Motorsport

Sten Pentus ne manque pas d’appui

Dernière journée d’essais consacrée à l’aérodynamique light

Recherche

Par Franck D.

27 mars 2010 - 19:17
Sten Pentus ne manque pas d’appui

À Motorland Aragón, la dernière journée d’essais collectifs de Formula Renault 3.5 Series est consacrée à la configuration aérodynamique light. Sten Pentus (Fortec Motorsport) tire son épingle du jeu et réalise le meilleur temps de chacune des séances. L’Estonien devance ainsi Jean-Éric Vergne (SG Formula) et Brendon Hartley (Tech 1 Racing) au cumul de ces deux jours d’essais.

À l’occasion de la dernière journée d’essais collectifs avant le coup d’envoi de la saison, les pilotes doivent obligatoirement évoluer en piste en configuration aérodynamique light. En effet cette saison, chaque samedi (hormis à Monaco), les monoplaces évolueront selon cette définition aérodynamique. Tous les concurrents devront utiliser une aile arrière plus petite, avec un angle de braquage maximum au-delà duquel il est interdit d’aller. Les jupes seront également interdites.

Durant la première heure, les pilotes prennent leurs marques et jaugent le nouveau comportement des monoplaces. Si certaines équipes ont déjà travaillé en configuration aérodynamique light cet hiver, c’est la première fois que tout le monde doit l’utiliser en même temps. Après une heure de travail, Jean-Éric Vergne lance le mouvement et part en pneus neufs. Le pilote SG Formula profite des conditions de piste parfaites et d’un vent favorable dans la ligne droite pour signer un brillant 1’42’’919. Il bat alors le record de la piste en Formula Renault 3.5 Series, puis améliore dans la foulée, en 1’42’’908. Nathanaël Berthon (International Draco Racing) décide de sortir à son tour en pneus neufs et fait encore mieux. Avec un tour bouclé en 1’42’’893, il s’installe en haut de la hiérarchie.

Les positions évoluent encore en fin de matinée et en toute fin de séance Sten Pentus vient surprendre tout le monde. L’Estonien boucle un tour en 1’42’’780 puis confirme avec un temps de 1’42’’390. Il termine la matinée au premier rang, devant Nathanaël Berthon, Jean-Éric Vergne et Mikhail Aleshin (Carlin).

L’après-midi, les pilotes enchainent les tours pour emmagasiner des informations avec cette définition aérodynamique en condition de course. Dans un premier temps, Stefano Coletti (Comtec Racing) est assidu en piste et mène la danse devant Nelson Panciatici (Junior Lotus Racing) et Greg Mansell (Comtec Racing). Puis Brendon Hartley et Walter Grubmuller (P1 Motorsport) prennent ensuite le relais en haut de la hiérarchie. Filip Salaquarda (ISR) attend le début de la dernière demi-heure de ces essais collectifs pour lancer l’ultime vague de pneus neufs. Il s’empare du leadership en 1’42’’930, puis Brendon Hartley améliore à son tour, avec un chrono de 1’42’’777, quelques instants avant que Julian Leal (International Draco Racing) provoque la présentation du drapeau rouge à quinze minutes de la fin de séance.

Le dernier quart d’heure bouleverse le classement. Mais comme ce matin, c’est finalement Sten Pentus qui prend l’ascendant sur le reste de ses adversaires, en 1’42’’560. Il devance Jean-Éric Vergne et Brendon Hartley, victime d’une sortie de piste dans son ultime tentative. Place maintenant à la course. Rendez-vous ici même, à Motorland Aragón, dans trois semaines, pour connaître la première hiérarchie de l’année.

Sten Pentus : « Nous avons beaucoup travaillé en configuration aérodynamique light cet hiver et notamment hier. C’est peut-être pour cela que nous avons pris l’avantage sur les autres aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, cela me donne de gros espoirs pour la première course. Mais il faut travailler encore et encore, ce genre de résultat me motive vraiment. »

Brendon Hartley : « Nous avons changé pas mal de choses sur notre monoplace depuis hier et nous avons beaucoup progressé. C’est une bonne journée pour moi, c’est idéal avant le début de la saison. Sur un tracé comme celui-ci, la configuration aéro light est efficace, notamment grâce au grip du circuit. Mais cela ne sera pas le cas de partout. »

Natanaël Berthon : « Sur un tour, la configuration aérodynamique light peut effectivement s’avérer très efficace, surtout aujourd’hui avec ce vent favorable. Mais la voiture glisse plus. Cela sera donc difficile sur la durée d’une course, il ne faudra pas faire d’erreur surtout qu’il semble que nous dégradons plus vite nos pneumatiques. »

keyboard_arrow_right

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less