé le troisième temps à seulement six dixièmes !

Un écart plus serré que prévu, qui pourrait menacer Toyota en cas de défaillances sur l’une ou l’autre des voitures japonaises. On trouve la première Rebellion, la numéro 3, au quatrième rang, après une casse moteur dans la Q2. Elle devance l’autre SMP, emmenée notamment par un Stoffel Vandoorne très rapide, et la deuxième Rebellion, la numéro 1, qui a elle connu la même défaillance que la numéro 3 en Q3.

Le prototype LMP1 de Dragonspeed est septième à près de 5 secondes, devant celui de ByKolles, dernier LMP1 à 7"612. C’est moins de deux secondes plus rapide que le poleman du LMP2, Tristan Gommendy.

Endurance

expand_less