IndyCar : Herta remporte un GP d’Indianapolis complètement fou

Pagenaud deuxième, Grosjean piégé par la pluie

Recherche

Par Emmanuel Touzot

15 mai 2022 - 00:10
IndyCar : Herta remporte un GP (...)

Après une belle pole position de Will Power, devant Alex Palou, Josef Newgarden, Conor Daly, Pato O’Ward et Felix Rosenqvist, la course a dû être décalée pour cause d’orages sur l’Indianapolis Motor Speedway. Au moment du départ, la piste était très humide hors trajectoire, et la pluie menaçait pour la suite de la course.

Le départ s’est passé sans encombre, et Power a gardé l’avantage devant Palou et Newgarden, mais l’Espagnol est passé. Newgarden est passé devant Power mais les deux Penske se sont ralenties et cela a profité à O’Ward, qui est passé deuxième.

Les pilotes McLaren ont ensuite fait un festival, avec un dépassement de Palou par O’Ward pour le commandement de l’épreuve, puis une remontée de Felix Rosenqvist jusqu’à la deuxième place.

Mais ces deux positions en tête n’ont pas duré pour l’équipe McLaren, puisque la piste s’est asséchée. Herta a été parmi les premiers à s’arrêter, et O’Ward l’a limité au tour suivant. Ils ont été les plus inspirés, même si la piste était encore froide et légèrement humide.

Une première neutralisation intervenue rapidement

On a vu Herta manquer de peu un accident, avant de voir Palou sortir de piste. Après un retour difficile sur l’asphalte, il a calé et a dû être relancé. Cela a provoqué la première neutralisation de la course.

Herta était en tête devant O’Ward, Rosenqvist, Power, Daly, Newgarden, Takuma Sato, Alexander Rossi, Scott McLaughlin et Romain Grosjean. Simon Pagenaud était 13e, deux places devant Scott Dixon.

La course a été relancée au dixième des 85 tours, et O’Ward s’est immédiatement montré très pressant dans les rétros de Herta. A l’arrière du peloton, Palou pointait à un tour des leaders, et il était le grand perdant de ce début de course.

Herta a ensuite pris son envol, mais la course a été neutralisée une deuxième fois après un accrochage entre Newgarden et Jack Harvey, qui a envoyé le pilote Penske en tête-à-queue avec deux crevaisons.

La course a repris au vingtième des 85 tours, et Sato a lancé une attaque sur Power pour s’emparer de la quatrième place. Derrière, VeeKay est sorti de piste et, en y revenant, s’est fait percuter par Devlin DeFrancesco. Le fond plat de la Dallara du Ed Carpenter Racing était très endommagé, et la course était neutralisée.

Un Herta intraitable en tête

Herta a rapidement creusé un écart à la reprise, devant les McLaren d’O’Ward et Rosenqvist. Sato était un solide quatrième devant Power, mais Harvey a dépassé ce dernier au 31e tour. L’Australien était en difficulté et a vu Rossi dépasser, tandis que derrière, Grosjean et Pagenaud étaient huitième et neuvième.

Herta s’est arrêté parmi les premiers, tout comme Sato et McLaughlin, pour cette deuxième salve d’arrêts. Le reste du peloton a suivi, et c’est Rosenqvist qui a le mieux géré son tour d’entrée et son tour de suivi parmi les leaders.

En effet, Herta a réussi à le dépasser de justesse, et le Suédois est parvenu à ressortir devant son équipier O’Ward. Derrière, Dalton Kellett est sorti de piste tandis que Dixon entrait au stand au ralenti. La course a été neutralisée.

Marcus Ericsson et Kyle Kirkwood étaient en tête, mais ne s’étaient pas arrêtés, devant Herta, Rosenqvist et O’Ward. Harvey, Sato, McLaughlin, Grosjean et Power suivaient dans le top 10. Pagenaud et Rossi étaient virtuellement dans le top 10, une fois les arrêts d’Ericsson et Kirkwood effectués.

Le retour de la pluie pendant une neutralisation

Plusieurs pilotes se sont arrêtés chausser les pneus pour la pluie... qui a fait son retour pendant la neutralisation ! A la relance, Ericsson et Kirkwood ont conservé les meilleures positions, mais le chaos est arrivé derrière.

O’Ward a attaqué Rosenqvist puis Herta, mais il a touché la voiture Andretti et est parti en tête-à-queue. Malheureusement, le seul pilote n’ayant pas pu l’éviter était Rosenqvist, son équipier, et les deux pilotes en étaient quittes pour un accrochage, qui a renvoyé Rosenqvist en fond de classement.

