Motorsport

Rallye du Chili, vendredi : Tänak leader et dominateur

Le Chili propose un défi relevé aux pilotes du WRC

Recherche

Par www.wrc.com

11 mai 2019 - 01:26
Rallye du Chili, vendredi : Tänak (...)

ES1 : Latvala et Meeke ex æquo

Deux équipiers de chez Toyota Gazoo Racing , Kris Meeke et Jari-Matti Latvala, sont à égalité en tête du Copec Rally Chile après une spéciale d’ouverture glissante sur cette nouvelle manche du Championnat du Monde FIA des Rallyes, vendredi matin.

Tous eux ont négocié les 17,11 km piégeurs d’El Pinar 2’’1 plus vite qu’Elfyn Evans, mais tous deux n’ont pas connu une spéciale tranquille sur ces routes forestières qui restaient humides et boueuses en raison de la pluie tombée récemment.

“Ce n’est pas une spéciale facile quand on l’a parcourue dans le brouillard en recos. Certains endroits n’étaient pas corrects dans mes notes”, a dit Latvala, dont le temps a été légèrement plus rapide que celui de Meeke si l’on tient compte des centièmes de seconde.

Le Britannique était soulagé de terminer la spéciale sans gros souci. “C’est très glissant, pour être honnête. Il y avait beaucoup d’endroits où la route était cassée mais il y avait de la boue en dessous. Difficile de se concentrer sur de nouvelles notes dans de telles conditions”, a expliqué Meeke.

Evans a admis ne pas avoir fait un run parfait avec sa Ford Fiesta, mais le Gallois a devancé Sébastien Ogier et Ott Tänak de 0’’5 et 0’’8 respectivement. Tous deux ont été surpris par un pont glissant en début de spéciale et ont manqué le virage qui suivait.

“J’ai calé un instant et souffert aussi d’un peu de sous-virage. Le feeling avec la voiture n’était pas trop mauvais mais les conditions sont difficiles”, a déclaré Ogier.

Tänak était le plus rapide au premier intermédiaire mais l’Estonien a donc commis une petite erreur. Le moteur de sa Yaris a calé et mis plusieurs secondes à le faire redémarrer.

Leader du championnat et premier sur la route, Thierry Neuville a complété le top 10 avec sa Hyundai i20, le Belge ayant manqué de confiance envers ses notes dans ces conditions piégeuses.

Andreas Mikkelsen a levé le pied après avoir heurté une pierre alors qu’Esapekka Lappi, au volant d’une nouvelle Citroën après son accident en Argentine il y a deux semaines, a été le plus lent des pilotes officiels d’une WRC en concédant plus de 20 secondes.

“On est partis au large dans un virage après le gué et j’ai dû faire marche arrière. C’était beaucoup plus boueux que je ne pensais”, a dit le Finlandais.

ES2-3 : Tänak prend la tête au Chili

Ott Tänak précède ses rivaux dans la course au titre, Sébastien Ogier et Thierry Neuville, après une passionnante matinée d’ouverture, ce vendredi, sur le Copec Rally Chile.

Des conditions de pilotage difficiles ont présenté un défi ardu dans les trois premières spéciales tracées au sud de la ville hôte de Concepción, mais Tänak a pris les choses en main pour devancer Ogier de 6’’1, Neuville suivant une demi-seconde plus loin en troisième position.

Routes forestières humides, pistes polies tout aussi glissantes, soleil passant entre de denses canopées pour donner un effet stroboscopique dans les ombres, et nouvelles notes prises dans le brouillard pour la première visite du WRC au Chili ont rendu plus difficile de s’adapter pour les pilotes.

Tänak a concédé une poignée de secondes dans la première spéciale d’El Pinar après avoir manqué un virage suivant un pont glissant avec sa Toyota Yaris. Il est bien revenu en remportant El Puma et prenant la troisième place dans Espigado, ayant modifié le set-up de sa voiture pour trouver un meilleur équilibre.

“Ça se passe bien pour l’instant mais c’est dur, les routes sont exigeantes. Elles sont rapides, lentes, changent constamment et la visibilité était difficile avec le soleil et les ombres. Cette première au Chili est un gros travail”, a dit l’Estonien, qui a promis de meilleures notes pour l’après-midi.

Ogier a fait une erreur identique à celle de Tänak, mais a été plus satisfait du niveau de performance de sa Citroën C3 qu’en Argentine, après des changements significatifs effectués ces deux dernières semaines par l’équipe française.

La marche en avant de Neuville a été interrompue quand El Puma a été neutralisée au drapeau rouge pour raison de sécurité. La spéciale a vite été remise en condition pour les autres, mais le Belge s’est vu attribuer un temps forfaitaire après avoir amené sa Hyundai i20 jusqu’à l’arrivée à vitesse réduite.

Le bénéfice de pneus moins usés aidant, Neuville a ensuite gagné Espigado, rentrant au parc d’assistance sur les talons d’Ogier.

