Motorsport

Freddy VI d’Ypres intronisé

La sixième victoire de Loix à Ypres

Recherche

Par Franck D.

27 juin 2010 - 10:56
Freddy VI d’Ypres intronisé

On la sentait bien venir cette 6e victoire de Freddy Loix au GEKO Ypres Rally. Mais le rallye n’est pas une science exacte et la chose était loin d’être acquise…

Dès les premiers mètres, il se confirmait que Freddy Loix était bien décidé à concrétiser sa participation par une nouvelle victoire. D’emblée, une lutte acharnée s’engageait avec Kris Meeke (Peugeot 207 S2000). Un mano a mano somptueux qui se terminait samedi matin par une sortie prévisible, au détriment de l’Irlandais. « Nous étions à la limite partout et il semblait clair qu’un de nous deux irait à la faute », avouait l’ex-protégé de Colin McRae. Et Freddy de se retrouver seul en tête. En fait, pas tout à fait, puisque Jan Kopecký ne semblait pas décidé à baisser les bras. Samedi en début de soirée, il était certains TRC où le Tchèque grappillait quelques secondes au Belge, mais sans délai celui-ci remettait les pendules à l’heure. Une manière comme une autre de faire comprendre à son équipier du week-end que ses tentatives étaient inutiles. Pourtant, à ce moment, le pilote BFO restait prudent. « Je ne peux pas trop ralentir car Kopecký continue vraiment d’attaquer. Mais honnêtement, je suis un cran en dessous du rythme que nous avions avec Meeke. J’étais un peu tendu en débarquant ici, car je me demandais où je me situais par rapport aux jeunes habitués des Super 2000. La compétitivité de ma Škoda Fabia S2000 m’a rassuré, car cette voiture est vraiment fantastique. Comportement et moteur de cette version évoluée sont sensiblement meilleurs que ma voiture habituelle. Il n’empêche que je me réjouis d’être à l’arrivée… ». Ce qui se fera sans trop de problème et qui permetra au sympathique pilote de Riemst de remporter son 6e succès dans la Cité des Chats. Le chef, c’est vraiment lui, Freddy VI d’Ypres.

Il n’empêche que Kopecký comme Škoda réalisent une superbe opération au championnat. Un succès qui, indiscutablement, aurait pu être plus complet encore si Juho Hänninen n’était pas sorti de la route vendredi soir. Mais il ne sera pas le seul ! Stéphane Sarrazin et Pieter Tsjoen (Peugeot 207 S2000) comptent parmi les plus importants en la matière. Du coup, c’est notre plus sérieux espoir qui profitait de la situation pour progressivement se hisser jusqu’au podium. Auteur d’un parcours remarquable, Thierry Neuville signe à Ypres une retentissante 3e place finale révélatrice de son talent et de sa maturité grandissante. Derrière lui, Bernd Casier, sur la Škoda Fabia S2000 habituellement dévolue à Loix, n’a guère tenté le diable et s’est satisfait d’assurer une 4e position. Lui qui rêvait d’une place dans le top 5, le voilà ravi. Autre bonne surprise, Andreas Mikkelsen qui parvient à hisser sa nouvelle Ford Fiesta S2000 (une première à Ypres) chaussée de pneus Hankook au 5e rang.

Enorme déception en revanche concernant Patrick Snijers (Peugeot 207 S2000) qui, avec une voiture manifestement moins compétitive, parvenait à contenir de superbe manière les assauts décidés de Bruno Magalhães (Peugeot) jusqu’au dernier chrono de Heuvelland. Là, le moteur de sa 207 rendait l’âme… Signé pas de chance, car cette 6e place, « le grand » la méritait vraiment.

Ce dernier chrono ne sera pas impitoyable qu’avec notre septuple champion de Belgique, puisque c’est là également que Mathias Viane (Mitsubishi Lancer Evo X) crevait et laissait la victoire sur le fil à Stéphane Lhonnay (Mitsubishi Lancer Evo IX)… malgré une crevaison lui aussi. Avant cela, Jasper van den Heuvel (Evo X) avait dominé la catégorie des « vraies Gr. N » avant d’être contraint à l’abandon sur problème mécanique, samedi matin. Alexandre Romain avait pris la relève et semblait se diriger vers une autoritaire victoire lorsque l’intercooler de son Evo X lui causait beaucoup de soucis très pénalisants. Bref, cette catégorie a été fort agitée et couronne un beau vainqueur.

A l’instar de van den Heuvel, Kris Princen a dominé les premières heures de course des Renault Clio R3. La casse de l’alternateur de sa bombinette française propulsera en tête Kevin Abbring, son seul vrai rival jusque là, qui remporte la victoire devant Pierre Campana et Eric Mauffrey, qui devance finalement Alessandro Bettega. Hégémonie hollandaise aussi en Citroën C2 R2, avec la victoire de Hans Weijs Jr. Seul pilote à réellement pouvoir tenir la comparaison, Caren Burton aurait dû hériter d’une méritée 2e place, mais après des soucis d’embrayage vendredi soir, il effectuait une spectaculaire sortie de route (« soleil » consécutif à un bris de biellette de direction à la réception d’un « jump à fond »). Martin McCormack termine 2e. Soulignons l’autre pirouette spectaculaire de Burçu Cetinkaya, qui a pulvérisé sa Peugeot 207 S2000 contre un pylône non loin de l’endroit où Burton avait planté sa C2.

Chez Ford, tous n’ont pas non plus été à la fiesta ! Cédric Cherain et Cédric De Cecco se détachaient les premiers, mais l’un renonçait (moteur) après que l’autre ait dégringolé au classement. Excellent jusque-là, Kevin Demaerschalk sortait de la route et laissait la victoire à Ghislain de Mévius, devant Anthony Martin, trop prudent de son propre aveu. Filip Pyck termine 3e.

Nous voudrions aussi souligner la performance du local Didier Vanwijnsberghe (Škoda Fabia S2000) qui termine 20e pour sa... 20e participations au Rallye d’Ypres. Bravo !

La 46e édition du GEKO Ypres Rally a vécu et assurément, elle intègrera les rangs de celles qui ont marqués l’histoire de l’épreuve.

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less