Motorsport

Suède, vendredi : Teemu Suninen s’illustre et mène le rallye

Le Finlandais mène pour la première fois une manche du WRC

Recherche

Par www.wrc.com

15 février 2019 - 19:28
Suède, vendredi : Teemu Suninen (...)

ES2 - Ott Tänak aux commandes

Vendredi matin, Ott Tänak s’est emparé de la tête du Rally Sweden en dominant la première spéciale disputée dans les forêts norvégiennes.

Quatrième de la première spéciale disputée jeudi soir, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) se montrait le plus rapide dans Hof-Finnskog (21,26 km) pour devancer Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) de 3’’8.

« L’adhérence est assez bonne », confiait l’Estonien. « Il y a un peu de soupe à certains endroits, mais les conditions sont correctes dans l’ensemble pour le moment. »

Teemu Suninen créait également la surprise, le Finlandais ne disposant que d’une expérience limitée sur la neige et la glace : « L’adhérence était géniale, mais je n’ai pas pu placer la voiture où je le voulais. Nous pouvons aller bien plus vite, même si ce n’est pas facile et qu’il y a du travail au volant ! »

Quatrième de la spéciale, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) prenaitla deuxième place du classement général à 3’’0 du leader et 8/10e de seconde sur Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), lui-même suivi par Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC), auteur du troisième temps de l’ES2.

Plusieurs outsiders connaissaient un début de journée difficile. Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC), Marcus Grönholm (Toyota Yaris WRC) et Janne Tuohino (Ford Fiesta WRC) partaient tous les trois à la faute dans les murs de neige tandis que Pontus Tidemand (Ford Fiesta WRC) perdait du temps quand les balais d’essuie-glace de sa voiture restaient bloqués.

ES3/4 - Ott Tänak s’affirme en Suède

Ott Tänak a remporté deux des trois spéciales du vendredi matin pour prendre la tête du Rally Sweden, deuxième manche du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

De l’autre côté de la frontière, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) exploitait parfaitement les conditions mêlant neige et glace dans les forêts norvégiennes pour s’offrir le meilleur temps dans Hof-Finnskog avant de récidiver en fin de boucle dans Röjden pour s’offrir 5’’5 d’avance.

« Les conditions sont vraiment bonnes », confiait l’Estonien. « Je dois en profiter au maximum, elles sont presque idéales pour la Suède, mais la deuxième boucle devrait être complètement différentes. Nous verrons bien ce que nous pouvons faire. »

Derrière le leader, on retrouvait Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), auteur du scratch dans l’ES3 et toujours prompt à la dérision : « J’ai de bonnes sensations, ce qui peut être dangereux ! Je dois juste continuer comme cela et éviter de commettre des erreurs. »

À mi-journée, le Finlandais comptait 1/10e d’avance sur son compatriote Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC). Le recordman du nombre de départs en WRC (197) se montrait parfois trop agressif, mais il ne commettait pas la moindre faute de la matinée.

Malgré des températures légèrement positives, les routes offraient une bonne couche de glace aux concurrents. Les ouvreurs n’étaient d’ailleurs pas trop handicapés en raison du peu de neige fraîche à la surface. Respectivement deuxième et premier dans l’ordre de départ, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) et Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) en profitaient pour s’installer dans le quinté de tête, le Belge comptant 4/10e de retard sur Jari-Matti Latvala et 8’’4 d’avance sur le Français.

« Je n’étais pas satisfait des réglages », admettait le pilote Hyundai. « C’était très bosselé et je sautais comme un kangourou ! »

Sixième, Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) devançait Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC). Ce dernier ralliait l’arrivée de Röjden avec quelques dégâts à l’avant gauche de sa voiture après une excursion dans la neige, mais il devançait tout de même Kris Meeke (Toyota Yaris WRC).

« Pas encore assez aventureux » au volant de sa nouvelle voiture, le Britannique précédait un Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) en manque de confiance ainsi qu’Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) au sein du top dix.

Pour son premier départ en mondial depuis 2010, Marcus Grönholm (Toyota Yaris WRC) achevait l’étape plus tôt que prévu. Parti en tête à queue dans Hof-Finnskog et Svullrya, le Finlandais devait renoncer dans Röjden.

Probablement victime de sa pédale d’accélérateur, Pontus Tidemand (Ford Fiesta WRC) perdait du temps, tout comme Lorenzo Bertelli (Ford Fiesta WRC), auteur de deux figures de style avant de terminer Röjden en mode sécurité, la neige obstruant totalement son radiateur.

ES5 - Latvala déloge Tänak

Ce vendredi, Jari-Matti Latvala a ravi les commandes du Rally Sweden à son équipier Ott Tänak dès le début de l’après-midi.

Désormais bien lancé dans son 197e rallye en WRC, un record, Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) signait le deuxième meilleur temps dans la répétition de Hof-Finnskog pour prendre la tête de l’épreuve avec 1’’8 d’avance aux dépens d’Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) et de son compatriote Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC).

