Motorsport

Thiriet by TDS Racing : Une 2ème place qui a valeur de victoire

"Une grande récompense pour les techniciens"

Recherche

Par

20 juin 2012 - 11:32
Thiriet by TDS Racing : Une 2ème (...)

Le Thiriet by TDS Racing est l’équipe type de celle qui a suivi le chemin logique pour arriver au Mans. Une année d’apprentissage en Le Mans Series l’année passée, tout en participant à la Journée Test des 24 Heures du Mans, avant de disputer l’épreuve cette année. Fort d’une belle victoire aux 6 Heures du Castellet au printemps dernier, l’écurie dirigée par Jacques Morello et Xavier Combet avait fait l’impasse sur les 6 Heures de Spa. C’est donc au Mans que le Thiriet by TDS Racing est venu se frotter aux 19 autres LMP2 avec sa ORECA 03 motorisée par Nissan et confiée à Mathias Beche, Pierre Thiriet et Christophe Tinseau. Le trio a été récompensé par une très belle deuxième place, à quelques encablures de la victoire. Le seul souci de ce double tour d’horloge aura été au niveau de l’accélérateur, avec la perte de trois bons tours.

Xavier Combet, Team Manager, ne peut être que pleinement satisfait de cette première prestation mancelle : « Nous savourons cette seconde place, c’est une grande récompense pour les techniciens qui ont travaillé d’arrache pied depuis le mois de décembre pour préparer cette course. Nous partions dans l’inconnu car l’organisation des 24 Heures du Mans n’est pas la même que celle d’une course de 6 heures. Tout s’est déroulé sans embûche. Être second, c’est juste magique. Nous sommes fiers de ce résultat. Je profite de cette occasion pour remercier tous les partenaires qui nous font confiance et mais aussi la société Thiriet qui nous soutient dans ce projet depuis le début. Nous espérons que cela nous ouvrira d’autres horizons et que nous continuerons dans la voie de l’endurance ! »

Pour ses vrais débuts au Mans, Mathias Beche a pu montrer sa belle pointe de vitesse, et il y a fort à parier qu’on le retrouve à l’avenir dans la catégorie reine : « Je ne réalise pas encore complètement. La tension retombe car, à chaque instant dans la voiture, il faut être vigilant. La tension nerveuse est très forte surtout lorsque l’on enchaine les relais. C’est pire lorsque l’on a la responsabilité de faire le départ et l’arrivée ! Après notre souci mécanique, de nuit, j’ai attaqué pour récupérer le retard et j’ai même fait un quintuple relais. Je me sentais vraiment bien, j’ai fait des supers chronos et pris beaucoup de plaisir. Finir deuxième, c’est fantastique mais je ne pensais pas qu’on finirait à cette place après nos ennuis. Les mécaniciens ont été fantastiques ainsi que mes deux coéquipiers. Je réaliserais certainement plus demain et je pourrais alors me projeter à l’an prochain. »

En deux ans, Pierre Thiriet est passé du rôle de téléspectateur à celui de pilote, qui plus est sur le podium : « Je suis super heureux même si, avec la fatigue, je ne réalise pas encore ! Ce fut une course difficile, nous avons dû pousser du début jusqu’à la fin à cause de notre souci en début de course. J’avais de bonnes sensations dans la voiture. En dépit des problèmes de pneus, j’ai essayé de ne pas faire d’erreur. Je n’aurais jamais imaginé faire un podium ni même finir cette course. Il y a deux ans, j’étais en Hongrie pour la Megane Trophy et je regardais les 24 Heures du Mans à la télévision. Je ne pensais pas que deux ans plus tard, je serais là ! Je suis très content pour toute l’équipe et tous les partenaires. Je remercie tous les mécanos ainsi que mes coéquipiers. »

En bon capitaine de route, Christophe Tinseau a su faire profiter de sa grosse expérience du Mans à l’équipe ainsi qu’à ses coéquipiers : « Ce podium est quelque chose que je voulais depuis 14 ans, c’est-à-dire mes 11 participations et trois années où je ne suis pas venu. Quand je n’ai pas pu faire de F1 en 1996, je me suis dirigé vers l’endurance et le but, à un moment donné, était de faire un podium. En LMP1, il fallait être avec Audi ou Peugeot les années précédentes. Ne pouvant être chez eux, je voulais néanmoins une voiture pour gagner. J’ai donc regardé la catégorie en dessous, le LMP2, où il y a beaucoup de bagarres mais il fallait trouver un bon team. Cet hiver, quand Henri n’a pas renouvelé notre collaboration, j’ai alors choisi le team Thiriet by TDS Racing car c’était un super team. De plus, je savais qu’avec eux, je pouvais faire un podium. Quand je les ai vus tra- vailler au Castellet, en deux séances, j’ai tout de suite su que c’était une équipe professionnelle. Au Mans, ils confirment à nouveau qu’ils sont là parmi les meilleurs teams de LMP2. C’est une énorme satisfaction, c’est un aboutissement de plusieurs années et je rêvais de monter sur le po- dium depuis longtemps. Maintenant, c’est fait ! »

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less