Motorsport

Peugeot veut garder son brevet d’invincibilité à Ypres

La victoire n’a jamais échappé à la 207 Super 2000

Recherche

Par Franck D.

18 juin 2010 - 12:35
Peugeot veut garder son brevet (...)

Le Belgium Ypres Rally – devenu, cette année, Geko Ypres Rally - fait partie de l’Intercontinental Rally Challenge depuis la création de celui-ci, en 2007. La victoire n’a jamais échappé à la 207 Super 2000. Cette année, Peugeot est particulièrement bien armé pour prolonger son brevet d’invincibilité.

Le mieux placé pour parler de la manche belge n’est autre que Kris Meeke, vainqueur en 2009 et tenant du titre IRC. « L’année dernière, quand j’ai découvert le parcours à l’occasion des reconnaissances, je me suis demandé où je tombais. C’est... étrange, unique », se souvient Kris Meeke. « On n’en comprend pas la difficulté avant de s’élancer en spéciale. C’est très rapide et terriblement étroit. Le pilotage doit être d’une précision absolue et les écarts se créent très difficilement. Il faut avoir le rythme et ne jamais le diminuer, sous peine de perdre d’un coup deux ou trois places au classement. »

En s’imposant dès sa première participation, le pilote Peugeot UK a montré qu’il avait pris la mesure de l’épreuve. « Je serai là pour gagner mais, à défaut, je me satisferai du meilleur résultat possible. D’expérience, je sais une chose : à Ypres, il ne faut pas chercher à forcer son talent. Le pilotage doit être naturel, sinon, les chronos ne suivent pas. »

La manche belge réclame des réglages « goudron » très spécifiques

« Le revêtement est parfois dégradé », précise Bertrand Vallat, l’ingénieur Peugeot Sport responsable du développement de la 207 Super 2000. « La motricité est capitale, ainsi que la stabilité au freinage. L’adhérence est très variable, surtout lorsque les conditions climatiques sont changeantes. C’est pourquoi il convient de compter sur des réglages moins pointus, plus souples. On recherche moins l’efficacité maximale dans les prises d’appui que la facilité de conduite, quelles que soient les circonstances. »

Non moins de vingt-trois Super 2000 sont engagées à Ypres, parmi lesquelles onze 207 Super 2000.

Stéphane Sarrazin de retour en rallye sur la 207 Super 2000

L’une des 207 Super 2000 est pilotée par Stéphane Sarrazin : « Tout le monde me dit que c’est très compliqué, très glissant, très piégeux. Je vais tout découvrir à la fois. Je n’ai plus conduit la 207 Super 2000 sur asphalte depuis le mois de janvier. A Ypres, il paraît que les freinages sont importants. Tant mieux : en tant que pilote de circuit, je ne devrais pas être dépaysé. Je suis là pour aider Kris Meeke. Si je pouvais m’intercaler entre lui et ses rivaux, ce serait l’idéal. »

Le Français ne sera pas le seul débutant à Ypres. Il en va de même pour Bruno Magalhaès. « C’est un rallye très célèbre et très spécial », s’exclame le pilote Peugeot Portugal. « Lorsque je consulte la liste des engagés, je me dis que la tâche va être difficile. Il y a là une foule de pilotes qui connaissent parfaitement le terrain. Je n’aurai que le shake down pour affiner les réglages préconisés par Peugeot Sport mais, mon équipe et moi, nous sommes prêts pour partir à l’assaut de ce nouveau défi ! »

De tradition, les pilotes belges sont très forts sur leur terrain. Cette année, pour l’affronter, ils sont nombreux à avoir choisi la Peugeot 207 Super 2000. C’est le cas de Mélissa Debackere, de Pieter Tsjoen (vainqueur en 2001) et de Patrick Snijers. Le vétéran belge est sans doute celui qui a la plus grande expérience d’un rallye qu’il a remporté quatre fois.

Ce n’est pas le cas de Thierry Neuville, de trente ans son cadet. « J’ai participé deux fois à l’épreuve et je n’y ai jamais vu l’arrivée », rappelle le jeune pilote Peugeot Belgique-Luxembourg. « Je compte, en priorité, combler cette lacune. C’est pourquoi je partirai prudemment, avec la ferme intention de hausser progressivement le rythme de mon pilotage. »

Enfin, Burçu Cetinkaya y poursuivra son apprentissage de l’IRC. « J’ai pris deux fois le départ au volant d’une deux roues motrices et je suis sortie autant de fois de la route », sourit la pilote Peugeot Turquie. « Cette année, il me faut avant tout faire mentir le dicton "jamais deux sans trois". Par le passé, j’ai été piégée par les changements brutaux d’adhérence. Cette fois, je bénéficie d’une séance d’essais. Je compte en profiter pour définir des réglages privilégiant la facilité de conduite. »

Le départ du Geko Ypres Rally a lieu le vendredi 25 juin à 16 heures. L’arrivée est prévue le lendemain, samedi 26 juin, à 22h40. Les équipages auront alors parcouru plus de 293km chronométrés.

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less