Motorsport

Tour de Corse, samedi : Neuville leader surprise du rallye

Evans délogé des commandes, Tänak distancé

Recherche

Par www.wrc.com

30 mars 2019 - 19:37
Tour de Corse, samedi : Neuville (...)

ES7 - Ott Tänak insiste

Samedi matin, Ott Tänak a remporté son premier duel face à Elfyn Evans alors que les deux hommes continuent de se battre pour la tête du Corsica linea - Tour de Corse.

Pour ouvrir la plus longue étape du Championnat du Monde FIA des Rallyes, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) signait le meilleur temps pour reprendre 6/10e à Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC), toujours en tête du classement pour 3’’9.

À mi-parcours de Cap Corse, une spéciale de 25,62 km tracée à l’extrémité nord de l’Île de Beauté, l’Estonien comptait deux secondes d’avance sur le Gallois avant que ce dernier ne réplique lorsque le parcours longeait la côte ouest.

« C’était vraiment serré hier et je crois que ce sera pareil aujourd’hui », confiait Ott Tänak après ce premier morceau d’une journée longue de plus de 174 kilomètres chronométrés... Soit plus de la moitié de la distance chronométrée totale de l’épreuve.

Elfyn Evans n’était pas en reste : « C’était un bon passage, mais j’aurais pu faire mieux comme j’ai parfois hésité… Dans tous les cas, ce n’était pas mal ! »

Regonflé à bloc, Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) signait le troisième temps devant son équipier Thierry Neuville. Celui-ci consolidait sa troisième place au classement en distançant son autre équipier Dani Sordo, désormais relégué à 22’’1.

« J’ai eu un peu de mal vers la fin », admettait le Belge. « Je glissais trop et j’étais un peu trop prudent au freinage. La voiture est bonne. Son côté un peu joueur nous offre l’adhérence dont nous avons besoin. »

Seulement neuvième, Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) voyait Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) revenir à 2’’1 de sa cinquième place au général, mais le Finlandais ne préférait pas s’étendre : « Une spéciale à oublier, nous devons essayer de rectifier le tir. »

De son côté, le Français révélait qu’une série de changements avait été entreprise pour améliorer le comportement difficile de sa voiture vu vendredi : « C’est un peu mieux, mais la performance n’est pas encore au rendez-vous. »

ES8/9 - Ott Tänak s’empare de la tête

Ott Tänak a délogé Elfyn Evans de la première place du Corsica linea - Tour de Corse après la longue spéciale de 47 kilomètres disputée samedi midi.

Samedi matin, le duel épique entre les deux hommes tournait à l’avantage d’Ott Tänak (Toyota Yaris WRC). Auteur du meilleur temps dans les deux premières spéciales de la journée, l’Estonien revenait à 2/10e de seconde d’Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) avant un face-à-face finale dans Castagniccia, le gros morceau de l’épreuve.

Si les intermédiaires ne cessaient de fluctuer entre les deux hommes sur ce parcours étroit et tortueux sur un asphalte glissant, Ott Tänak devançait finalement son adversaire pour 2’’5 avant de retrouver l’assistance de Bastia avec 2’’3 d’avance.

« Nous avons changé quelques réglages qui ont vraiment bien marché après la première spéciale », confiait Ott Tänak, conscient de ses propres variations de rythme. « J’ai attaqué fort dans les deux premiers tests, mais la dernière était bien trop longue et piégeuse pour être à la limite. Le niveau d’adhérence changeait sans cesse. »

« Je n’ai peut-être pas réalisé le meilleur départ », révélait pour sa part Elfyn Evans après Castagniccia. « J’ai touché quelque chose à l’arrière dans une corde sale. Cela a légèrement changé le comportement de la voiture. Rien de grave, mais cela n’a pas aidé. »

Le rythme des deux hommes leur permettaient de reléguer Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) à 14’’9. Le Belge signait le deuxième temps dans Désert des Agriates avant de se montrer trop prudent dans la portion partiellement en terre au cœur de Castagniccia.

Son équipier Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) en profitait pour revenir à 16’’1 en réalisant, à sa propre surprise, le meilleur temps dans l’ES9.

Auteur du troisième temps dans Castagniccia, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) remontait au cinquième rang du classement devant Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), qui lâchait près de trente secondes en rencontrant de petits problèmes.

Toujours en quête de rythme, Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) conservait la septième place avec près d’une minute et demie de marge sur Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC). Ce dernier perdait du temps dans Castagniccia en glissant dans un fossé.

Les Toyota Yaris WRC de Kris Meeke et Jari-Matti Latvala complétaient le top dix, le Britannique dépassant le Finlandais dans Désert des Agriates. Séparés de 8’’5, le duo distançait Éric Camilli (Volkswagen Polo GTI R5), le leader du WRC 2 perdant près de deux minutes pour changer une roue.

