Motorsport

Tour de Corse, vendredi : Elfyn Evans leader malgré une frayeur

Tänak est deuxième après un ultime rebondissement

Recherche

Par www.wrc.com

29 mars 2019 - 19:01
Tour de Corse, vendredi : Elfyn (...)

ES1 - Elfyn Evans, leader dans le chaos

Vendredi matin, Elfyn Evans a donné le rythme d’une première spéciale mouvementée au Corsica linea - Tour de Corse.

Sur la spéciale de Bavella (17,6 km), Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) devançait les Hyundai i20 WRC de Thierry Neuville et de Dani Sordo pour 2’’9 et 3’’1.

Plus loin, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC), Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) et Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC), trois prétendants à la victoire, rencontraient tous des problèmes sur des routes corses déjà fidèles à leur réputation.

Quadruple vainqueur sur l’Île de Beauté, Sébastien Loeb sortait large dans un virage à gauche et tapait un trottoir endommageant l’arrière de sa voiture. Si le Français et son copilote Daniel Elena voyaient l’arrivée avant de tenter de réparer les dégâts, l’équipage perdait deux minutes dans la spéciale.

« Nous avons cassé un bras de suspension à l’arrière », expliquait-il. « Nous sommes sortis large et nous avons tapé. L’impact n’était pas énorme, mais c’en était un quand même. Nous avions les pièces nécessaires pour réparer, donc nous devrions pouvoir reprendre la route. »

De son côté, Kris Meeke ralliait péniblement l’arrivée avec la jante avant gauche cassée.

« Je n’ai aucune idée de ce qu’il s’est passé », confiait-il après avoir perdu cinquante secondes. « Je suivais tout simplement mes notes et quelque chose m’a surpris dans un virage. Je n’ai rien vu du tout. »

Sébastien Ogier lâchait pour sa part plus de dix secondes après un tête-à-queue dans une épingle à droite. Un kilomètre plus tôt, le Français avait rencontré des vaches sur la route, mais le sextuple champion du monde refusait de faire un lien entre les deux incidents. Premier à s’élancer sur la route, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) avait également croisé les bovins en question.

« Il y avait cinq vaches au milieu de la route », expliquait l’Estonien, auteur du quatrième temps à 3’’2 d’Elfyn Evans. « Nous avons perdu beaucoup de temps comme nous avons dû nous arrêter. »

ES2/3 - Ott Tänak passe devant

Leader du Championnat du Monde FIA des Rallyes, Ott Tänak est ressorti en tête de la première boucle du Corsica linea - Tour de Corse avec une courte avance.

Après une matinée à couper le souffle dans les massifs du sud de la Cose, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) retrouvait Porto-Vecchio avec seulement 1’’3 d’avance sur le premier leader, Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC). Le quatuor de tête se tenait par ailleurs en 7’’6 au terme des trois premières spéciales de l’épreuve.

S’il avait évité de justesse des vaches dans la première spéciale, l’Estonien signait ensuite le deuxième meilleur temps dans Valinco avant de s’offrir le scratch dans Alta-Rocca.

« C’était une bonne matinée », lâchait le pilote Toyota Gaza Racing. « Ce n’était pas excellent, mais j’ai été régulier. Je n’ai rencontré aucun problème, mais je crois que je peux élever le rythme. La voiture fonctionne bien, je dois juste comprendre ces nouvelles spéciales. »

Délogé de la tête dans Valinco, Elfyn Evans restait à un souffle d’Ott Tänak grâce à son troisième temps dans Alta-Rocca.

« Mon passage n’était pas parfait dans la deuxième spéciale », admettait-il. « J’ai fait un petit cadeau à Ott, mais nous faisions jeu égal ailleurs. »

Le Gallois comptait 2’’2 d’avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), lancé dans une quête aux réglages parfaits pour améliorer le comportement de sa voiture.

« Les sensations sont un peu mieux », expliquait le Belge. « En revanche, mes notes sont parfois trop lentes ou trop rapides. »

Il comptait toutefois 4’’1 de marge sur Dani Sordo (Hyundai i20 WRC), installé au quatrième rang. L’Espagnol perdait l’avantage sur son équipier dans Alta-Rocca, pénalisé par sa position de départ le voyant composer avec l’asphalte pollué par ses concurrents.

Cinquième, Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) menait le groupe de tête à 8’’9 de Dani Sordo. Le Finlandais préférait ainsi garder son rythme pour éviter une sortie prématurée comme lors du dernier rendez-vous au Mexique.

Les notes étaient au centre des débats sur ces nouvelles spéciales. Trop prudent lors de leur rédaction, Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) confiait avoir encore du travail à faire après avoir perdu plus de quinze secondes dans Valinco. Le Finlandais devançait toutefois les Citroën C3 WRC d’Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC), parti en tête-à-queue dans Alta-Rocca, et de Sebastien Ogier, lancée dans une remontée après son erreur dans la première spéciale.

« J’avais beaucoup de mal avec la voiture », regrettait le Français. « Cela va toutefois mieux après quelques changements. »

Après avoir lui aussi perdu du temps dans la première spéciale, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) signait le scratch dans Valinco et le deuxième temps dans Alta-Rocca pour remonter au neuvième rang devant Éric Camilli (Volkswagen Polo GTI R5), leader en WRC 2.

