Motorsport

Latvala est content de mener le rallye d’Argentine

Et d’ouvrir la route sur la deuxième étape

Recherche

Par

28 mai 2011 - 10:51
Latvala est content de mener le (...)

Jari-Matti Latvala a attaqué la première étape du rallye d’Argentine sur les chapeaux de roues et s’est offert quatre victoires de spéciale pour boucler la journée avec 12 secondes d’avance sur son principal poursuivant, le norvégien Petter Solberg.

Le pilote Ford a principalement fait la différence sur l’ES4, premier passage sur El Condor, et ses 20 kilomètres d’asphalte extrêmement rapides. Il a enregistré une vitesse moyenne de 196 km/h sur les six derniers kilomètres d’asphalte.

« C’était tellement rapide que j’avais l’impression de rouler sur le Nürburgring. Avoir baissé la voiture de 20 mm l’a rendue plus stable et m’a donné plus de confiance dans les longs virages. Je n’ai pas changé les pneus de toute la matinée parce que je voulais qu’ils soient usés, pour avoir un meilleur feeling sur asphalte. Je me suis préparé pour ça en faisant une demi journée d’essais sur asphalte avec des pneus terre, le moins dernier, et ça m’a mis en confiance », expliquait Latvala.

Il se prépare maintenant à subir la pression de ses poursuivants, ainsi qu’à ouvrir la route, avec tous les inconvénients que cette position présente. Mais le Finlandais n’aurait souhaité une autre position pour rien au monde.

« Je vais avoir la pression de mes poursuivants, demain, mais je voulais être le premier sur la route pour ne pas être gêné par la poussière dans la matinée. Les routes de demain sont rapides et plates, et je suis impatient de les affronter depuis la première place », ajoutait-il.

Son équipier Mikko Hirvonen est quatrième, à 45 secondes.

« Je n’ai pas apprécié l’asphalte et j’y ai perdu trop de temps. C’était à fond en sixième pendant des kilomètres, avec de grosses coupes dans les virages. C’était difficile pour les freins et les pneus et j’ai eu du mal à prendre mes notes pendant les reconnaissances », indiquait-il. « J’ai abaissé la voiture cet après-midi mais il y avait plus d’ornières que je ne le pensais et l’arrière tapait. C’était une erreur. »

« J’ai été surpris par l’usure des pneus. Ils étaient tellement usés que, dans la dernière spéciale, j’ai perdu du temps sur la terre parce que je ne trouvais pas de grip, et aussi sur asphalte parce qu’ils bougeaient trop. C’est l’asphalte qui a gâché ma journée parce que j’étais content de ma performance sur terre. Il nous reste deux longues journées et je pense pouvoir revenir sur Jari-Matti. J’ai une bonne position de départ et je vais me battre », ajoutait-il.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less