Motorsport

Ogier : L’ambiance était vraiment bizarre à l’arrivée

"On savait très bien que ce cas de figure pouvait se présenter"

Recherche

Par Olivier Ferret

16 septembre 2013 - 17:11
Ogier : L’ambiance était vraiment (...)

Alors qu’il se dirigeait vers une brillante victoire et un premier sacre mondial en Australie, Sébastien Ogier devra attendre, au moins, le Rallye de France pour assurer son titre.

Sébastien, vous y êtes presque, mais pas encore ! Alors que vous avez décroché la victoire, le titre n’est pas encore en poche. Déçu ?

Sébastien Ogier : Pour être honnête, l’ambiance était vraiment bizarre à l’arrivée de la dernière spéciale, quand j’ai entendu à la radio « Super les gars, vous gagnez le rallye… mais pour le titre, il va falloir patienter ». On s’est dit « Oh m… ». On savait très bien que ce cas de figure pouvait se présenter. Même en remportant le rallye et la Power Stage, on restait tributaire du résultat de Thierry. Mais, en regardant comment le week-end s’est déroulé, on n’y était pas préparés. On a été champions virtuellement tout le week-end. Quand ça se retourne à la dernière minute, c’est forcément frustrant.

Ca doit vraiment compliqué à gérer…

Oui, c’est frustrant. D’autant que c’était une journée très spéciale pour moi. J’étais tranquille depuis un bon moment mais, dans la dernière boucle, je dois reconnaître que je commençais à être tendu, à penser à plein de choses. Je voulais juste me débrancher le cerveau et faire mon job. Je me suis bien senti tout le week-end. Ma Polo était parfaite et on a quasiment remporté toutes les spéciales.

Vous êtes-vous fait quelques frayeurs ?

J’ai plutôt bien roulé, sans grosse frayeur. Dans ce genre de rallye, quand vous réalisez une bonne qualification, vous avez un bon ordre de départ et ça se passe tout de suite mieux. Ca semble facile quand on voit qu’on a gagné quasiment toutes les spéciales. Mais c’est parce qu’on a fait du très bon travail avec Julien (Ingrassia) et toute l’équipe. D’accord, on est un peu frustrés car on ne peut pas encore dire qu’on est champions. Mais c’est tout comme. On a en plus fait du bon travail pour le championnat des Constructeurs, j’en suis très heureux. Volkswagen le mérite et c’est mon objectif de leur offrir.

Vous êtes à un point du titre et la prochaine étape, c’est le Rallye de France. Comment envisagez-vous ce rendez-vous et un nouveau duel face à Sébastien Loeb ?

Je l’envisage très simplement : nous y allons pour gagner, et rien d’autre.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less