Motorsport

Rally Mexico, vendredi : Ogier se place bien en tête au Mexique

Une avance solide dans la première étape

Recherche

Par www.wrc.com

14 mars 2020 - 06:28
Rally Mexico, vendredi : Ogier se (...)

Matin : Sébastien Ogier se place aux commandes au Mexique

Sébastien Ogier a pris la tête du Rally Guanajuato México grâce à un pilotage incisif sur les spéciales de terre au programme du vendredi matin.

Vendredi matin, Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) prenait la tête du Rally Guanajuato México grâce à une prestation pleine d’engagement sur les redoutables spéciales sur terre du parcours.

Passé en tête après avoir signé le meilleur temps dans le test d’Ortega (17,24 km), le pilote Toyota Gazoo Racing conservait ensuite sa position malgré la réplique de ses concurrents. Le Français retrouvait le parc d’assistance à mi-journée fort d’une avance de 9’’7 sur Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC).

« Jusqu’ici, tout va bien », confiait-il. « Ce n’est jamais facile ici avec des rochers et des pierres un peu partout. C’est d’autant plus compliqué que l’adhérence était très faible et il y a des choses que nous pouvons encore améliorer. »

Ott Tänak (Hyundai i20 WRC) avait brièvement mené les débats grâce à un passage plein de bravoure dans El Chocolate, la spéciale d’ouverture. L’Estonien connaissait toutefois moins de réussite dans le secteur chronométré suivant puisque sa voiture bouclait le test avec des dégâts à l’arrière droit. Le champion du monde en titre lâchait 45’’9 face aux leaders et terminait la boucle matinale au septième rang.

Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) complétait le podium provisoire. Malgré ses attaques sur un terrain à l’adhérence précaire et une chaleur torride, le Belge était relégué à 10’’7 de Sébastien Ogier.

S’il déplorait également les faibles niveaux d’adhérence, Esapekka Lappi (Ford Fiesta WRC) n’était qu’à 16’’6 de la tête et prêt à repasser à l’attaque l’après-midi. Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) complétait le top cinq, 2’’5 seulement derrière le Finlandais.

Dès la toute première spéciale de la journée, Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) et son copilote Carlos del Barrio perdaient plus de cinq minutes en s’arrêtant pour remettre en place un tuyau détaché dans le radiateur. Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC) connaissait également une matinée animée, mais le Finlandais parvenait à rester sixième malgré une crevaison à l’avant gauche.

En WRC2, Pontus Tidemand (Skoda Fabia R5) prenait 23’’4 d’avance sur Nikolay Gryazin (Hyundai i20 R5) tandis qu’Ole Christian Veiby (Hyundai i20 R5) perdait énormément de temps en raison d’un problème de freins. En parallèle, le Bolivien Marco Bulacia Wilkinson plaçait sa Citroën C3 R5 en tête de la catégorie WRC3.

Après-midi : Sébastien Ogier augmente son avance au Mexique

Le pilote français a effectué un premier pas vers son sixième succès au Rally Guanajuato México en se construisant une avance solide dans la première étape.

Dans la fournaise mexicaine, Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) évitait avec succès les problèmes rencontrés par ses concurrents pour conclure la première étape complète avec 13’’2 d’avance sur Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC). Plus loin, Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) prenait la troisième place à Ott Tänak (Hyundai i20 WRC) au terme de la courte spéciale disputée dans les rues León.

Sébastien Ogier avait d’abord ravi les commandes à Ott Tänak dans la première spéciale du jour, El Chocolate, avant de ne plus quitter la tête. Le Français profitait même d’une erreur de l’Estonien, obligé de ménager sa monture et sa suspension arrière meurtrie jusqu’à la fin du secteur chronométré.

« Je suis content de cette journée et c’est bien sûr toujours bon d’être en tête », déclarait le nouveau leader de l’épreuve. « Je savais que la troisième place dans l’ordre des départs la route nous donnerait une chance de faire de bons temps. Je pense que nous avons tous connu des défis aujourd’hui, entre des routes glissantes et beaucoup de pierres à éviter, mais ce n’est jamais facile ici. J’ai toutefois pris du plaisir. Maintenant que la première journée est terminée, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, mais nous aurons au moins la meilleure position sur la route. »

Les belles performances de Teemu Suninen sur les redoutables routes mexicaines étaient éclipsés par le spectaculaire abandon de son équipier Esapekka Lappi, dont la Ford Fiesta WRC a pris feu immédiatemment après l’arrivée du deuxième passage dans El Chocolate. Malgré tous les efforts des pompiers, la voiture était complètement calcinée quelques minutes plus tard.

« Au point stop, Janne a ouvert la porte et m’a dit que la voiture brûlait », expliquait Esapekka Lappi peu après. « Je ne savais pas à quel point le feu était important, donc j’ai essayé de continuer. Fort heureusement, nous allons bien, mais nous n’en connaissons pas la cause d’autant que tout allait bien dans la spéciale. »
Victime d’un problème mécanique, Thierry Neuville a vu ses espoirs s’envoler vendredi.

Leader du championnat, Elfyn Evans terminait l’étape au troisième rang. Dans son rôle d’ouvreur, le Gallois devait composer avec un faible niveau d’adhérence tout au long de la journée et perdait 33’’2 sur son équipier installé à la première place.

Malgré quarante secondes perdues face aux leaders dans la première spéciale du jour, Ott Tänak redoublait de détermination pour remonter dans le classement. Sa performance pleine d’audace dans Las Minas 2 lui permettait ainsi de gagner quatre positions en un seul test et de conclure le vendredi à seulement 2/10e de seconde d’Elfyn Evans.

Sa remontée était cependant due en partie aux déboires de son équipier Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC). Le Belge bataillait pour le podium avant de voir sa voiture s’immobiliser en raison d’un problème électrique. Dani Sordo était lui aussi victime d’un problème technique dans une journée à oublier pour Hyundai Motorsport.

Malgré une journée loin d’être de tout repos avec une crevaison lente dans la matinée, Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC) complétait le top cinq à 2’’3 d’Ott Tänak. Derrière lui, Gus Greensmith (Ford Fiesta WRC) évitait les ennuis tout en concédant 41’’1 sur le Finlandais.

Leader dans la catégorie WRC2, Pontus Tidemand (Skoda Fabia R5) prenait la septième place, 51’’1 devant son rival russe Nikolay Gryazin (Hyundai i20 R5). Neuvième, Marco Bulacia (Citroën C3 R5) menait les débats en WRC3 avec un bel avantage de 2’45’’5 sur Emilio Fernández (Skoda Fabia R5).

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less