Rossi, Graham Rahal, Jimmie Johnson, David Malukas, Palou et DeFrancesco avaient décidé de chausser les gommes pour la pluie, mais la piste n’était pas encore nettement humide, et la dégradation des gommes promettait d’être élevée.

La course connaissait donc une nouvelle neutralisation, ce qui faisait clairement les affaires d’Ericsson et Kirkwood, qui avaient un arrêt de moins que leurs concurrents, et pouvaient voir venir quant à une possible arrivée de la pluie.

Ericsson en tête sous la pluie

Kirkwood s’est arrêté pour chausser des pneus pour la pluie, mais pas Ericsson qui a gardé la tête de la course à la relance. Mais au fil du premier tour, il a finalement dû céder face à Herta, McLaughlin, Harvey et Grosjean.

Avec la pluie et les conditions précaires, les erreurs se sont multipliées en piste, notamment du côté de Harvey, qui a envoyé Grosjean en tête-à-queue, tandis que Pagenaud en profitait pour prendre la troisième place.

Herta et McLaughlin étaient toujours en tête devant le Français, et O’Ward est remonté en quatrième place après sa bourde, puis il a ensuite pris la troisième place. Juan Pablo Montoya, pigiste pour McLaren, était remonté dans le top 10 quand une neutralisation est arrivée après un tête-à-queue de Johnson.

Malgré la pluie proche et la piste froide et légèrement humide, tous les pilotes sont repassés en pneus slicks. VeeKay a fait un tête-à-queue pendant la neutralisation, tout comme Rahal, montrant que les conditions étaient dantesques.

Mais cette course complètement folle n’était pas à un rebondissement près, puisque la pluie a redoublé, et la plupart des pilotes sont entrés changer de pneus. Seuls McLaughlin, O’Ward et Grosjean ont conservé des gommes pour le sec.

Une fin de course au temps restant

Du côté des pilotes en pneus pluie, le premier était Herta devant Pagenaud, Power, Harvey, Daly, Helio Castroneves et Montoya, avant un final qui s’annonçait explosif ! La limite des deux heures approchant, le compte à rebours de 18 minutes était lancé.

McLaughlin a fait un tête-à-queue alors qu’il était en tête, laissant les commandes à O’Ward pour la relance, tandis que Grosjean a reculé au sixième rang sous voiture de sécurité également.

La piste était désormais détrempée, et les pneus slicks d’O’Ward n’ont pas pu lutter face à ceux de Herta. McLaughlin a refait un tête-à-queue, envoyant trois pilotes passer dans l’herbe. Et la course était de nouveau neutralisée à 13 minutes de son terme, laissant Herta, O’Ward et Pagenaud en tête. Grosjean était sorti du top 10.

O’Ward a fait un tête-à-queue et a pu repartir quatrième, laissant Herta, Pagenaud et Power en tête. La course a été relancée à un peu plus de six minutes du terme. O’Ward est rentré dans les stands malgré le peu de temps restant.

Herta a immédiatement creusé l’écart avec deux secondes d’avance sur Pagenaud, mais surtout 6"5 sur Power et neuf secondes sur Daly ! Derrière ce dernier,Ericsson prenait la cinquième place à Montoya, tandis que Rosenqvist revenait huitième derrière Sato.

Herta a fait une erreur mais a réussi à garder un écart de 3"8 sur Pagenaud, grâce à un rythme très supérieur à celui de son principal rival. Derrière, Ericsson s’emparait de la quatrième place, tandis que Rosenqvist revenait au sixième rang. Le Suédois pouvait nourrir des regrets après l’erreur de son équipier.

La course a finalement été neutralisé une dernière fois après le crash de Montoya dans la partie de l’ovale. Il restait moins de deux minutes à parcourir quand la course est passée sous statut de drapeau jaune.

Herta s’est imposé devant Pagenaud, qui signe son meilleur résultat avec l’équipe Meyer Shank. Poleman de la course, Power termine sur le podium devant Ericsson, Daly et Rosenqvist.

Callum Ilott signe une très belle septième place devant Sato et Christian Lundgaard, qui a cassé sa voiture sur la ligne d’arrivée. Dixon signe un top 10 inattendu, après avoir longtemps pointé à un tour.

Info Motorsport

Photos

Vidéos