Motorsport

Monte-Carlo, vendredi : Ogier prend les commandes, Tänak se crashe

Tänak a été victime d’une sortie de piste à haute vitesse

Recherche

Par www.wrc.com

24 janvier 2020 - 17:49
Monte-Carlo, vendredi : Ogier prend (...)

ES3 - Elfyn Evans fond sur Thierry Neuville

Auteur d’un excellent temps sur le premier secteur chronométré du vendredi matin, Elfyn Evans est revenu sur Thierry Neuville, toujours en tête du Rallye Monte-Carlo.

Pour son premier rallye au volant d’une Toyota Yaris WRC, Elfyn Evans fixait le temps de référence dans la troisième spéciale du parcours, Curbans - Venterol (20,02 km), avec vingt secondes d’avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC). Si le Belge conservait la première place du classement général, le Gallois en profitait pour revenir à 5’’4.

« Ce n’était évidemment pas facile avec une adhérence très variable », déclarait Elfyn Evans. « Tout fonctionne bien et les notes étaient bonnes, donc c’est allé. »

Bien que les conditions aient été plus faciles que prévu à mesure que le mercure grimpait, certaines plaques de glace et de verglas piégaient de nombreux concurrents, dont Thierry Neuville.

« C’était dans un virage plein de glace », racontait le Belge, sixième de la spéciale. « Nous avons dû redémarrer, donc j’ai perdu un peu de temps là-bas. C’était plus glissant que je ne m’y attendais. »

Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) se classait deuxième de la spéciale. L’homme aux sept victoires au Monte-Carlo conservait la cinquième place derrière Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) et le Champion du Monde en titre Ott Tänak (Hyundai i20 WRC).

Sébastien Ogier signait d’ailleurs le quatrième meilleur temps malgré un flirt avec un talus lui coûtant quelques secondes face à Ott Tänak, lui aussi surpris par les conditions.

« Nous nous sommes faits une chaleur », déclarait l’Estonien. « Nous avons été sur la glace noire et nous avons eu de la chance de n’avoir rien touché grâce à la voie de secours. »

Esapekka Lappi (Ford Fiesta WRC) prenait la cinquième place dans l’ES3 pour préserver sa sixième position au classement général. Son équipier Gus Greensmith (Ford Fiesta WRC) connaissait moins de succès. Piégé dans une épingle, le jeune Britannique a glissé dans un fossé où il restait coincé.

Leader du WRC2 et huitième toutes catégories confondues hier, Mads Østberg (Citroën C3 R5) rétrogradait après avoir percuté une pierre crevant son pneu arrière droit. Le Norvégien perdait près de trois minutes en s’arrêtant pour changer le pneumatique.

ES4/5 - Elfyn Evans en tête, Ott Tänak abandonne

Elfyn Evans a pris l’ascendant sur Thierry Neuville en tête du Rallye Monte-Carlo lors d’un vendredi matin spectaculaire marqué par l’accident impressionnant du Champion du Monde en titre Ott Tänak.

Pendant qu’Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) remportait les trois spéciales de la boucle matinale pour prendre 8’’9 d’avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), toutes les conversations tournaient autour d’Ott Tänak, parti à la faute pour son premier rallye au volant de la Hyundai i20 WRC.

La voiture de l’Estonien quittait la route après une compression au neuvième kilomètre de Saint-Clément - Freissinières (ES4) avant de partir en tonneaux dans un ravin et de s’immobiliser sur une route à plus de cent mètres en contrebas. Sortis eux-mêmes de l’habitacle, Ott Tänak et son copilote Martin Järveoja étaient ensuite transportés à l’hôpital pour des contrôles de prévention.

Déjà auteur du scratch dans la première spéciale du jour, Elfyn Evans récidivait pour ravir la tête à Thierry Neuville dans Saint-Clément - Freissinières avant de réaliser le grand chelem après Avançons - Notre Dame du Laus.

« Les sensations sont plutôt bonnes », disait le souriant pilote gallois au moment de retrouver le parc d’assistance de Gap. « Le choix de pneus était aussi le bon, donc j’en remercie l’équipe. Tout se déroule à merveille jusqu’ici. »

Si Thierry Neuville avait brièvement ralenti après l’accident d’Ott Tänak, le Belge ne pouvait pas faire mieux que troisième sur les deux spéciales.

