Motorsport

Nissan en Endurance, vrai retour ou simple idée marketing ?

On ne peut pas se plaindre de l’arrivée d’un constructeur mais...

Recherche

Par

27 février 2013 - 16:24
Nissan en Endurance, vrai retour ou (...)

Dire que Nissan sera de retour officiellement aux 24 Heures du Mans 2014 est vrai. Dire que Nissan sera de retour officiellement aux 24 Heures du Mans 2014 et dans les années futures en LMP1 est une autre histoire.

On sait que vous avez été plusieurs à veiller une partie de la nuit de lundi à mardi pour connaître les intentions de Nissan et Nismo. Plusieurs curseurs indiquaient que cette annonce concernerait l’Endurance, notamment que la présentation était diffusée sur Radio Le Mans et que le FIA WEC guettait de près la chose. Certains diront que la montagne a accouché d’une souris avec la « simple » arrivée de Nissan en tant que 56ème Stand en 2014 avec une auto électrique. Le fait que Carlos Ghosn ait fait le déplacement jusqu’à Yokohama pour inaugurer les nouveaux locaux de Nismo montre l’importance de la branche Nismo dans l’organigramme Nissan. On ne sait pas encore avec quel type d’auto Nissan va relever le défi du « full electric ». Il a juste été dit que ce 56ème stand 2014 permettra aux deux parties (Nissan et ACO) de recueillir un maximum de données pour évaluer les nouvelles motorisations avant un éventuel retour en LMP1 dans le futur. Rien ne permet de dire à ce jour que cette présence en 2014 se fera avec une auto typée LMP1. Nissan pourrait se servir de la motorisation 2014 pour un éventuel retour en LMP1. Le constructeur nippon a dans ses cartons une Leaf Nismo RC qui fonctionne déjà à l’électricité. Les détails du programme seront annoncés ultérieurement, mais on peut penser que l’homme qui donnera le départ des 24 Heures du Mans 2014 sera Carlos Ghosn si tant est qu’il soit toujours en poste dans plus d’un an. On sait comment les choses changent et bougent très vite dans le monde de l’automobile où le mot rentabilité est primordial. On rappellera tout de même que c’est lui qui a donné un coup d’arrêt aux R391 pour un recentrage sur les activités en Super GT.

On ne peut pas se plaindre de l’arrivée d’un constructeur de la trempe de Nissan et on ne dit pas que Nissan la joue petit bras en n’osant pas affronter Audi, Toyota et Porsche. Développer un auto électrique n’est pas une mince affaire même si celle ci ne répondra à aucun règlement, et c’est bien se qui pourrait froisser les constructeurs présents. Imaginez une auto du 56ème stand venir titiller des LMP1 alors que là n’est pas le but initial. De quoi faire bondir messieurs Ullrich, Kinoshita et Kristen. Nissan a les moyens de ses ambitions et la DeltaWing a défrayé la chronique avec un énorme coup de pub à la clé. Il ne faudrait pas que Nissan se serve de ce 56ème garage comme simple vecteur de communication afin de promouvoir la technologie électrique pour ne pas donner suite. Si la DeltaWing et la GreenGT sont des initiatives privées, la donne n’est pas la même avec la présence d’un constructeur de premier plan pour vanter les mérites d’une nouvelle technologie, d’autant plus que Nissan se retrouve impliqué deux fois en trois ans dans ce projet 56. Il est tout de même vrai que le constructeur n’était pas impliqué au début du programme DeltaWing.

D’ordinaire, l’ACO nous a habitué à communiquer en premier sur ce 56ème stand après avoir épluché toutes les candidatures. Là c’est bien Nissan qui a fait le buzz et qui s’est chargé de la communication. On sait bien que Le Mans est synonyme depuis longtemps de laboratoire technologique. Au début de l’ère diesel, les critiques ont fusé et on voit où on en est maintenant. L’hybride prend le dessus aussi bien en essence qu’en diesel. L’hydrogène arrive avec la GreenGT et la prochaine étape passera à coup sûr par l’électrique. Oui sauf que là le défi est de taille et Toyota est certainement le plus à même de maîtriser le domaine actuellement même si une Prius hybride roule en compétition sur la scène nippone en GT300. Honda en fait de même avec une CR-Z hybride. Nissan se devait donc de réagir.

On ne sait donc pas encore à quoi va ressembler cette auto qui prendra le départ des 24 Heures du Mans sous réserve qu’elle puisse rentrer dans le cadre fixé par l’ACO. Si Nissan veut tenter un coup marketing, il faudra une ressemblance avec une auto de série, donc plutôt typée GT afin de doper les ventes des modèles électriques. L’état major de Renault/Nissan aurait pu choisir Renault pour vanter les mérites de l’électricité, mais c’est finalement Nissan qui a été choisi. Ce qui tombe plutôt bien puisque les ventes de la marque ont grimpé de 5,8% en 2012. Renault a pour sa part dévissé de 6,3%.

En 2014, on verra les débuts de la FIA Formula E où 42 autos auraient déjà été vendues. Plusieurs villes se sont déjà déclarées candidates pour accueillir ces voitures non polluantes, à l’instar de Barcelone et Rome. Les batteries restent encore faibles en capacité, d’où l’idée de mettre en piste deux autos pour un même concurrent. Lorsque l’une est vide et se recharge, l’autre part en piste. Faudra-t-il en arriver là pour la Nissan, on ne sait pas... A l’heure actuelle, la Leaf Nismo RC est capable de rouler 20 minutes en version course. En septembre dernier, elle a bouclé 50 km sur le tracé de Sugo. Sa batterie lithium-ion est composée de 48 modules compacts et sa vitesse de pointe est de 190 km/h avec un 0 à 100 km/h abattu en moins de 7 secondes. Mettre une auto électrique parmi une meute d’autos toutes aussi affûtées les unes que les autres ne sera pas chose facile surtout qu’il faudra qu’elle soit endurante avec des ravitaillements à gérer. La Leaf Nismo RC a roulé en exhibition au Mans en 2011 ainsi qu’au Festival of Speed de Goodwood.

En 2010, Renault nous sortait une campagne publicitaire très nostalgique au message « ça ne marchera jamais ! ». Là c’est à Nissan de nous prouver que ça va marcher et c’est tout le mal qu’on leur souhaite. Tout le monde a pesté avec l’arrivée du diesel et les 24 Heures du Mans attirent encore plus de 200 000 personnes chaque année. Alors l’électrique pourquoi pas, mais pas uniquement pour une simple campagne marketing...

Laurent Mercier

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less