Suède, samedi : Tänak prend le contrôle du rallye

Arceau endommagé, Teemu Suninen a dû abandonner

Recherche

Par www.wrc.com

16 février 2019 - 20:44
Suède, samedi : Tänak prend le contrôle

ES9-10 - Ott Tänak reprend la tête

Samedi matin, Ott Tänak a repris les commandes du Rally Sweden après une erreur de Teemu Suninen, relégué à la huitième place du classement général.

Auteur du deuxième temps dans la première spéciale du jour, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) reprenait la première place avant de s’échapper en tête lorsque Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) lâchait près d’une minute et demie et voyait ses rêves de première victoire en WRC s’envoler à moins d’un kilomètre de l’arrivée de la spéciale d’Hagfors.

Arrivé trop vite sur un droite, le Finlandais sortait trop large dans le gauche suivant : « J’ai été projeté dans un mur de neige où nous sommes restés coincés », expliquait celui qui rétrogradait au huitième rang. « Nous avons perdu du temps. J’allais trop vite et il y avait beaucoup de neige molle. »

Encore deuxième dans Hagfors, Ott Tänak se retrouvait alors avec une avance de 34’’2 en tête : « Nous avons fait deux beaux passages. La première spéciale était inédite, donc cela aurait été stupide d’y prendre des risques, mais j’ai un bon rythme pour le moment. »

Prudent, Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) était promu en deuxième position alors qu’il ne signait que le septième temps dans les deux spéciales. Au général, le Norvégien comptait près de quinze secondes de marge sur Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC).

La bataille pour la quatrième place faisait rage entre Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC), Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) et Kris Meeke (Toyota Yaris WRC). Après les deux premières spéciales de la journée, Esapekka Lappi conservait le contrôle de la situation, même s’il reconnaissait un certain manque d’agressivité dans les sections les plus rapides.

Le Finlandais comptait 4’’3 d’avance sur le Belge, en difficulté avec le comportement de sa voiture. Kris Meeke le talonnait à 1’’7. Plus loin, Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) glissait au septième rang, accusant ses notes d’être trop lentes pour le parcours suédois.

Repartis ce matin après leur abandon du vendredi, Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) et Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) remportaient une spéciale chacun.

ES11 - Le bonheur des uns...

Samedi midi, Ott Tänak comptait plus de trente secondes d’avance en tête du Rally Sweden après une matinée fascinante lors de ce deuxième rendez-vous du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Après avoir repris la tête dans la matinée à Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) et vu son avance s’accroître lorsque le Finlandais partait à la faute, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) complétait la première boucle de trois spéciales avec 33’’8 d’avance.

L’Estonien ne prenait d’ailleurs aucun risque dans le dernier test de la matinée sur les routes enneigées et glacées de Vargåsen puisqu’il ne signait que le neuvième meilleur temps : « C’était une bonne matinée, nous avions un bon rythme sur les deux premières spéciales avant d’être plus réguliers, mais toujours rapides, sur la dernière. »

Désormais deuxième du classement général, Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) n’était pas complètement satisfait de sa matinée et attendait avec impatience la mi-journée : « Je prends du plaisir, mais j’aimerais être un peu plus rapide. Il nous manque de la vitesse de pointe, donc nous pouvons peut-être ajuster quelques réglages à l’assistance. »

La bataille pour la dernière marche du podium s’intensifiait à chaque spéciale. En difficulté avec sa voiture, Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) voyait ses poursuivants revenir et le Gallois ne gardait que 1’’1 d’avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) au moment de retrouver le parc d’assistance de Torsby.

Septième la veille au soir, le Belge signait le deuxième meilleur temps dans Vargåsen pour prendre une seconde d’avance sur Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC), frustré par un manque de rythme qu’il ne pouvait expliquer par son pilotage.

Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) se mêlait également à la lutte avec 6’’0 de retard sur le Finlandais et 16’’3 d’avance sur Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC), lui aussi frustré par ses performances : « Les notes sont trop lentes et moi aussi », expliquait le Français. « Ce n’était finalement pas une bonne matinée. Nous avons rédigé les notes quand il y avait de la neige fraîche en surface et je dois aussi m’habituer au comportement de ces voitures ayant plus d’aérodynamique dans les virages rapides. »

Déçu d’avoir perdu la tête, Teemu Suninen revenait d’ailleurs sur le nonuple Champion du Monde des Rallyes après son excursion dans un mur de neige. Derrière lui, Pontus Tidemand (Ford Fiesta WRC) et Ole Christian Veiby (Volkswagen Polo GTI R5), toujours leader en WRC 2, complétaient le top dix.

Reparti après son abandon de la veille, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) s’offrait un deuxième scratch consécutif dans Vargåsen, profitant des conditions de route parfaites offertes aux ouvreurs ce matin.

ES12-13 - Un podium très disputé

Samedi après-midi, l’avance d’Ott Tänak en tête du Rally Sweden s’est rapproché de la minute, mais la lutte est toujours plus disputée pour les autres places du podium.

Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) signait le meilleur temps des seconds passages sur Rämmen et Hagfors pour accroître son avance à 51’’7, mais tous les regards étaient portés sur ses quatre poursuivants se tenant en moins de dix-huit secondes.

« Il y avait tellement d’adhérence dans Rämmen que c’était comme piloter sur des rails », confiait le leader. « La suivante était bien plus dure, mais nous avons maintenu le cap tout en nous contentant de rester sur la trajectoire. »

Toujours deuxième, Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) voyait son avantage sur ses rivaux se réduire en perdant dix secondes dans la neige d’Hagfors : « J’ai perdu l’adhérence et terminé dans un mur de neige, nous avons de la chance de nous en sortir. »

Après cette excursion, le Norvégien comptait sept secondes d’avance sur Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC), qui reprenait le dessus sur Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) et Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) dans Rämmen.

Le Finlandais en profitait pour faire le point sur les nouveaux défis de la deuxième boucle, entre températures plus élevées et soupe laissée par les premiers passages : « Par rapport à ce matin, la marge est encore plus fine entre être dans le rythme ou ne pas l’être. Si on perd la voiture sur cette soupe, on peut tout perdre sur ce rallye. »

Thierry Neuville pointait au quatrième rang à 3’’2 du Finlandais. Le Belge préférait rester prudent en économisant ses pneumatiques en vue des dernières spéciales du jour, la deuxième boucle étant plus longue que la première.

Auteur du quatrième temps dans Rämmen, Elfyn Evans perdait ensuite de précieuses secondes. Victime d’une « montagne de survirage », le Gallois perdait sa place sur le podium provisoire et se retrouvait à 7’’5 de Thierry Neuville.

De son côté, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) voyait le podium s’échapper en étant relégué à plus de vingt secondes. Derrière, Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) poursuivait sa remontée après son erreur commise ce matin. Le Finlandais en profitait pour ravir la septième place à Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC).

Après ES16 : Ott Tänak prend le contrôle

Samedi soir, Ott Tänak comptait près d’une minute d’avance en tête du Rally Sweden, où Teemu Suninen a définitivement fait un trait sur ses espoirs de première victoire en Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Dimanche matin, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) s’élancera avec 54’’5 d’avance sur son plus proche rival, impliqué dans une bataille titanesque où les deux dernières marches du podium sont encore en jeu.

Leader pour la première fois d’une manche en WRC vendredi soir, Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) ne figure plus parmi les prétendants. Piégé dans un mur de neige dans la matinée, le Finlandais devait ensuite abandonner après une sortie de piste où un arbre endommageait l’arceau de sécurité de sa voiture.

Ott Tänak comptait d’abord deux secondes de retard sur Teemu Suninen, qu’il délogeait de la tête dès la première spéciale du jour. L’erreur du pilote M-Sport Ford dans le test suivant lui permettait d’accentuer son avance à plus de trente secondes et l’Estonien remportait trois spéciales dans l’après-midi pour s’offrir un petit matelas de sécurité.

« Il fallait faire le travail hier pour être dans cette position », assurait-il. « Cela nous a permis de passer une journée sans problème aujourd’hui. Cet après-midi, nous ne savions jamais à quoi nous attendre tant l’adhérence variait sur chaque virage. J’espère que nous pourrons contrôler demain, mais ce n’est jamais facile. »

Derrière, Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) menait un quatuor de pilotes changeant de position à chaque spéciale. En dépit d’un tête-à-queue, le Norvégien parvenait à conserver son rang, mais il voyait Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) revenir à égalité dans la dernière spéciale du jour. Auteur d’une étape crescendo, le Finlandais comptait 2’’3 d’avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), assez chanceux pour ne perdre qu’une poignée de secondes dans un 360° dans Vargåsen.

Un temps troisième, Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) résistait en complétant le top cinq à 11’’9 de Thierry Neuville malgré des problèmes de survirage.

Recouvertes d’une solide couche de glace, les routes tracées dans les forêts autour d’Hagfors offraient des conditions parfaites d’adhérence le matin avant que le mercure ne remonte, les transformant en véritable souple. Les derniers concurrents à s’élancer profitaient alors du balayage effectué par leurs rivaux.

Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) n’arrivait pas à suivre et voyait même Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) revenir à seulement 1’’6. Après une matinée difficile due à des notes trop lentes par rapport au rythme du parcours, le Français reprenait du terrain dans l’après-midi tout en distançant Pontus Tidemand (Ford Fiesta WRC) et les premiers concurrents en WRC 2, Ole Christian Veiby (Volkswagen Polo GTI R5) et Jari Huttunen (Skoda Fabia R5).

Relégués loin derrière après leurs abandons vendredi, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) et Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) remportaient respectivement trois et une spéciales. Le Finlandais perdait toutefois à nouveau du temps en étant prisonnier de la neige après un tête-à-queue.

Dimanche, la dernière étape ne comptera que trois spéciales totalisant 51,31 kilomètres chronométrés avec deux passages dans Likenäs précédant la Wolf Power Stage de Torsby, où les cinq pilotes les plus rapides marqueront des points bonus.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos