Motorsport

Sordo et Loeb se mettent en avant

"Les écarts demeurent suffisamment faibles"

Recherche

Par Olivier Ferret

4 octobre 2013 - 20:45
Sordo et Loeb se mettent en avant

Marqué par des conditions météo changeantes et des choix de pneumatiques épineux, le Rallye de France a permis à Dani Sordo / Carlos del Barrio et Sébastien Loeb / Daniel Elena de se mettre en avant. Tour à tour, les équipages Citroën Racing se sont portés en tête du classement général. A l’issue de cette seconde étape,l’Espagnol et le Français sont respectivement deuxième et quatrième. Peu à l’aise aujourd’hui, Mikko Hirvonen / Jarmo Lehtinen occupent la huitième place.

Débutant le jeudi soir avec une spéciale tracée dans les rues de Strasbourg, le Rallye de France souriait d’abord à Dani Sordo, qui était le premier leader après avoir signé le meilleur chrono. Cette ES1 étant récompensée par les points de la Power Stage, la performance de l’Espagnol scellait le sort du Championnat du Monde ‘Pilotes’, qui revenait à Sébastien Ogier. Tous ses pairs, Sébastien Loeb le premier, félicitaient chaleureusement le Français et son copilote Julien Ingrassia.

Ce vendredi, la course prenait une autre dimension en s’enfonçant dans la campagne alsacienne et vosgienne. Avec des prévisions météo incertaines, le choix des pneumatiques pour les spéciales de la matinée s’avérait complexe. Dans le clan Citroën, les trois DS3 WRC quittaient l’assistance chaussées de Michelin Pilot Sport durs.

Prouvant qu’il n’avait rien perdu de son légendaire coup de volant malgré ses derniers mois d’inactivité rallystique, Sébastien Loeb frappait ses adversaires au moral en monopolisant le scratch dans les trois spéciales de la boucle. Il s’installait en tête au point stop de Pays d’Ormont, le secteur dans lequel le Rallye de France s’est souvent joué : « J’ai été content de voir que mon feeling revenait dès les premiers kilomètres. La troisième spéciale était délicate car il avait plu juste avant notre passage. Il fallait être attentif, tout s’est bien passé puisque nous avons été les plus rapides. »

Seb ravissait donc le commandement à Dani Sordo, qui passait de la première à la quatrième place : « Nous avons été confrontés à toutes les conditions de route ce matin. L’essentiel est d’être dans la bagarre pour la première place, il faut que je continue à attaquer pour rester dans le bon wagon ! »

La matinée de Mikko Hirvonen avait été moins amusante. Le Finlandais n’occupait que la septième place, à une cinquantaine de secondes de son nonuple Champion du Monde d’équipier : « Dans l’ES2, le casque audio que nous utilisons en liaison s’est détaché et il est venu se loger entre les pédales. Avant le secteur suivant, j’ai voulu changer les réglages de la suspension, mais j’ai commis une erreur de débutant en tournant la molette dans le mauvais sens… Enfin, je suis parti en tête-à-queue dans Pays d’Ormont… »

Avant de reprendre la direction des spéciales pour le second passage, le même choix cornélien se posait pour les pneumatiques. Malgré les informations fournies par Météo France, qui annonçaient des conditions sèches, l’équipe Citroën Racing retenait une option qui s’avérerait trop sécuritaire : Loeb et Hirvonen partaient avec quatre gommes tendres et deux durs, tandis que Sordo embarquait trois exemplaires de chaque type.

Avec une monte plus adaptée, Thierry Neuville revenait inexorablement sur Sébastien Loeb, qui perdait 16’’9 sur l’ensemble de la boucle. « Nous avons tout simplement commis une erreur », reconnaissait-il. « Chuter de la première à quatrième place n’est évidemment pas plaisant, mais les écarts demeurent suffisamment faibles pour que nous soyons positifs. Avant le départ, la question était de savoir si je pourrais jouer la victoire. Nous sommes bien dans le coup et c’est l’essentiel ! »

Grâce à son choix médian, Dani Sordo s’en sortait un peu mieux. L’Espagnol remontait en deuxième position à 9’’9 de Neuville : « L’équipe de la voiture n’était pas parfait, mais c’est normal avec une telle option pour les pneumatiques. Je suis satisfait de ma position, le rallye est encore long et nous ne sommes certainement pas au bout de nos surprises concernant la météo. »

Mikko Hirvonen bouclait quant à lui l’étape au huitième rang, un résultat qui ne le satisfaisait évidemment pas : « En dehors de notre option pneumatique qui n’était pas la bonne, je n’ai pas toujours compris pourquoi j’étais si loin des premiers. Même si je manquais parfois de confiance dans les parties humides, mon rythme était pourtant meilleur que ce matin. »

Engagé sur sa DS3 RRC, Robert Kubica est en tête du classement WRC2 avec plus de trois minutes d’avance sur Elfyn Evans. Le Polonais est donc bien parti pour réaliser un excellent résultat dans l’optique du championnat.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less