ES10 - Elfyn Evans réplique

Elfyn Evans a répliqué dès le début de l’après-midi pour revenir sur Ott Tänak, toujours leader dans ce duel passionnant au cœur des massifs du nord de l’Île de Beauté.

Après avoir perdu son avance durement acquise face à Ott Tänak (Toyota Yaris WRC), Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) était loin de baisser les bras en lui reprenant de cruciaux dixièmes de seconde dans le second passage dans Cap Corse (25,62 km).

Le Gallois signait ainsi le deuxième meilleur temps avec 7/10e d’avance sur l’Estonien, toujours aux commandes pour 1’’6 avant les deux dernières spéciales de cette deuxième étape du Tour de Corse.

« C’était un bon passage sans problème », confiait le pilote M-Sport, qui veillait à ménager ses pneumatiques dans des conditions beaucoup plus chaudes qu’en matinée. « J’ai essayé d’être le plus propre possible tout en attaquant ».

Sur la même longueur d’onde que son adversaire, Ott Tänak optait également pour les gommes tendres proposées par Michelin. « Il reste encore du chemin », lâchait-il, détendu. « Ce n’est pas encore la dernière spéciale. »

Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) remportait la spéciale avec une marge de 2’’1 sur Elfyn Evans. S’il n’y avait aucun changement à signaler au classement général, Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) s’éclipsait rapidement pour travailler sur sa voiture.

« Nous avons beaucoup de sous-virage », confiait le Français, huitième avec 43’’2 d’avance sur le Britannique. « Cela devient difficile de piloter la voiture et j’ai perdu six secondes par rapport au premier passage. Nous allons essayer de changer quelques réglages, mais la situation est loin d’être idéale. »

Après ES12 : Thierry Neuville crée la surprise

Samedi soir, Thierry Neuville s’est hissé aux commandes du Corsica linea - Tour de Corse après les nombreux rebondissements de la plus longue étape du calendrier 2019.

Après avoir ravi la tête à Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) dans la dernière spéciale marathon du jour, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) compte 4’’5 d’avance sur le Gallois avant l’ultime étape de l’épreuve.

Avant d’affronter Castagniccia (47,18 km), Elfyn Evans avait vu son fantastique duel face à Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) s’arrêter prématurément puisque l’Estonien lâchait deux minutes en s’arrêtant pour changer un pneu crevé.

Avec 11’’5 de marge sur Thierry Neuville, le pilote M-Sport Ford semblait en mesure de conserver les commandes, mais c’était sans compter sur le Belge. De plus en plus confiant, ce dernier battait le leader pour 16’’0 et s’emparait des commandes avant le beau face-à-face final en perspective dimanche.

« Ce matin, nous n’arrivions pas à trouver de bonnes sensations », expliquait Thierry Neuville. « Nous ne pouvions pas attaquer autant que nous le souhaitions. Cet après-midi, nous avons augmenté la hauteur de caisse et j’ai pu pousser dans chaque spéciale. Je savais que je devais rester sur la route, mais on peut aller aussi vite que l’on veut sans prendre de gros risques quand les sensations sont au rendez-vous. »

« L’après-midi avait bien commencé avant de se dégrader », confiait son adversaire, légèrement sonné. « C’était une surprise de perdre autant de temps dans la dernière spéciale. Trois ou quatre secondes, passe encore, mais seize… C’est énorme. C’était un choc, mais il vaut mieux oublier cela et se concentrer sur demain. »

Leader après la première étape, Elfyn Evans avait été délogé des commandes par Ott Tänak dans la dernière spéciale du matin, mais il ne pointait qu’à 1’’6 de l’Estonien avant que celui-ci ne chute au classement.

S’il manquait toujours de rythme malgré les changements effectués durant la nuit, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) était régulier tout au long de la journée pour remonter du sixième au troisième rang en délogeant Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) au terme de Castagniccia. À la fin de la journée, le Français pointait à 40’’8 d’Elfyn Evans.

La lutte pour le podium restait ouverte, Dani Sordo étant à seulement 5’’1 du Champion du Monde en titre, tout en comptant 42’’2 d’avance sur Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC). Peu épargné par les problèmes le matin, le Finlandais retrouvait Bastia avec un matelas de 22’’4 sur Ott Tänak, forcément déçu.

Septième, Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) avait la mine des mauvais jours en tentant d’extraire le maximum de sa voiture. Il devançait toutefois Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC), en proie à du sous-virage avant de perdre du temps en glissant dans un fossé.

Les Toyota Yaris WRC de Kris Meeke et de Jari-Matti Latvala complétaient le top dix, le Finlandais ayant perdu deux minutes en s’arrêtant pour changer une roue dans l’avant-dernière spéciale.

Dimanche, direction Calvi et la côte ouest de l’île pour l’étape la plus courte du rallye. Seules deux spéciales totalisant 51,19 kilomètres sont au programme, la seconde formant le cadre de la Wolf Power Stage où des points bonus récompenseront les cinq pilotes les plus rapides.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less