Le Grand Ballon en arbitre du Rallye de France ?

Le Vosgien Éric Mauffrey connaît parfaitement ce tronçon

Recherche

Par Franck Drui

28 septembre 2010 - 18:30
Le Grand Ballon en arbitre du (...)

Parmi les dix épreuves spéciales chronométrées qui composent le parcours du Rallye de France – Alsace 2010, "Le Grand Ballon" (ES4-8) est celle qui culmine le plus haut. Rapide, technique et exigeante avec ses changements de rythme, elle fait figure de "juge de paix" au sein de la première journée.

Tracée dans le Haut-Rhin, au sud de la région Alsace, l’étape d’ouverture de cette 11e manche du Championnat du Monde des Rallyes comporte quatre épreuves chronométrées. Les concurrents du Rallye de France – Alsace les disputeront à deux reprises. Avec ses 24,5 km, la spéciale du Grand Ballon est le plus long chrono du vendredi. Il possède des spécificités qui devraient offrir aux artistes de l’asphalte l’occasion d’établir des écarts leur permettant de se positionner idéalement pour la suite de l’épreuve.

Situé à quelques kilomètres au nord-est de Mulhouse, le départ de la spéciale est implanté à moyenne altitude avec une vue déjà intéressante sur la plaine d’Alsace. Régulièrement empruntée par les épreuves organisées dans la région, l’ES du "Grand Ballon" est précédée d’une notoriété qui va encore s’accroître avec le passage des meilleurs pilotes mondiaux. L’arrivée est jugée dans la vallée de Thann, non loin de Mulhouse où se déroulera l’assistance de la mi-journée.

Inscrit dans le Grand National, où il dispute le Trophée Renault Clio R3, le Vosgien Éric Mauffrey connaît parfaitement ce tronçon. "C’est une très belle spéciale", explique le vainqueur de la Coupe de France 2007. "Je la diviserai en trois parties. Tout d’abord, le départ s’effectue en montée sur une petite route forestière étroite et bosselée. Le deuxième temps fort intervient lorsque l’on rejoint la Route des Crêtes. Le profil change alors complètement. C’est habituellement un lieu très touristique. Les cars y sont nombreux donc la chaussée y est extrêmement large, jusqu’à 6 mètres parfois. Les arbres se font plus rares. On serpente entre les chaumes. Les virages s’enchaînant les uns après les autres, le pilotage est typé circuit. Le rythme s’accélère encore au point de devenir très rapide, car il n’y a pas de gros piège. Après le passage du Grand Ballon, la descente s’engage tout d’abord sur la Route des Crêtes, puis se produit le troisième changement de tempo. Il démarre au niveau du Col Amic où on emprunte une nouvelle route forestière. Si elle est également étroite, elle est en revanche moins bosselée, mais il faudra cependant être vigilant avec les freins."

Situé à 1 424 m d’altitude, le Grand Ballon est le point culminant de ce Rallye de France – Alsace 2010 avec les incertitudes inhérentes au franchissement d’un tel col. "Nous sommes alors dans la montagne vosgienne", reprend Éric Mauffrey. "La météo peut y être très perturbée. Le scénario le plus compliqué serait qu’il pleuve sur un seul des versants, ce qui est envisageable puisque cette spéciale relie une vallée à une autre. Les risques de brouillard sont également grands. Sur la portion la plus large, cela peut être un souci et il faudra avoir effectué de bonnes reconnaissances pour savoir où l’on se situe sur la route !" Les notes apparaissent une fois encore comme l’une des clés de la réussite dans ce chrono. "Ce n’est pas une spéciale où il sera difficile de se constituer de bonnes notes", prédit cependant l’expérimenté pilote vosgien. "Les principales difficultés ou originalités de ce tronçon, comme ces virages pavés situés dans la descente, sont facilement identifiables."

Clôturant à deux reprises la boucle de 4 spéciales, le Grand Ballon devrait voir les meilleurs pilotes y creuser des écarts. L’alternance de rythme proposée par ce chrono s’accompagne de plusieurs types de revêtements sur lesquels l’adhérence évoluera. Une bonne lecture de la route ainsi qu’une gestion réfléchie des pneus seront les garants d’une bonne performance.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos