Motorsport

Après un premier podium, Ericsson raconte son adaptation à l’IndyCar

Une discipline très complexe

Recherche

Par Emmanuel Touzot

8 juin 2019 - 18:20
Après un premier podium, Ericsson (...)

Marcus Ericsson a signé son premier podium en IndyCar lors de la deuxième course de Détroit. Le Suédois a eu un début de saison difficile mais a réussi à exploiter au maximum son rythme et celui de l’équipe Schmidt Peterson Motorsports.

"Je suis arrivé avec beaucoup d’expérience" explique Ericsson. "Mon objectif et mes attentes étaient d’être à l’avant dès le début. Nous avions le rythme pour cela, mais c’était un processus d’apprentissage plus profond qu’attendu."

"Je n’ai pas sous-estimé la discipline mais c’est très difficile, il y a beaucoup de pilotes expérimentés qui y courent, des pilotes incroyables dans des équipes qui le sont tout autant. Il a fallu que je m’habitue à tout ça, aux pneus, aux voitures. Tout est différent."

Ce retour dans une formule monotype, où l’opérationnel est crucial, a rappelé à Ericsson qu’être rapide n’est pas gage de bon résultat : "Dans d’autres disciplines, si vous avez le rythme, vous êtes toujours à l’avant. Ici, c’est trop serré, il y a une seconde entre la première et la 22e place."

"Cela signifie que vous avez de nombreux moments en course où vous avez besoin de bien exécuter ce que vous faites. Vous avez besoin de bien faire les arrêts et de choisir les bonnes stratégies. Les gars ont besoin de faire un bon travail. Il faut aussi réussir les relances en pneus froids."

Bien qu’il souhaite poursuivre dans le championnat l’an prochain, il explique les difficultés que présente l’IndyCar aux pilotes débutants : "C’est complexe. C’est une chose que j’ai apprise cette année."

Une complexité qui se retrouve tout au long de la course, comme à Détroit : "C’était comme cela [à Détroit], avec beaucoup de relances après le Safety Car. C’est pour cela que je suis heureux de ce qu’on a fait, je pense qu’on a tout fait parfaitement."

Indycar

expand_less