Motorsport

Interview de Sébastien Loeb

après sa victoire en Finlande

Recherche

Par www.wrc.com

31 juillet 2011 - 08:36
Interview de Sébastien Loeb

Sébastien Loeb, en Finlande, a gagné le 66e rallye de sa carrière, le 2e en Finlande après 2008.

Comment vous sentez-vous après avoir passé le week-end aux avant-postes en quête de victoire ?

Je ne sais pas si c’est ma plus belle victoire mais ça n’en est pas loin. C’est un sentiment incroyable, la Finlande est toujours spéciale. C’est ce que j’ai toujours dit, c’est le rallye le plus difficile de la saison. Cette année, nous avons eu une belle bagarre avec Seb (Ogier) et Jari-Matti (Latvala). Toutes les spéciales sont allées vraiment très vites. Tous les soirs, ils se plaçaient derrière moi (au classement général) pour que j’ouvre la route le lendemain. Mais c’était peut-être finalement une bonne chose. Parfois, il n’y avait pas d’inconvénient. Parfois, il y avait davantage de terre en surface et il me fallait balayer. Je ne savais pas si j’allais gagner à 2 ou 3 spéciales de l’arrivée. Mais nous avions espoir, même si c’est beaucoup de pression et de difficultés.

Était-ce difficile aujourd’hui ?

Hier, en fin de journée, quand j’ai vu leur stratégie de se placer derrière moi, je n’étais pas confiant pour la journée d’aujourd’hui. Ils n’avaient pas prévu l’humidité ; je savais que ce serait impossible si c’était sec. C’était humide, les conditions ne me déplaisaient pas. Il y avait un petit avantage à partir en premier. Il me fallait à tout prix construire le plus gros écart le plus vite possible. Car je savais que ça allait être plus dure dans l’après-midi. J’ai donné tout ce que j’ai pu.

Vous disiez, au départ que la victoire n’était pas la priorité. A quel moment avez-vous décidé que ça l’était ?

Je suis venu ici pour marquer des points, c’est vrai. Je m’enfichais de savoir si c’était la victoire. Bien sûr, je voulais gagner mais c’était surtout important de ne pas perdre de gros points ici. Ce n’est pas le rallye sur lequel je me sens le mieux. Je n’ai pas pris de risques incroyables. Je me sentais bien dans la voiture. LA voiture était parfaite, l’équilibre aussi, et je me sens mieux que dans la C4 que j’avais la C4. J’ai pu attaquer à la limite, vivre des passages chauds. Tout s’est bien déroulé. Comme on dit en Finlande, vous avez besoin que tout se passe parfaitement. Et j’avais 100 % confiance en mes notes.

Quel a été le moment le plus important du rallye ?

Je dirais l’après-midi de la dernière journée. J’avais fait une bonne matinée mais j’ai vu les conditions se dégrader. Je savais, à ce moment là, que je pouvais perdre tout ce que j’avais gagné le matin. Nous étions proche de la victoire, très proche, mais nous pouvions également tout perdre. C’était le moment le plus dur.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less