Alpine a connu des 24 Heures du Mans 2022 ’décevantes’

Lapierre, Negrão et Vaxivière restent en tête du WEC

Recherche

Par Emmanuel Touzot

17 juin 2022 - 17:25
Alpine a connu des 24 Heures du (...)

Alpine a connu une édition 2022 des 24 Heures du Mans décevante, avec deux problèmes mécaniques et une sortie de piste. Troisième sur la grille, Nicolas Lapierre se retrouvait impuissant face aux Glickenhaus et glissait au cinquième rang de la catégorie Hypercar avant le premier virage.

Prenant son mal en patience dans des conditions extrêmement chaudes, le Français s’installait dans son rythme avant de ravir la quatrième place à la Glickenhaus n°709. Malheureusement, une pénalité était infligée à l’équipage en raison d’un excès de vitesse dans une slow zone.

Le délai de contestation étant presque expiré, l’équipe servait son drive through avec Matthieu Vaxiviere, qui démontrait toute sa hargne dès la sortie des stands en remportant son duel l’opposant à la Glickenhaus n°709.

La course d’Alpine basculait peu avant vingt heures. Victime d’un problème de boîtier de commande électrique de l’embrayage, l’Alpine A480 rentrait au garage pour une intervention éclair des mécaniciens bouclée en treize minutes. De retour en piste avec André Negrão, le prototype devait toutefois s’arrêter une nouvelle fois en raison d’un souci de bobine d’allumage.

Relégués au trente-deuxième rang en ayant perdu plus de vingt minutes avec ces deux problèmes indépendants du périmètre technique de l’équipe, le Brésilien et ses équipiers s’employaient dès lors à remonter dans la hiérarchie. Compliqué par la tombée de la nuit et ses conséquences sur la mise en température optimale des pneumatiques, le défi se corsait aussi avec le déficit de vitesse de pointe pour effacer les retardataires.

Une sortie de piste fatale

Le trio redoublait d’efforts et évitait à plusieurs reprises les écueils de l’obscurité mancelle pour revenir dans le top vingt à l’aube. Loin d’abdiquer, les trois hommes s’appuyaient également sur la prestation sans faute de l’équipe technique pour multiplier les dépassements jusqu’à ce que Matthieu Vaxiviere soit piégé dans le trafic et tape un mur de pneus.

Perdant vingt-sept minutes dans l’opération, l’écurie reprenait la course avec André Negrão et un seul objectif : rallier l’arrivée un peu plus de six heures plus tard pour s’assurer a minima les points de la cinquième place en Hypercar.

Sans autre enjeu, André Negrão, Nicolas Lapierre et Matthieu Vaxiviere mettaient aussi leur dernier triple relais à profit pour accumuler de précieuses informations et données.

À seize heures, Matthieu Vaxiviere voyait le drapeau à damier en vingt-troisième position et cinquième parmi les Hypercars. L’abnégation du trio et de l’équipe leur valait ainsi de précieux points leur permettant d’aborder la deuxième moitié de saison en tête du championnat du monde de WEC.

Malgré la déception de cette édition, Alpine retrouvera la piste dans quatre semaines aux 6 Heures de Monza, où Peugeot amènera pour la première fois sa 9X8. Rendez-vous est également déjà donné dans la Sarthe l’an prochain pour le centenaire des 24 Heures du Mans.

Qu’en disent les pilotes ?

"C’était une course très décevante et très difficile" regrette Nicolas Lapierre. "Nous n’avons pas été épargnés par les pépins mécaniques et nous avons subi le rythme et l’autonomie des Toyota et Glickenhaus tout au long de l’épreuve. C’était compliqué, mais il était important d’aller chercher des points et de limiter la casse au championnat."

André Negrão, de son côté, préfère saluer le travail de son équipe malgré le manque de fiabilité : "Nous savons que cette course est dure, mais cette édition l’était tout particulièrement. La voiture était bonne, mais il nous manquait tout simplement de la puissance."

"En plus de cela, nous avons subi deux problèmes mécaniques inédits et en dehors du périmètre technique de l’équipe ainsi qu’une sortie de piste même si nous étions déjà loin. L’équipe a toutefois fait de l’excellent travail. Nous sommes toujours dans le match pour le titre, mais la bataille s’annonce extrêmement difficile !"

Matthieu Vaxivière, auteur notamment d’un dépassement impressionnant sur la Glickenhaus n°709 en début d’épreuve, peinait davantage à cacher sa frustration : "Malgré la satisfaction d’être à l’arrivée pour remercier l’équipe du travail accompli, il y a beaucoup de déception et de frustration."

"C’est la course que nous attendions le plus et ce résultat ne correspond ni à nos ambitions ni à nos objectifs. J’ai aussi été surpris en voulant dépasser une GT et j’ai fait le choix de vouloir l’éviter avant d’être piégé dans la partie sale de la piste."

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos