Dixon signe sa 53e victoire en IndyCar dans le chaos de Nashville

McLaughlin termine deuxième d’une course très animée

Recherche

Par Emmanuel Touzot

8 août 2022 - 01:41
Dixon signe sa 53e victoire en (...)

Scott McLaughlin avait signé la pole position devant Romain Grosjean, et après deux heures de retard dues à l’orage, la course a pu être lancée. McLaughlin a gardé la tête devant Grosjean, tandis qu’Alex Palou a dépassé Christian Lundgaard.

Derrière, Pato O’Ward a pris la cinquième place devant David Malukas, Josef Newgarden, Will Power, Simon Pagenaud et Graham Rahal. Scott Dixon était 11e, et dès le troisième tour, Colton Herta se faisait pousser dans le mur par Dalton Kellett.

Le pilote Andretti est revenu au ralenti et a dû subir des vérifications sur la suspension, ainsi qu’un changement d’aileron avant. Repoussé à un tour, il a évité une neutralisation en rentrant aux stands, mais Alexander Rossi et Callum Ilott se sont arrêtés très tôt, tentant immédiatement un long relais en pneus durs.

Marcus Ericsson, deuxième du championnat et vainqueur dans les rues de Nashville l’an dernier, a écopé d’une pénalité pour avoir volé le départ, en s’étant décalé de sa trajectoire avant le drapeau vert. Pagenaud a dépassé Power pour la huitième place.

Rossi en difficulté, la course neutralisée

La course a été neutralisée pour la première fois au huitième des 80 tours, après une sortie de piste de Rossi. L’Américain n’a pas touché le mur, mais sa voiture était immobilisée, et le pilote Andretti se retrouvait à un tour... comme son équipier Colton Herta. Avec la 23e place en piste de Devlin DeFrancesco, Grosjean était déjà le seul pilote bien placé dans l’équipe, et ce après huit tours seulement.

A la relance, McLaughlin a conservé la tête devant Grosjean et Palou, tandis qu’O’Ward a dépassé Lundgaard. Power s’est défait de Malukas, que Pagenaud avait dépassé peu avant. Lundgaard n’avait pas dit son dernier mot et se montrait menaçant derrière O’Ward, avant de repasser la McLaren en bas du pont, dans le 13e tour.

Pagneuad s’est arrêté peu avant le quart de la course, tandis que McLaughlin menait de 1"8 devant Grosjean au 20e des 80 tours. Palou était un peu plus en retrait, à 6 secondes de McLaughlin, et voyait Lundgaard et Newgarden - qui avait passé O’Ward - l’attaquer sans relâche. Malukas s’est arrêté à ce moment de la course.

Palou s’est arrêté, se plaignant de la difficulté à tenir ses pneus tendres, et il est ressorti en gommes dures. La course a été neutralisée juste après l’arrêt de Palou, lorsque Helio Castroneves a fait un tête-à-queue. Le Brésilien n’a pas touché de mur mais a calé, précipitant l’entrée en piste de la pace car.

L’ensemble du top 10 est repassé par les stands, ce qui a permis à Palou de prendre la tête. O’Ward et Newgarden sont ressortis côte à côte dans les stands et se sont touchés, sans gravité. Derrière Palou, on retrouvait d’autre pilotes s’étant arrêtés avant la neutralisation.

Jimmie Johnson était un étonnant deuxième devant Pagenaud, Kyle Kirkwood, Malukas, puis McLaughlin et Grosjean, qui devançaient Power, Lundgaard et O’Ward.

Rahal dynamite la course avec un accrochage

Pagenaud a dépassé Johnson, et Malukas puis McLaughlin ont dépassé Kirkwood. Malukas a rapidement passé Johnson, qui était en difficulté avec des une autre stratégie. Derrière, une touchette a eu lieu après un ralentissement soudain. Power a freiné, mais Rahal n’a pas été capable de ralentir et a percuté O’Ward, l’envoyant sur Power.

Un autre incident impliquait Ilott, Harvey et Dixon, et plus loin, Dalton Kellett et Simona de Silvestro, qui sont restés immobilisés longtemps en piste. En revenant au stand, à cause de son aileron coincé sous la roue, Rahal a tapé le mur sur le pont.

L’Américain est parvenu à repartir en course, à un tour toutefois. A la sortie des stands, sa voiture semblait très difficile à piloter, et il l’a immobilisée avant de reprendre la piste. C’était la fin de la journée pour Rahal.

