Motorsport

Interview exclusive de Nicholas Latifi

Le Canadien est resté chez DAMS cette année

Recherche

Par Camille Komaël

25 mai 2017 - 11:08
Interview exclusive de Nicholas (...)

Si Nicholas Latifi a couru pour la première fois en GP2 en 2014, ce n’est cette année que sa deuxième saison complète dans la catégorie. Après de brefs passages chez Hilmer et MP Motosport, Latifi est passé en 2016 chez l’équipe française DAMS et a choisi de rester avec eux cette année. Avant de se lancer en piste, le grand Canadien a bien voulu nous accorder quelques mots.

Tu fais un début de saison plutôt pas mal, sixième au championnat, de bons points marqués lors des trois dernières courses...

Jusqu’ici ça a été un départ plutôt bon, surtout comparé à l’année dernière. La plus grosse amélioration est la rapidité en course, ce qui était ma plus grosse faiblesse l’an dernier. Si je peux continuer comme ça, en étant fort en course... A Barcelone on a vu que j’aurais dû gagner la course... Je ne pensais pas que ça viendrait si vite, surtout quand on voit ce qu’il s’est passé l’an dernier. Tout peut arriver lors des prochaines courses, mais on est assez bien, il faut qu’on continue à se battre pour des podiums et des victoires pour le reste de la saison.

Tu es resté dans la même équipe cette année, c’est un avantage.

Je pense que oui, c’est sûr. Je pense que dans n’importe quel championnat, rester dans la même équipe pendant deux ans est une bonne chose. En GP2 je dirais même que c’est encore plus important, car on a pas beaucoup d’essais, pas beaucoup de temps pour comprendre les pneus, tout va très vite. Donc c’est sûr que rester dans la même équipe est un gros avantage.

Tu as un équipier très fort avec Oliver Rowland, qui est pour l’instant deuxième au championnat.

Oui, il est très rapide. Je crois qu’on se complète assez bien, on pousse tous les deux dans le sens de l’équipe. Comme on est rapides tous les deux, on se pousse aussi mutuellement. Ca marche assez bien jusqu’ici.

A Monaco, que ce soit en FR3.5 ou en GP2, tu n’as pas eu beaucoup de chance jusqu’ici...

Non, je crois que je n’ai jamais fini une course à Monaco ! J’espère qu’on changera ça ce week-end ! Mais j’ai confiance, on va faire un bon week-end. Les qualifications sont la grande différence ici. L’an dernier on avait beaucoup plus de potentiel que là où on a fini. Cette année, il n’y a pas de raison que ça se passe mal. Je dois rester loin des soucis et avoir une course propre, surtout la première.

Malheureusement, tu n’as pas la chance de rouler devant ton public, puisque tu es du Canada. Est-ce que tu regrettes que la F2 n’y aille pas ?

C’est sûr que ce serait génial que la F2 y aille ! Par exemple cette année on a ajouté la Malaisie, mais on aurait tout aussi bien pu ajouter le Canada. Ce serait génial de piloter devant mon public. C’est comme ça... mais j’ai la F1 pour y arriver !

A propos de F1 et de Canada, est-ce que tu pourrais avoir la chance de rouler en essais libres avec Renault à Montréal ?

Je crois que ça dépend de mes résultats. J’ai déjà fait des essais avec eux la semaine dernière, j’ai pu piloter la nouvelle voiture, ce qui était une très bonne expérience. Mais mon principal objectif est bien sûr la Formule 2.

F2

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less