« Nous avons connu une première spéciale difficile dans des conditions piégeuses », confiait Thierry Neuville. « Je n’étais pas très confiant, notamment dans le final. Cela va mieux spéciale après spéciale, mais les conditions seront piégeuses cet après-midi et nous devrons faire le bon choix de pneus. »

Deuxième des deux spéciales, Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) revenait à 8/10e de Thierry Neuville malgré une confiance toujours perfectible pour ses débuts avec sa nouvelle voiture : « Je suis toujours en phase d’apprentissage et je dois trouver ses limites sur un terrain bosselé. »

Esseulé au quatrième rang, le septuple vainqueur de l’épreuve Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) était handicapé par la terre ramenée sur la route par ses concurrents. L’Alsacien pointait à 38’’7 de Sébastien Ogier et 41’’5 devant Esapekka Lappi (Ford Fiesta WRC).

Le Finlandais perdait dix secondes en tirant dans un champ dans Avançons - Notre Dame, mais il préservait un avantage de 24’’6 sur son compatriote Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC), auteur d’une matinée propre le voyant se placer en sixième position pour ses débuts en mondial avec Toyota Gazoo Racing.

Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC) le suivait à plus de deux minutes tout en devançant Éric Camilli (Citroën C3 R5), toujours leader du WRC3. En tête du WRC2, Ole Christian Veiby (Hyundai i20 R5) et Nicolas Ciamin (Citroën C3 R5) complétaient le top dix à mi-journée.

Après ES8 : Sébastien Ogier prend les commandes au Monte-Carlo

Véritable spécialiste du Rallye Monte-Carlo, Sébastien Ogier peut viser une septième victoire consécutive sur la première épreuve de la saison du Championnat du Monde FIA des Rallyes après en avoir pris les commandes vendredi soir.

Pour sa première apparition au volant de la Toyota Yaris WRC, Sébastien Ogier terminait la première journée complète de compétition avec 1’’2 d’avance sur son équipier Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC), en tête avant les ultimes kilomètres de l’étape. Derrière, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) talonnait le Gallois à 5’’2.

Les discussions tournaient toutefois principalement autour de l’accident spectaculaire d’Ott Tänak pour le premier rallye du Champion du Monde en titre avec une Hyundai i20 WRC.

Le matin, la voiture de l’Estonien quittait la route après une compression dans Saint-Clément - Freissinières avant d’effectuer plusieurs tonneaux et de finir sa course sur une route à plus de cent mètres en contrebas.

Ott Tänak et son copilote Martin Järveoja sortaient seuls de la voiture gravement endommagée avant d’être transportés à l’hôpital, où ils passeront la nuit sous observation.

« Notre priorité absolue dans de telles situations est toujours la santé de l’équipage », déclarait Andrea Adamo, le directeur de l’équipe Hyundai Motorsport. « Après de tels incidents, il est de coutume de procéder à des examens médicaux, dont les résultats étaient positifs dans ce cas. »

Dans les spéciales, le vendredi était marqué par la domination des deux recrues expérimentées de Toyota. Lui aussi présent pour la première fois au volant d’une Toyota Yaris WRC, Elfyn Evans remportait les trois spéciales du matin, où les plaques de glace représentait un danger constant, pour prendre l’ascendant sur Thierry Neuville, leader jeudi soir, mais aussi 3’’3 d’avance sur Sébastien Ogier.

Sébastien Ogier inversait ensuite la tendance l’après-midi en remportant deux spéciales sur des routes plus sèches pour prendre les rênes du classement.

« J’étais un peu prudent ce matin et mon équipe d’ouvreurs me conseillait de jouer la prudence », détaillait le Français. « Cet après-midi, nous avons effectué quelques changements sur les réglages tout en parlant avec nos ouvreurs et nous étions bien plus à l’aise. »

En parallèle, Elfyn Evans admettait avoir été trop prudent l’après-midi sur des routes polluées par la boue laissée par les concurrents s’élançant avant lui.

Thierry Neuville signait le meilleur temps de la dernière spéciale, mais le Belge restait frustré de sa chute dans la hiérarchie. L’ancien leader devait également appeler son équipier Dani Sordo, non-aligné ce week-end, pour remplacer Bruno Thiry, malade, parmi ses ouvreurs.

Esseulé au quatrième rang, Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) pointait à 47’’5 de son équipier Thierry Neuville et 48’’3 devant Esapekka Lappi (Ford Fiesta WRC), en difficulté pour ses débuts avec M-Sport Ford. Le Finlandais perdait également du terrain face au l’homme aux neuf titres mondiaux en tirant tout droit dans un champ.

De son côté, le prodige Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC) évitait les pièges pour prendre la sixième place après sa première étape complète en mondial avec Toyota Gazoo Racing. Il devançait Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC).

Leader du WRC3, Éric Camilli (Citroën C3 R5) conservait la huitième place devant son compatriote Nicolas Ciamin (Citroën C3 R5) et Mads Østberg (Citroën C3 R5), revenu en tête du WRC2 après une crevaison dans la matinée.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less