A cause du choc, Dixon était aussi coincé au stand avec des dégâts sur la roue arrière gauche. O’Ward mettait pied à terre, et ce Grand Prix à Nashville tournait déjà à la course à éliminations, après 30 tours sur 80.

Avant la relance, Palou était en tête devant Pagenaud, Malukas, McLaughlin et Johnson. Grosjean était septième derrière Kirkwood, et devant Power, Lundgaard et Felix Rosenqvist, qui atteignait le top 10 après ces incidents multiples.

Rahal, O’Ward et Kellett abandonnaient donc définitivement, et Castroneves était classé dernier après être repassé une quatrième fois au stand pour changer d’aileron. Meyer Shank Racing en a profité pour lui faire le plein.

Plusieurs incidents successifs en piste

La relance a eu lieu au 34e tour, Palou a conservé la tête devant Pagenaud. Johnson a perdu deux places au profit de Malukas et Grosjean, et un incident a eu lieu entre Ilott et Rossi. Le Britannique avait été percuté avant même le passage au drapeau vert sur le pont et était victime d’une crevaison.

Mais la course a immédiatement été neutralisée pour un accident entre DeFrancesco et Takuma Sato. Les deux pilotes étaient indemnes, mais leurs voitures étaient trop abîmées pour continuer. Ils s’ajoutaient ainsi à une grandissante liste d’abandons.

La course a repris au tour 41, Pagenaud a légèrement touché Palou et c’est Malukas qui a tenté de s’infiltrer. McLaughlin a ensuite attaqué le rookie, qui a mis un coup de volant pour défendre, mais le poleman a pris la troisième place.

Pagenaud s’est immédiatement montré menaçant derrière l’Espagnol, mais il n’est pas parvenu à passer, et a ensuite dû se défendre face à McLaughlin. Le pilote Penske a trouvé la place de passer dans le dernier virage du 43e tour pour prendre la deuxième place. Grosjean a dépassé Kirkwood pour la cinquième place.

Peu après, Pagenaud a été dépassé par Malukas, et c’était au tour de Grosjean d’être dans le sillage de son compatriote, qui avait perdu tout rythme. Grosjean est passé immédiatement, et l’on apprenait que Pagenaud devait composer avec un problème de différentiel.

La chute continuait pour le pilote Meyer Shank qui cédait successivement face à Kirkwood et Rinus VeeKay. Devant, Palou possédait 2"5 d’avance sur McLaughlin, et 4"9 sur Malukas. Grosjean, quatrième, pointait à plus de six secondes.

Grâce aux neutralisations et aux incidents, Herta est revenu dans le top 10. Pagenaud a continué à perdre du temps, voyant notamment Rosenqvist le dépasser, tandis que Lundgaard, Herta et Ericsson étaient dans son sillage.

Rahal neutralise de nouveau la course

VeeKay a fait un tête-à-queue et a perdu gros. Lundgaard, Dixon, Power et VeeKay sont entrés aux stands pour le début de la deuxième vague d’arrêts. Power a failli caler et est ressorti côte à côte avec VeeKay, qui l’a dépassé immédiatement.

Mais la course a été neutralisée pour un incident entre VeeKay et... Rahal ! L’Américain était revenu en piste, mais a raté un virage et a détruit son demi-train avant. VeeKay n’a pas pu l’éviter, tandis que Power et Johnson sont passés de justesse. VeeKay est revenu au stand avec son aileron sous les roues avant.

L’ensemble du top 10 s’est arrêté aux stands, et Penske a raté l’arrêt de McLaughlin, qui est notamment ressorti derrière Pagenaud et Ericsson. Newgarden, Dixon, Lundgaard et Power menaient après être restés en piste, puisque leurs arrêts étaient décalés. Newgarden, Lundgaard et Power avaient deux arrêts à leur actif, tandis que Dixon en avait déjà six !

Harvey était cinquième devant Palou, Malukas, Herta, Grosjean, Kirkwood, Rosenqvist, Ericsson, Rossi, Pagenaud et McLaughlin, grand perdant de ces arrêts.

Newgarden a mis du temps à relancer la course, et le peloton était très compact au moment de franchir le premier virage en ce 56e tour, mais tout le monde est passé.

