Motorsport

Sardaigne, samedi : Le grand chelem de Tänak

Il a remporté les 6 spéciales du jour

Recherche

Par www.wrc.com

15 juin 2019 - 20:19
Sardaigne, samedi : Le grand chelem (...)

ES10 : Tänak à l’attaque

Samedi, Ott Tänak a réalisé une prestation époustouflante dans la première spéciale du jour pour reprendre la deuxième place du Rally Italia Sardegna.

Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) a été le plus rapide dans Coiluna – Loelle (14,97 km) en devançant de 6’’5 le leader provisoire Dani Sordo (Hyundai i20 WRC). Cette performance lui permettait de ravir la deuxième place de Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), qui a fini la spéciale une demi-seconde plus loin, tout en revenant à 4’’7 de l’Espagnol.

Le choix d’Ott Tänak de parier sur un mélange de pneus mediums et durs a parfaitement fonctionné sur les routes sableuses.

« Il y a deux ans, j’ai fait le même choix », a-t-il expliqué. « Je pense que cela ira. Les prochaines spéciales ont toujours été glissantes dans le passé. »

Dani Sordo et Teemu Suninen ont tous deux privilégié les gommes dures, gardant à l’esprit les surfaces plus dures attendus dans les deux spéciales suivantes.

« Comme c’était très glissant, il n’y avait aucune traction avec les pneus durs », a indiqué l’Espagnol. « C’était difficile de maîtriser la voiture. »

Auteur du quatrième temps, Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) est repassé devant Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) pour la même position au général. Le Gallois s’est montré plus rapide de 3/10e, prenant ainsi 2/10e d’avance seulement.

Sans espoir de signer un bon résultat après avoir percuté une pierre vendredi, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) devait s’élancer le premier dans la spéciale après son abandon d’hier, mais le Français a délibérément pointé en retard pour encaisser une pénalité de 1’10’’, partir plus tard et disposer d’une meilleure adhérence.

ES11-12 : Tänak prend la tête en Italie

Auteur d’un triple scratch en autant de spéciales, Ott Tänak s’est porté en tête du Rally Italia Sardegna samedi matin.

Ayant entamé la plus longue et dure du rallye avec 11’’2 de retard sur Dani Sordo (Hyundai i20 WRC), Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) a inversé la tendance pour boucler la matinée avec 6’’4 d’avance sur l’Espagnol.

Après avoir signé le meilleur temps dans le premier secteur chronométré, l’Estonien a devancé l’Espagnol de 2’’1 dans Monti di Ala’ tout en gardant le meilleur pour la fin en lui mettant neuf secondes dans Monte Lerno... Alors qu’il avait calé dans une épingle !

« C’était clairement le bon choix », a-t-il déclaré au sujet de son mélange de Michelin mediums et durs. « Nous avons dû attaquer fort, mais je savais que ces pneus nous seraient bénéfiques lors du premier passage dans les spéciales. »

Malgré les apparences, Dani Sordo pouvait difficilement faire mieux. Parti en pneus durs, il a signé le deuxième meilleur temps dans les trois spéciales, sans pouvoir arrêter la marche en avant d’Ott Tänak.

« Nous avons perdu beaucoup de temps en patinant », a-t-il assuré. « C’était très difficile. Je n’ai pas très bien piloté, car je ne pouvais pas contrôler la voiture. Ce sera difficile avec Ott, mais je vais continuer de me battre. »

Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) s’est retrouvé à 21’’7 de la tête en retrouvant le parc d’assistance d’Alghero. Le Finlandais a néanmoins signé trois fois le troisième temps, sûr de son approche stratégique.

« J’ai été un peu prudent en pneus durs dans les endroits glissants », s’est-il justifié. « Nous avons essayé de gérer cette boucle avec seulement quatre pneus afin d’en avoir plus pour la suite du rallye. »

Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) et Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) ont continué leur lutte féroce pour la quatrième place en échangeant leurs positions après chaque spéciale. Le Gallois possède actuellement un avantage de 2’’6 après que le Norvégien a viré large et heurté un poteau à l’arrivée de Monte Lerno.

Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) a été l’un des concurrents regrettant d’avoir choisi les pneus durs. Huitième, le Finlandais précède les Skoda Fabia R5 de Kalle Rovanperä et Pierre-Louis Loubet, respectivement leaders en WRC 2 Pro et WRC 2.

La matinée a causé une nouvelle déception pour Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC). De retour après avoir tapé une pierre hier, le Français en a heurté une autre et cassé un bras de suspension arrière. Après des réparations de fortune sur le bord de la route, il a rejoint l’arrivée de Monte Lerno au ralenti.

Après ES15 : C’est le grand chelem pour Tänak

Ott Tänak a atteint la perfection en gagnant les six spéciales du jour et prenant solidement la tête au Rally Italia Sardegna ce samedi.

Au volant de sa Toyota Yaris, il a terminé la plus longue et éprouvante des quatre journées sur l’île de la Méditerranée avec un avantage de 25’’9 sur le précédent leader Dani Sordo. Teemu Suninen est 17 secondes plus loin, en troisième position, avec sa Ford Fiesta.

Troisième la veille au soir, l’Estonien a pris la tête après la dernière des trois spéciales de la matinée, puis a porté son avance de 6’’4 à près d’une demi-minute quand les spéciales ont été parcourues une seconde fois cet après-midi.

Ni Sordo ni Suninen n’a été en mesure de suivre son rythme. L’Espagnol a fini deuxième des trois spéciales du matin, et Suninen l’a fait a deux reprises l’après-midi.

Pistes abrasives et températures élevées ont représenté un défi un sérieux pour les voitures, les pilotes et les pneus. Le mélange matinal de Tänak entre gomme medium et dure, suivi par des durs plus résistants l’après-midi, a payé.

“Gagner toutes les spéciales est génial mais ma principale priorité est de gagner le rallye, les victoires en spéciale ne font pas de différence”, a dit Tänak. “La lutte a été belle aujourd’hui, Dani attaquait fort et a fait du très bon boulot. J’ai essayé d’être prudent cet après-midi mais c’était très cassant par endroits.”

Sordo a perdu des secondes cruciales le matin, sa Hyundai i20 chaussée de pneus durs souffrant de trop patiner. Suninen s’est réjoui de sa performance, mêlant prudence et vitesse tout en bénéficiant pour la première fois de la présence à ses côtés du très expérimenté copilote Jarmo Lehtinen.

Elfyn Evans et Andreas Mikkelsen ont lutté bec et ongles pour la quatrième place. Ils ont échangé leurs positions après chaque spéciale le matin et l’écart n’a jamais excédé 2’’6 avant la dernière spéciale, dans laquelle Mikkelsen a concédé du temps avec des pneus détruits sur sa i20. Evans et sa Fiesta ont conclu la journée avec 7’’9 d’avance.

Tous deux sont restés dans le viseur de Kris Meeke jusqu’à ce que le Britannique ne doive s’arrêter pour remplacer une roue crevée de sa Yaris dans la dernière spéciale. Il a rétrogradé à la huitième place.

La perte de temps qui en a résulté a promu Thierry Neuville en sixième position, à près d’une minute de son équipier Mikkelsen. Le Belge a fait un mauvais choix de pneus le matin et a eu du mal à trouver le rythme avec sa i20, malgré un changement de set-up à l’assistance de la mi-journée.

Esapekka Lappi est septième alors que derrière Meeke, Juho Hänninen et Kalle Rovanperä complètent le top 10.

Sébastien Ogier a connu une nouvelle journée frustrante. De retour après son accident de vendredi, le Français a encore une fois heurté une pierre et cassé un bras de suspension arrière de sa C3. Il a réparé sur le bord de la route avant de rouler au ralenti jusqu’à l’arrivée de la spéciale suivante puis au parc d’assistance d’Alghero.

La dernière étape de dimanche est la plus courte du week-end avec 41,90 km. Deux boucles identiques de deux spéciales culmineront avec la Wolf Power Stage au décor de carte postale le long de la côte ouest, qui offrira des points de bonus aux cinq pilotes les plus rapides.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less