« L’adhérence était au rendez-vous sur certaines portions, mais c’était de la soupe ailleurs », confiait le Finlandais. « Je n’ai pas sorti la grosse attaque, mais j’ai fait un beau passage. »

Auteur du troisième temps, Teemu Suninen parvenait à conserver la deuxième place devant Ott Tänak, désormais troisième, mais à seulement 3’’7 du nouveau leader.

Les conditions s’avéraient très différentes de celles rencontrées lors du premier passage dans la matinée. La couche de glace a laissé place à une terre plus molle, au grand dam des premiers concurrents à s’élancer et contraint de nettoyer la route pour leurs concurrents.

Dans son rôle d’ouvreur, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) perdait près de trente secondes et chutait au septième rang du classement général provisoire. Parti derrière lui, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) perdait également deux places et rétrogradait en sixième position après s’être fait piéger à deux reprises.

Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) et Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) en profitaient pour se hisser au sein du quinté de tête.

De son côté, Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) soulignait l’avantage de s’élancer parmi les dernier en s’offrant le scratch pour remonter en huitième position, bien aidé par le tête à queue d’Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC). « J’ai été surpris par un petit droite rapide en cinquième vitesse », expliquait le Finlandais. « J’ai pris une bordure et je suis presque parti en tonneau. »

Après ES8 : Teemu Suninen boucle la journée en tête

En Suède, Teemu Suninen mène le classement général d’un rallye pour la première fois de sa carrière en Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Au terme de cette première étape en Suède et en Norvège ayant connu pas moins de quatre leaders différents, Teemu Suninen (Ford Fiesta R5) retrouvait ce soir le parc d’assistance de Torsby avec une fine avance de deux secondes.

Dans la dernière spéciale du jour, le Finlandais de vingt-cinq ans s’élançait avec un phare ballant et obstruant son champ de vision. Malgré cela, le pilote M-Sport conservait son sang-froid en dépit de quelques flirts avec les murs de neige tandis qu’Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) comblait une grande partie de ses treize secondes de retard.

« C’est incroyable », se réjouissait-il. « Nous avons fait de l’excellent travail en évitant les erreurs. Tout le monde veut être rapide, mais il ne faut pas oublier qu’il reste deux jours de compétition dans ces conditions. Je dois me concentrer sur mon pilotage. »

En tête avant de céder du terrain, Ott Tänak reprenait la deuxième place lorsque son équipier Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) enterrait sa voiture dans un mur de neige. Dans l’opération, le Finlandais perdait près de vingt-cinq minutes et toute chance de victoire pour célébrer son nouveau record du nombre de départs en WRC. Lui aussi avait d’ailleurs occupé les rênes plus tôt dans la journée et il ne comptait que cinq secondes de retard sur Teemu Suninen avant la dernier test du jour.

Les routes recouvertes de glace et de neige de la matinée avaient laissé place à une véritable soupe mêlant neige fondue et terre lors de la deuxième boucle d’un parcours majoritairement tracé en Norvège, de l’autre côté de la frontière. Cette évolution des conditions coûtait cher à plusieurs prétendants.

Vainqueur du premier rendez-vous de la saison, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) se faisait surprendre et piéger par la neige tandis que son adversaire Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) partait deux fois à la faute et endommageait sa carrosserie avant de finir l’étape au septième rang.

Sur ses terres, le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) faisait la fierté de ses compatriotes en étant troisième à 17’’8 de la tête. Onze secondes derrière lui, on retrouvait Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC), auteur de deux scratches, mais aussi d’un tête à queue, dans l’après-midi.

Cinquième, Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) s’estimait heureux d’avoir échappé de justesse à un tonneau après une glissade non contrôlée. Le Finlandais devançait Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC), de plus en plus en confiance au fil de la journée.

Après avoir calé au départ de l’avant-dernière spéciale, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) chutait au huitième rang devant Pontus Tidemand (Ford Fiesta WRC), victime d’un capteur d’accélérateur capricieux, et Ole Christian Veiby (Volkswagen Polo GTI R5), leader du WRC 2.

Pour son retour neuf ans après sa dernière apparition en WRC, Marcus Grönholm (Toyota Yaris WRC) était cueilli à froid. Le quintuple vainqueur du Rallye de Suède échappait deux frayeurs avant de devoir abandonner dans un mur de neige.

Samedi, l’itinéraire mènera les concurrents sur de grands classiques près d’Hagfors, avec notamment deux passages sur la célèbre Colin’s Crest. Deux boucles de trois spéciales seront suivies d’un nouveau passage sur l’hippodrome de Karlstad (empruntée jeudi) et d’une courte super spéciale près du parc d’assistance de Torsby. Les huit spéciales cumuleront 126,18 kilomètres chronométrés.

WRC

expand_less