Motorsport

Sébastien Ogier, vedette de la journée

Kris Meeke a abandonné

Recherche

Par Franck D.

22 janvier 2010 - 10:23
Sébastien Ogier, vedette de la (...)

A l’issue de la deuxième étape du 78ème Rallye Monte-Carlo, quatre Peugeot 207 S2000 sont toujours groupées parmi les huit premiers, mais ce ne sont pas toutes les mêmes. Le mieux classé (deuxième) la veille au soir, Kris Meeke, a été le premier piégé par les modifications des conditions d’adhérence qui rendent le Rallye Monte-Carlo si difficile et spécifique.

« Je m’en veux encore », regrette le tenant du titre IRC. « Je n’ai pas survécu à la première plaque de verglas, sur un petit pont, deux kilomètres à peine après le départ de la première spéciale du jour. Je connais l’endroit. J’ai eu l’impression qu’il était moins glissant que prévu. Je me trompais et j’ai heurté un muret. La voiture s’est immobilisée en contrebas. C’était fini. » Le Britannique éliminé, le flambeau des chances de Peugeot a été repris par Sébastien Ogier. Le Français a enlevé trois des six spéciales du jour. Il s’est, notamment, montré le plus rapide lors de chacun des deux passages dans la terrible boucle de St. Bonnet-le-Froid, au revêtement totalement enneigé, et dont les abords ont été envahis par des milliers de spectateurs enthousiastes. Grâce à ces performances, le vainqueur de l’édition 2009 grimpe de la cinquième à la troisième place au classement provisoire.

« Je viens de vivre une des journées les plus délicates et les plus stressantes de ma carrière », déclare le grand espoir français du rallye. « Les changements d’adhérence étaient incessants. Dix fois, j’ai failli « me mettre au trou ». Dix fois, j’ai réagi à temps. En une seule journée, j’ai gagné deux places et mon retard sur le leader s’est réduit de quarante pour cent. Comme je le disais hier, je garde toutes mes chances de vaincre. » Stéphane Sarrazin n’est pas dans le même état d’esprit. Après sa crevaison de la veille, il a, cette fois, perdu plus de deux minutes à la suite d’une sortie de route dans l’avant-dernière courbe de la spéciale de St. Bonnet.

« Ma voiture était intacte, mais empêtrée dans la clôture d’un champ. Heureusement que les spectateurs sont intervenus ! Je tiens à les remercier en faisant tout pour remonter au classement... mais je pense aussi qu’il est temps que je me ménage une petite marge de sécurité. » Le Français n’en gagne pas moins trois places par rapport à la veille. Dorénavant cinquième, il est suivi par l’autre Peugeot pilotée par Franz Wittmann.

« C’est très glissant, mais ma 207 S2000 est bien équilibrée et particulièrement facile à piloter. Je m’amuse comme un fou à son volant », s’exclame le jeune Autrichien. Le tir groupé des Peugeot est complété par la huitième position de Bruno Magalhaes.

« J’avoue avoir été un peu déstabilisé par les conditions de route très changeantes, mais j’ai également choisi de ne pas prendre trop de risques. Je suis ici pour apprendre... et pour marquer mes premiers points au Challenge IRC, qui reste mon objectif de l’année. »

Vendredi 22 janvier dès le matin, les rescapés du 78ème Rallye Monte-Carlo quitteront Valence pour rejoindre Monaco. En cours de route, ils disputeront la spéciale du col de Perty, un des hauts-lieux traditionnels de l’épreuve. Le soir même, les deux boucles de la Nuit du Turini donneront au classement son visage définitif.

keyboard_arrow_right

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less