Inquiétude autour de l’aileron avant de Palou

Kirkwood, Harvey et Herta se sont retrouvés à trois de front, et c’est le premier cité qui en est sorti vainqueur. Grosjean et Herta ont lutté de manière musclée, ce qui a permis à McLaughlin, auteur d’une excellente relance, de prendre la dixième place !

Palou a pris la quatrième place à Power au 58e tour, mais le pilote Ganassi le faisait en touchant la Penske, et son aileron avant était abîmé sur la partie gauche. Devant, Dixon était toujours dans le sillage de Newgarden.

Malukas a dépassé Power pour la cinquième place, et Herta était désormais prêt à s’attaquer à la sixième place de l’Australien. Le pilote Andretti a passé Power peu après.

Herta a ensuite dépassé Malukas pour la cinquième position. A l’image d’Ericsson l’an dernier, qui avait connu un accrochage en début de course avant de remonter vers la tête, Herta affichait un rythme très solide dans le top 5.

Kirkwood et Malukas hors course après un accrochage

Mais à 16 tours du but, la course a de nouveau été neutralisée, après un accident entre Kirkwood et Malukas, alors que les deux rookies naviguaient autour du top 5. Une attaque agressive de Kirkwood a envoyé Malukas dans les pneus et mis fin à la course des deux hommes. Les deux voitures étaient encastrées l’une dans l’autre, mais aussi dans les pneus.

Newgarden s’est arrêté depuis la première place, tandis que Dixon et Lundgaard choisissaient de rester en piste.

La course a repris sous l’impulsion de Dixon à 10 tours du but, tandis que Lundgaard s’est défendu face à Palou, et que McLaughlin a dépassé Herta. Grosjean a dépassé Herta et Ericsson, qui semblait en difficulté, et le Français faisait son retour dans le top 5.

Ericsson s’est retrouvé au ralenti et le peloton a dépassé celui qui était deuxième au classement des pilotes avant cette course. Après O’Ward, c’est un grand nom dans la lutte pour le titre qui était victime de problèmes.

Le push-to-pass était à l’avantage de trois pilotes en cette fin de course : Dixon (55 secondes), McLaughlin (69) et Grosjean (74) bénéficiaient d’un boost bien plus long que Lundgaard (7 secondes), Palou (30) et Herta (16). Ce système activable par le pilote allait possiblement jouer un grand rôle dans cette fin de course.

Le drapeau jaune était de nouveau brandi, cette fois à cause d’une sortie de piste de Johnson à haute vitesse. Le septuple champion de NASCAR allait bien, mais cela ne faisait pas les affaires de Dixon, son équipier en tête de course.

Un drapeau rouge à 4 tours de l’arrivée

A cinq tours de l’arrivée, Dixon avait de nouveau la tâche de relancer la course, et McLaughlin en profiait pour dépasser immédiatement Lundgaard. Mais la course était finalement neutralisée à cause d’un accident de Grosjean, qui s’est fait pousser par une attaque lointaine de Newgarden.

Ericsson était immobilisé en piste, et la direction de course décidait d’arrêter la course, ramenant tous les pilotes aux stands. Rosenqvist et Harvey, neuvième et dixième, étaient les seuls pilotes équipés des pneus tendres, et le Suédois avait réussi à gagner quatre places lors de la courte relance précédant le drapeau rouge.

Il restait un tour et demi lorsque la course a repris, et Dixon a mené la relance devant son comaptriote, McLaughlin. Palou a attaqué Lundgaard et pris la troisième place, tandis que Rossi et Herta ont dépassé Lundgaard. Rosenqvist s’est défait de Pagenaud.

Dixon a entamé le dernier tour en tête devant McLaughlin et Palou, mais les deux leaders profitaient d’un grand nombre de secondes de push-to-pass. Malgré tout, Dixon était en difficulté et ralentissait l’ensemble du peloton.

McLaughlin a vu sa chance à la sortie du pont, mais il n’a pas attaqué Dixon jusqu’à la ligne droite d’arrivée... sans succès ! Dixon s’impose et dépasse désormais Mario Andretti au palmarès de l’IndyCar, avec 53 victoires.

Il devance McLaughlin pour 0"1067, tandis que Palou et Rossi terminent à moins d’une seconde du vainqueur. Herta est cinquième devant Newgarden, Rosenqvist, Lundgaard, Harvey et Pagenaud. Power, qui mène le championnat, termine 11e, ce qui permet à Dixon de recoller au classement et de se relancer pour un possible septième titre !

Indycar

Info Motorsport

Photos

Vidéos