Motorsport

Argentine, samedi : Neuville s’échappe en tête avant la dernière journée

Ogier remonte à la 4e place du Rallye

Recherche

Par Olivier Ferret

27 avril 2019 - 23:24
Argentine, samedi : Neuville s'échappe

ES9-10 - Coup de semonce d’Ott Tänak

Thierry Neuville conserve les commandes du Xion Rally Argentina, mais Ott Tänak réduit progressivement l’écart sur le Belge.

Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) se montrait le plus rapide de la première spéciale du jour en devançant Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) de 4/10e pour porter son avance à 13’’8 à l’issue de Tanti - Mataderos.

L’Estonien répliquait dès Mataderos - Cuchilla Nevada en reprenant 2’’5 pour revenir à 11’’3 du Belge et distancer Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) qu’il avait dépassé dans l’ES9.

« J’ai essayé », confiait Thierry Neuville à la lecture des temps à Cuchilla Nevada. « J’ai fait mon maximum, mais nous savons que ce type de spéciales est fait pour la Toyota. Ils ont plus d’aéro et de vitesse. »

L’eau et la boue du vendredi laissaient place à un grand soleil. Plus sèches, les routes étaient cependant loin d’être faciles à négocier. « Les conditions sont très irrégulières », expliquait Ott Tänak. « Je ne suis pas encore à la limite. »

Cinquième des deux spéciales, Sébastien Ogier pointait à 5’’6 d’Ott Tänak. Ce matin à l’assistance, son équipe remarquait un conduit de refroidissement défectueux sur les freins de sa voiture et parvenait à faire les réparations à temps pour éviter toute pénalité.

Toujours quatrième, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) signait le troisième temps de l’ES9 et de l’ES10. Le Britannique conservait 12’’4 d’avance sur Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC).

La journée d’Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) s’arrêtait brutalement lorsque le Gallois partait en tonneau dans le final de Mataderos - Cuchilla Nevada. Son copilote Scott Martin et lui en ressortaient indemnes, mais leur voiture gisait avec un carter moteur arraché du châssis.

Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) était alors promu au sixième rang. L’Espagnol avait laissé échapper une poignée de secondes en raison de coupures moteur dans Tanti avant que le problème ne se résolve de lui-même dans la spéciale suivante.

ES11-12 - Neuville résiste à Tänak

Thierry Neuville a résisté au retour d’Ott Tänak pour conserver les commandes du Xion Rally Argentina après les quatre spéciales du samedi matin.

Leader du Championnat du Monde FIA des Rallyes, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) retrouvait le parc d’assistance de Villa Carlos Paz avec une avance réduite à 6’’4 sur Ott Tänak (Toyota Yaris WRC), à l’aise entre les pampas de la vallée de Punilla.

Vainqueur d’une deuxième spéciale consécutive dans la longue Cuchilla Nevada - Characato, Ott Tänak reprenait 6’’1 à son adversaire, qui répliquait en le devançant pour 1’’2 dans le parc d’attractions de Carlos Paz.

« J’étais à fond, j’ai tout donné », lâchait Thierry Neuville, envieux des capacités aérodynamiques des Toyota. « On n’a aucune chance face à lui quand il commence à attaquer comme cela. Il est intouchable sur ces spéciales faites pour cette voiture... »

Jusqu’ici troisième, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) perdait le contact avec le duo de tête lorsque sa direction assistée lui jouait des tours dans Cuchilla Nevada.

« Il y avait une intersection différente par rapport aux reconnaissances », expliquait le Français, qui perdait trente secondes dans l’opération. « Cela m’a fait hésiter, j’ai fait une erreur stupide et j’ai heurté un pilier de portail. »

Si le tenant du titre perdait vingt-cinq nouvelles secondes dans le parc d’attractions et rentrait à l’assistance au sixième rang, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) n’en profitait pas.

Le Britannique perdait les freins à l’approche d’un gué dans Cuchilla Nevada et flirtait avec un talus situé à l’extérieur. L’impact cassait sa roue arrière droite, qu’il plaçait à gauche pour la dernière super-spéciale puisque la roue de secours était également cassée. Avec vingt secondes perdues, Kris Meeke restait donc à la quatrième place du classement provisoire.

Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) était le grand bénéficiaire de cette matinée. S’il touchait le même talus que Kris Meeke, le Norvégien s’en sortait mieux et s’offrait le scratch dans le parc d’attractions pour s’emparer de la troisième position à 42’’3 d’Ott Tänak et 11’’6 devant Kris Meeke.

Cinquième, Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) comptait 9/10e de retard sur Kris Meeke et 9’’3 de marge sur Sébastien Ogier. Malgré une crevaison lente dans Cuchilla Nevada, Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) était septième devant Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), qui se faisait une belle frayeur dans la même spéciale.

Respectivement leaders en WRC 2 Pro et WRC 2, Mads Østberg (Citroën C3 R5) et Pedro Heller (Ford Fiesta R5) complétaient le top dix.

Après ES15 : Neuville en tête avec 45s d’avance sur Mikkelsen

Thierry Neuville a bouclé l’avant-dernière étape du Xion Rally Argentina avec une belle avance en poche après la journée contrastée de ses adversaires Ott Tänak et Sébastien Ogier.

Au terme de la plus longue étape de la cinquième manche du Championnat du Monde FIA des Rallyes, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) comptait 45’’7 d’avance sur son équipier Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC), qui soulignait la belle journée du constructeur coréen sur les terres argentines.

Dans la matinée, Thierry Neuville résistait au retour d’Ott Tänak (Toyota Yaris WRC), qui avait rapidement ravi la deuxième place à Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC). Alors qu’il avait vu fondre l’écart à moins de sept secondes, le Belge pouvait souffler lorsque l’Estonien devait s’arrêter, trahi par son alternateur.

Plus tôt, Sébastien Ogier avait été lâché par sa direction assistée après avoir percuté un pilier de portail en hésitant entre les grillages et routes à suivre. Le Français perdait alors près d’une minute dont Thierry Neuville profitait pleinement pour faire un pas vers sa deuxième victoire consécutive cette saison.

« Nous pouvons commencer à dire que nous avons une avance confortable », confiait le leader. « Néanmoins, les spéciales de demain seront loin de l’être ! Elles sont cassantes, piégeuses et étroites. Nous devrons garder toute notre concentration et notre rythme tout en restant calmes et au milieu de la route. »

Après la boue d’un vendredi humide, le soleil était au rendez-vous de cette deuxième journée dans les vastes pampas de la vallée de Punilla. Sur des routes rapidement sèches, l’adhérence restait toutefois irrégulière jusqu’à ce que le thermomètre atteigne 23°C en fin de matinée.

Dans ces conditions, Andreas Mikkelsen connaissait sa meilleure journée depuis longtemps en remportant deux spéciales et en capitalisant sur les soucis de ses rivaux malgré une touchette et une fuite d’huile sur sa boîte de vitesses.

Troisième à 17’’5 du Norvégien, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) menait un groupe de trois pilotes en lice pour le podium. Le matin, le Britannique avait perdu une vingtaine de secondes lorsqu’un problème de freins l’empêchait de ralentir à l’approche d’un gué. Il faisait ensuite la même touchette qu’Andreas Mikkelsen, mais une roue à l’arrière cassait et il devait composer avec cet handicap dans la spéciale suivante.

Après avoir chuté au sixième rang, Sébastien Ogier remportait deux des trois spéciales de l’après-midi pour revenir à la quatrième place, six secondes devant Dani Sordo (Hyundai i20 WRC). Malgré une crevaison lente, Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) restait en embuscade en sixième position.

Victime d’une radio défaillante, Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) complétait l’étape en septième position. Respectivement en tête du WRC 2 Pro et du WRC 2, Mads Østberg (Citroën C3 R5) et Pedro Heller (Ford Fiesta R5) encadraient Ott Tänak, neuvième samedi soir.

Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) était contraint à l’abandon après un tonneau alors qu’il occupait la sixième place. Si son copilote Scott Martin et lui-même s’en sortaient indemnes, sa voiture gisait avec un carter moteur arraché du châssis.

Dimanche, la dernière étape se déroulera au cœur des montagnes accidentées de Traslasierra pour l’une des journées les plus emblématiques du calendrier. Les concurrents négocieront El Cóndor à deux reprises autour des paysages lunaires de la spéciale de Mina Clavero. Le second passage dans El Cóndor formera le cadre de la Wolf Power Stage. Les trois spéciales totaliseront 53,16 kilomètres chronométrés.

WRC

expand_less