Jari-Matti Latvala est quatrième sur une autre Yaris, 6’’3 derrière Neuville. Le Finlandais était ex æquo en tête après la spéciale d’ouverture, mais il a perdu la main en raison de plusieurs erreurs. Il est cependant revenu à Concepción avec près de 15 secondes d’avance sur son équipier Kris Meeke.

Après avoir partagé le premier meilleur temps avec Latvala, le Britannique a rétrogradé. “J’ai du mal avec les notes et je ne me sens pas à l’aise avec la voiture. Je suis hésitant. C’est une combinaison de tout. Notes, nouvelles spéciales, raies de lumières entre les arbres”, a-t-il déclaré.

Elfyn Evans est sixième avec sa Ford Fiesta, 1’’8 derrière Meeke et avec près de dix secondes d’avance sur Sébastien Loeb et sa Hyundai i20.

Un Andreas Mikkelsen découragé est huitième, le Norvégien se disant satisfait dans les portions étroites et sinueuses mais en manque de confiance et d’implication sur les routes plus rapides. Il est à plus d’une demi-minute de Loeb, alors que Teemu Suninen et Esapekka Lappi complètent le classement.

Après ES6 : Tänak leader et dominateur

Ott Tänak a compensé une erreur commise en début de journée pour se bâtir une confortable avance au terme d’une première étape fascinante, vendredi sur le Copec Rally Chile.

Le pilote Toyota a remporté trois des six spéciales courues sur les routes forestières glissantes tracée au sud de Concepción, pour devancer Sébastien Ogier de 22’’4. Son équipier Jari-Matti Latvala est troisième, 6’’4 plus loin.

Un niveau de grip irrégulier et une mauvaise visibilité le matin, cette dernière causée par les rayons du soleil passant entre les denses rangées d’arbres qui longeaient la route, ont assuré un accueil pas évident aux pilotes du Championnat du Monde FIA des Rallyes pour leur premier déplacement au Chili.

Ils ont aussi manqué de confiance avec de toutes nouvelles notes, qui se sont avérées loin d’être adéquates dans de nombreux cas après avoir été prises sous le brouillard en reconnaissance.

Tänak a manqué un virage et calé son moteur peu après un pont glissant dans la première spéciale de la matinée, mais a gagné la suivante pour s’emparer de la tête.

Il a dominé l’après-midi pour remporter les deux spéciales sur terre avec une voiture au comportement amélioré après des changements apportés à l’assistance de la mi-journée, faisant passer son avance d’une poignée de secondes à près d’une demi-minute.

“Les ingénieurs ont fait du bon boulot ce midi pour affiner la voiture. Le ressenti s’est amélioré et la confiance est là. Ce ne sera pas facile demain mais on va essayer de rester concentrés, et espérons qu’on pourra garder notre rythme”, a dit l’Estonien.

Ogier a commis une erreur identique à celle de Tänak dans la première spéciale le matin, mais le Français s’est rapidement emparé de la deuxième place. Il a pris plus d’air l’après-midi sur des routes qui s’asséchaient, appréciant les meilleures performances de sa Citroën C3 par rapport à celles du Rallye d’Argentine il y a deux semaines.

Latvala a connu une journée en forme de montagnes russes. Le Finlandais a partagé le premier meilleur temps avec Kris Meeke mais plusieurs erreurs, culminant avec un moteur calé dans l’ES6 alors qu’il était en lice pour signer le meilleur temps, l’ont empêché de viser mieux que la troisième place.

Le leader du championnat, Thierry Neuville, est quatrième sur sa Hyundai i20, à seulement 0’’7 de Latvala. Son attaque de la matinée a été interrompue quand un drapeau rouge, déployé pour des raisons de sécurité, a neutralisé la deuxième spéciale – mais un temps forfaitaire lui a permis de rester dans la lutte. Le Belge a remporté une spéciale.

La journée de Meeke est allée de mal en pis après une bonne première spéciale. Il a manqué de confiance et glissé en cinquième position avec sa Toyota Yaris, 2’’2 seulement devant le nonuple champion du monde Sébastien Loeb. Celui-ci s’est bien adapté à l’i20 pour ses débuts sur terre à son volant, remontant à la sixième place au terme d’un bel après-midi et remportant l’ES6.

Elfyn Evans est donc tombé à la septième place au volant de sa Ford Fiesta, avec plus d’une minute d’avance sur Andreas Mikkelsen. Le Norvégien a manqué d’assurance dans les portions rapides et failli envoyer sa Hyundai en tonneau dans l’avant-dernière spéciale, mais il a repris l’avantage sur Teemu Suninen – qui venait de le dépasser – dans la dernière spéciale.

Le classement des WRC officielles est complété par Esapekka Lappi, qui a perdu du temps en manquant un carrefour le matin.

L’étape de samedi est également basée au sud de Concepción, entre l’océan Pacifique et le fleuve Biobió. Deux boucles identiques de trois spéciales, pour un mélange de pistes en forêt et de routes plus larges, seront courues le matin et l’après-midi, représentant 121,16 km.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less