Interview d’Oscar Piastri, champion de F2 2021

Il a cru au titre dès le premier week-end à Bahreïn

Recherche

Par Camille Komaël

11 décembre 2021 - 17:33
Interview d'Oscar Piastri, (...)

Nous sommes avec Oscar Piastri, champion de F2 2021. Comment ça sonne à tes oreilles ?

Oscar Piastri : Ca sonne très bien ! Ca a clairement été une bonne année. Je ne savais pas si nous pourrions le faire au début de l’année, parce que pour être totalement honnête arriver en Formule 2 en tant que débutant est assez difficile. Je crois qu’après les deux premières courses ma confiance a grandi, et je suis très content d’être champion.

C’est ton troisième titre d’affilée, qu’est-ce que ça représente pour toi ?

OP : C’est un énorme moment de fierté pour moi, je crois que je suis le premier à remporter ces trois championnats de suite. Donc je suis très heureux, je ne suis pas vraiment arrivé en F2 en essayant de gagner les trois à la suite, je voulais juste gagner la Formule 2 pour ce qu’elle est, mais ça rend très bien sur mon CV. Super heureux d’en avoir gagné trois d’affilée !

Parlons de quelques grands moments, qu’est-ce qui ressort pour toi ?

OP : Il y en a eus beaucoup, pour être honnête. Je crois que les qualifications dans leur ensemble ont été extraordinaires, je ne pouvais pas vraiment prévoir que ça se passe aussi bien que ça. Quand à des moments spécifiques... cette première pole à Silverstone était très spéciale parce que ça faisait très longtemps que je n’avais pas eu de pole, et le tour qui m’a fait avoir la pole était vraiment bien. La course sprint 2 de Jeddah était assez bonne, mais je pense aussi à la coure principale de Monza, ma première victoire en course principale. Je crois que ce sont les deux moments qui ressortent pour moi.

Et des frustrations, des moments moins bien ?

OP : Je crois la première course principale à Bahreïn, j’atais troisième ou quatrième et je me battais avec Ticktum, j’ai vu la victoire devant mes yeux, j’ai poussé trop fort et j’ai essayé de rester dans la bataille avec Dan pendant trop longtemps. ON a eu un contact et je n’ai pas terminé la course. Pour être honnête avec vous, c’est vraiment le seul moment qui a été vraiment coûteux. J’ai aussi été sorti dans la course sprint 1 à Bakou, donc j’ai dû partir du fond de la grille pour la course 2, mais ce n’était pas de ma faute, donc je n’ai pas vraiment été déçu. Donc je crois qu’il y a juste la course principale de Bahreïn, et à part ça ça a a été une année assez bonne.

A quel moment de la saison tu t’es dit que tu pouvais réellement gagner le titre ?

OP : Après la course 2 de Bahreïn, donc assez tôt ! Je crois qu’à Bahreïn je n’étais pas très confiant. Je crois que les qualifications étaient okay, le premier objectif du week-end était de se qualifier dans le top 10, ce quie nous avons fait. La première course était correcte, rien de spécial, mais après pour gagner la deuxième course nous avons beaucoup lutté, et la voiture de sécurité nous a en quelque sorte sauvés. Quant à la course principale, même si je n’ai pas fini, ça a été un gros boost de confiance parce qu’on menait la course avec ma stratégie, ce qui à la fin n’a pas fonctionné avec les voitures de sécurité. Mais j’avais mené ma première course principale et savoir que je pouvais de suite me battre en tête m’a donné beaucoup de confiance, donc j’ai quitté Bahreïn en pensant qu’on pouvait gagner le championnat.

Parlons maintenant de ton équipe, à quel point t’ont-ils aidé, surtout tôt dans la saison ?

OP : Ils m’ont beaucoup aidé, mais pas seulement cette année, sur les deux dernières années. On a 100 % de réussite ensemble donc je suis très heureux de ça. PREMA a gagné tant de choses, il y en a trop pour les lister, et c’est grâce au travail et à la super ambiance dans l’équipe, et au final en nous donnant une voiture de course rapide. Donc ils m’ont beaucoup aidé au début de l’année parce qu’il y a beaucoup de nouvelles choses à apprendre en F2 et je crois qu’on les a approchées très bien ensemble, en tant qu’équipe. On a été sur le bon rythme bien plus vite que ce à quoi je m’attendais probablement.

Dernière question, un petit mot sur tes rivaux cette année ?

OP : Ca a été une année difficile. Je crois que Zhou a été mon principal rival pendant la première partie de saison, mais je savais que d’autres gars étaient juste derrière lui. Comme Robert, par exemple, je savais qu’avec la même voiture que moi il allait être fort. Je crois qu’au final ses performances en qualifications l’ont laissé de côté dans la lutte pour le championnat, mais jusqu’à ce que je quitte Jeddah, je savais bien que ça pouvait facilemet basculer, comme ça se passe souvent en Formule 2. Ca a été une belle bataille toute l’année et je suis ravi d’en être ressorti vainqueur.

F2

Info Motorsport

Photos

Vidéos