Motorsport

Course 1 : Ericsson n’a plus son chat noir

Victoire du Suédois devant Calado et Coletti

Recherche

Par Camille Komaël

6 juillet 2013 - 16:52

Cette première course de GP2 du week-end a débuté avec 25 °C dans l’air et une piste à 43 °C. C’est le Monégasque Stéphane Richelmi qui s’élance de la pole position pour la première fois de sa carrière en GP2, tandis que son compatriote leader du championnat, Stefano Coletti, ne part qu’en 13è position.

Richelmi loupe son départ à l’avant et Evans manque son premier freinage alors qu’au même moment ça s’accroche fort derrière : Daniel Abt et Kevin Ceccon se touchent et l’Italien effectue un tonneau, atterrissant au final sur Quaife-Hobbs, qui avait calé. Après être repassé par les stands, Abt parvient à repartir.

La Safety Car entre immédiatement en piste et les voitures restantes sont obligées de passer par la voie des stands, la ligne droite de départ et d’arrivée étant impraticable en raison du trop grand nombre de débris.

Quand la Safety Car s’efface après 3 tours, Ericsson repart en tête devant Richelmi, Nasr et Frijns.

Leal sort fort de la piste mais peut rejoindre la course tandis que Berthon se fait accrocher par le pilote de chez Addax =, Rosenzweig.

Après seulement 5 tours de course, Nasr, alors 3è, s’arrête aux stands et échange ses pneus super tendres pour des mediums. Binder fait de même mais a un souci avec le montage de sa roue arrière gauche.

Ericsson s’échappe en tête et Frijns, Calado et Rossi, bloqués derrière l’autre DAMS de Richelmi, décident alors de s’arrêter aux stands. Le Néerlandais perd du temps.

Bien qu’étant en pneus mediums, Marcus Ericsson s’arrête tôt pour passer en super tendres, dès le 9è tour. Son retour en piste est rendu difficile par la bagarre opposant Abt et Leal.

Rosenzweig est quant à lui pénalisé d’un drive through pour un excès de vitesse dans la voie des stands.

A noter que beaucoup de pilotes se font surprendre par leurs pneus froids au premier virage, à leur retour en piste après l’arrêt aux stands obligatoire.

Après 12 tours de course, la bataille fait rage entre Nasr, Calado et Frijns. Le leader Richelmi passe lui par les stands et ressort juste devant ce groupe, mais se fait doubler par les trois, étant en difficulté avec ses pneus froids.

17 tours sur 34 ont été bouclés, nous sommes à mi-course.

C’est le moment que choisit le leader Tom Dillmann pour s’arrêter aux stands. Malheureusement il a du mal à repartir et perd beaucoup de temps. Calado trouve quant à lui l’ouverture sur Nasr au premier virage.

A 15 tours du drapeau à damiers, Coletti et Bird s’arrêtent aux stands pour changer de type de gommes. Frijns tente de dépasser Nasr mais se loupe.

Deux tours plus tard, le Néerlandais essaie de nouveau de doubler le Brésilien et cette fois ça passe.

En raison de la Safety Car du début de course, les 34 tours prévus ne seront pas bouclés et c’est le compte à rebours qui se met en marche.

En tête, Mitch Evans s’arrête aux stands mais connait le lève-voiture d’Arden casse, ce qui lui fait perdre beaucoup de temps et l’empêche de continuer à défendre ses chances correctement. Son coéquipier Cecotto connaît une mésaventure similaire, sous les yeux du père de Mark Webber.

Les deux Monégasques Coletti et Richelmi se livrent à une grosse bagarre qui permet à Nasr de reprendre de l’air. Coletti parvient à dépasser son compatriote à 11 minutes de la fin.

Coletti est déchaîné et réalise un magnifique dépassement sur Nasr. La fin de course est très animée dans le peloton alors que Trummer est le dernier pilote à s’arrêter à 6 minutes du drapeau à damiers.

En grosse difficulté avec ses pneus, Nasr se fait dépasser de tous les côtés et ne parvient pas à sauver la 8è place synonyme de pole pour la course de demain.

La dernière grande lutte a lieu pour le podium entre Frijns et Coletti : le Monégasque est plus rapide mais le Néerlandais d’Hilmer ferme toutes les portes. Cette bataille permet le retour de Richelmi et de Leimer, et la chicane et le dernier virage sont le théâtre de touchettes. Au final, c’est Coletti qui tire son épingle du jeu et monte sur la troisième marche du podium, devant Leimer, Richelmi, et finalement Frijns.

C’est Marcus Ericsson qui s’impose au terme d’une course maitrisée de sa part. James Calado termine 2è.

La pole de la course 2 revient à Tom Dillmann, 8è aujourd’hui.

Suite à une grande course de sa part, Stefano Coletti conserve la tête du championnat.

Il faut toutefois préciser que 7 voitures sont sous investigation pour avoir peut-être doublé sous voiture de sécurité : Evans, Bird, Canamasas, Haryanto, Coletti, Crestani et De Jong.

PosPiloteEquipeTemps / Ecart
1. Marcus Ericsson DAMS 32 tours - 1h00:16.988s
2. James Calado ART GP +7.860
3. Stefano Coletti Rapax +14.915
4. Fabio Leimer Racing Engineering +15.061
5. Stephane Richelmi DAMS +15.119
6. Robin Frijns Hilmer Motorsport +15.272
7. Jon Lancaster Hilmer Motorsport +17.156
8. Tom Dillmann RUSSIAN TIME +17.823
9. Felipe Nasr Carlin +24.265
10. Johnny Cecotto Jr Arden International +24.333
11. Alexander Rossi Caterham Racing +26.797
12. Sergio Canamasas Caterham Racing +27.221
13. Sam Bird RUSSIAN TIME +31.518
14. Simon Trummer Rapax +31.592
15. Daniel de Jong MP Motorsport +33.904
16. Mitch Evans Arden International +34.142
17. Nathanael Berthon Trident Racing +36.142
18. Rio Haryanto Barwa Addax Team +43.318
19. Fabrizio Crestani Venezuela GP Lazarus +45.117
20. René Binder Venezuela GP Lazarus +45.498
21. Daniel Abt ART GP +58.723
22. Julian Leal Racing Engineering +59.186
23. Jake Rosenzweig Barwa Addax Team +68.725
24. Jolyon Palmer Carlin +102.868
25. Kevin Ceccon Trident Racing DNF
26. Adrian Quaife-Hobbs MP Motorsport DNF
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

F2

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less