ES4 - Elfyn Evans reprend la tête

Elfyn Evans a repris la tête du Corsica linea - Tour de Corse en remportant la première spéciale du vendredi après-midi.

Pour la deuxième fois de la journée, Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) signait le meilleur temps dans la spéciale de Bavella (17,6 km). Plus rapide de 2’’7 qu’Ott Tänak (Toyota Yaris WRC), le Gallois reprenait les commandes de l’épreuve pour 1’’4.

Premier à s’élancer sur un asphalte pollué par les passages du matin, Ott Tänak réalisait le deuxième meilleur temps pour prendre ses distances face aux Hyundai i20 WRC de Thierry Neuville et Dani Sordo. Distancés dans la spéciale, le Belge pointait alors à 7’’3 du leader du championnat tout en comptant 5’’8 d’avance sur l’Espagnol.

Auteur du quatrième temps, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) se hissait au septième rang aux dépens de son équipier Esapekka Lappi. Les deux hommes ne cachaient toutefois pas leur déception.

« C’est mieux que ce matin, mais ce n’est toujours pas ça », lâchait Sébastien Ogier, avant qu’Esapekka Lappi ne lui fasse écho, dépité : « Trop lent… J’ai fait un bon passage, mais j’imagine que les R5 seront plus rapides… »

Troisième de la spéciale, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) comptait encore près de vingt secondes de retard sur Esapekka Lappi après son problème rencontré dans la première spéciale.

Après ES6 : Elfyn Evans leader malgré une frayeur

Vendredi soir, Elfyn Evans occupe la tête du Corsica linea - Tour de Corse après une fin d’étape controversée où il a été gêné par un autre concurrent.

Au départ de la dernière spéciale du jour, Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) comptait 4’’5 d’avance sur Ott Tänak (Toyota Yaris WRC), mais le Gallois était ensuite gêné pendant près d’une minute après avoir rattrapé Kris Meeke (Toyota Yaris WRC), au ralenti.

Arrivé avec près de onze secondes de retard sur son rival, Elfyn Evans plongeait au troisième rang avant que les officiels ne décident de lui accorder le même temps que l’Estonien. Il retrouvait alors la tête de l’épreuve avec la même marge qu’auparavant.

Tout au long de la journée, les deux hommes se livraient un véritable duel sur les rubans d’asphalte du sud de l’Île de Beauté. Elfyn Evans était le premier à s’emparer des commandes, mais Ott Tänak le devançait finalement au terme de la première boucle... Avant la réplique du pilote M-Sport l’après-midi alors que son adversaire rencontrait un problème avec l’un de ses amortisseurs.

« C’était difficile de trancher sur le cas de la dernière spéciale, mais je pense que la solution est juste », confiait le leader. « C’était une journée vraiment positive, mais un autre gros morceau nous attend demain. Nous devons poursuivre notre duel face à Ott et nous savons que nous pouvons être meilleurs et plus rapides quand tout va bien. »

Troisième, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) pointait à 5’’3 d’Ott Tänak. D’abord en difficulté avec le comportement de sa voiture, le Belge était de plus en plus à l’aise au fil de la journée, comme en témoignait son scratch dans la dernière spéciale. Longtemps troisième, Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) ne parvenait pas à reproduire son rythme vu ce matin et glissait à 16’’3 de son équipier.

Prudent pour éviter tout abandon précoce comme au Mexique, Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) terminait l’étape au cinquième rang. Le Finlandais comptait 5’’4 de marge sur Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC), frustré par son manque de performances alors que de nombreux observateurs l’avaient hissé au rang de favori.

Après un tête-à-queue lui ayant coûté dix secondes dans la première spéciale, le Français pointait à la huitième place avant de voir sa remontée être ralentie par du sous-virage tout au long de l’étape. Son équipier Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) le suivait en septième position, lui aussi mécontent de sa première journée marquée par un tête-à-queue.

Quadruple vainqueur en Corse, Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) remontait à la huitième place après avoir perdu deux minutes en tapant un trottoir endommageant un bras de suspension dans la première spéciale. Leaders en WRC 2, Éric Camilli (Volkswagen Polo GTI R5) et Yoann Bonato (Citroën C3 R5) complétaient le top dix au moment de retrouver le parc d’assistance.

Parmi les pilotes en difficulté avec leurs notes sur les nouvelles spéciales, on retrouvait Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC). Un temps sixième, le Finlandais chutait au treizième rang après s’être arrêté pour changer une roue. Son équipier Kris Meeke n’était pas épargné. Après avoir tapé une pierre dans la première spéciale, le Britannique tapait un trottoir et endommageait la suspension arrière droite de sa voiture. Quinzième, il était déjà relégué à près de quatre minutes des leaders.

Samedi, le rallye prend la direction du nord de la Corse pour la plus longue étape du week-end. Les concurrents y parcourront plus de la moitié de la distance chronométrée de l’épreuve. Les deux boucles de trois spéciales autour de Bastia totaliseront 174,5 kilomètres d’action.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less